Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


LA DÉSINCARNATION

Publié par Un spirite sur 20 Décembre 2021, 10:39am

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

 

Pendant l’incarnation, l’Esprit se relie à la matière par l’intermédiaire de son périsprit et sous l’influence du fluide vital. Quand le corps meurt, il n’y a plus les conditions pour que l’Esprit l’anime. Alors, il y a détachement du périsprit et l’Esprit, libéré, revient au monde spirituel. La désincarnation est le processus par lequel l’Esprit se détache du corps, en fonction de la fin de vie organique tout en conservant son périsprit et revient à la vie spirituelle. Séparation de l’âme et du corps. Le détachement du périsprit par rapport au corps se passe graduellement puisque les liens fluidiques qui l’attachent au corps ne se cassent pas mais se défont. Il se fait à partir des pieds jusque vers la tête, le cerveau est le dernier point à se détacher. Au moment de l’agonie, quand ce détachement se passe, la personne à une vision panoramique, rapide et résumée, mais forte et fidèle, des points principaux de l’existence terrestre qui se termine. Puis après la désincarnation, l’Esprit entre dans un état de perturbation spirituelle. Comme il était habitué aux impressions dues aux organes des sens physiques, il reste confus, comme quelqu’un qui se réveille d’un long sommeil et n’est pas encore habitué à l’ambiance qu’il rencontre. La lucidité des idées et les souvenirs du passé reviendront à mesure que se défait l’influence de la matière. Le processus de la désincarnation et la réintégration à la vie spirituelle dépendra des circonstances de la mort du corps. Dans les cas de mort par vieillissement, la charge vitale s’épuise peu à peu et, par cela, le détachement se passe de façon plus naturelle, plus facile et l’Esprit pourra dépasser assez vite la phase de perturbation. Dans les cas de morts par maladies prolongées, le processus de détachement aussi se fait peu à peu, avec l’épuisement graduel de la vitalité organique et l’Esprit se prépare psychologiquement pour la désincarnation et s’habitue au monde spirituel. Parfois, il commence à l’entrevoir parce que ses perceptions transcendent le corps. Dans les cas de morts violentes comme les accidents, les assassinats, les suicides, le détachement des liens qui unissent l’Esprit au corps est brusque et l’Esprit peut en souffrir. Le degré d’évolution de l’Esprit qui désincarne : D’une façon générale, plus l’Esprit du désincarné est évoluée, plus il arrive facilement à se débarrasser de son corps physique sans vie. Plus matérielle, sensuelle et attachée aux sensations physiques aura été son existence, plus difficile et long sera le détachement. La connaissance (et son application) du spiritisme aide beaucoup l’Esprit au moment de la désincarnation parce qu’il n’est pas complètement ignorant de ce qui se passe. Cette conscience pourra favoriser le processus, sans l’angoisser et il va récupérer le plus vite possible de cette perturbation naturelle. Cependant, seule la pratique du bien et une conscience pure peuvent assurer un réveil pacifique dans le monde spirituel. L’aide spirituelle : De toutes parts, il y a des bons Esprits qui, en accomplissant les desseins divins, se disposent à la tâche d’aider à la désincarnation ceux qui sont de retour à la vie spirituelle. Certains amis et familiers déjà désincarnés peuvent venir aider l’Esprit dans le passage pour l’autre côté de la vie, ce qui lui donne confiance, calme et aussi bonheur lors des retrouvailles. Après la mort. Après s’être détaché du corps matériel, l’Esprit conserve son individualité et continue à être lui-même avec ses défauts, ses qualités et ses capacités. La situation heureuse, ou pas, d’un Esprit dans la vie spirituelle sera conséquente à son existence terrestre et à ses œuvres. Les bons se sentent heureux et sont avec leurs amis, les mauvais souffrent des conséquences de leurs actes et les médiums expérimentent (par les différentes manifestations de ces Esprits) les situations de leur faible préparation spirituelle. À travers le périsprit, l’Esprit conserve l’apparence de sa dernière réincarnation puisqu’il se voit comme cela. Plus tard, s’il peut et s’il le veut, il pourra modifier cette apparence. Après la phase de transition, il pourra étudier, travailler et se préparer pour une nouvelle existence, afin de continuer son évolution. Commémorations funèbres. Les coutumes, les idées et les attitudes que la société et les religions adoptent devant les corps morts sont innombrables. Le spirite respecte de tels rites mais ne les accepte pas car il agit toujours en fonction de la réalité spirituelle et pas en fonction des apparences. Ainsi, le spirite, lors de veillées mortuaires, ne se désespère pas, se maintient dans une attitude respectueuse, puisqu’il sait que l’Esprit désincarné est dans une phase très délicate de détachement du corps et de transformation de son existence. Il n’utilise pas de bougies, de couronnes de fleurs, puisque l’Esprit n’a pas besoin de ces extériorités mais cherche à offrir ce dont le désincarné a réellement besoin, à savoir le respect de sa mémoire, des prières, des pensées de tendresse en faveur de sa paix et pour son soutien dans le monde spirituel. Le spirite vit en fraternité avec les familiers et amis du désincarné, en aidant dans tout ce qu’il peut. Crémation et transplantation d’organes. Le corps est une veste et un instrument de valeur utile pour l’Esprit pendant son incarnation mais après la mort, il n’a plus aucune utilité pour lui. Il pourra être brulé ou on pourra lui retirer des organes pour être transplanter en faveur de ceux qui en ont besoin, sans que rien de cela ne porte un préjudice réel au désincarné. Certains croient que si le corps est brûlé ou abimé, il y aura des préjudices pour la résurrection dans le monde spirituel. Cependant, ce n’est pas le corps matériel qui continue à vivre dans l’au-delà mais l’Esprit avec son corps fluidique, le périsprit, qui n’a rien à voir avec le corps physique qui est resté sur terre. Dans le cas des dons d’organes, il suffit que les personnes s’habituent avec l’idée de le faire en toute bonne volonté et qu’ils soient bien clairs sur le sujet. Il y a des incarnés qui donnent des organes par amour pour aider des personnes et ils n’ont pas peur de la souffrance ou des inconvénients que cet acte pourrait engendrer. Pourquoi ne pas donner ses organes après sa mort quand ils ne nous servent plus et que nous n’en souffrons pas lorsqu’on les prélève de ce corps que nous avons abandonné ? SOURCE : Initiation au spiritisme de Thérézinha Oliveira.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents