Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

Le suicide et la folie, Bien et mal souffrir

12 Mai 2021 , Rédigé par Un spirite Publié dans #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme, #Suicide

 

 

18. Quand Christ a dit : «Bienheureux les affligés, le royaume des cieux est à eux,» il n'entendait pas

ceux qui souffrent en général, car tous ceux qui sont ici-bas souffrent, qu'ils soient sur le trône ou sur la

palle ; mais, hélas ! peu souffrent bien ; peu comprennent que ce sont les épreuves bien endurées qui seules

peuvent les conduire au royaume de Dieu. Le découragement est une faute ; Dieu vous refuse des

consolations, parce que vous manquez de courage. La prière est un soutien pour l'âme, mais elle ne suffit

pas : il faut qu'elle soit appuyée sur une foi vive en la bonté de Dieu. Il vous a souvent été dit qu'il n'envoyait

pas un lourd fardeau sur des épaules faibles ; mais le fardeau est proportionné aux forces, comme la

récompense sera proportionnée à la résignation et au courage ; la récompense sera plus magnifique que

l'affliction n'est pénible ; mais cette récompense il faut la mériter, et c'est pour cela que la vie est pleine de

tribulations.

Le militaire que l'on n'envoie pas au feu n'est pas content, parce que le repos du camp ne lui procure pas

d'avancement ; soyez donc comme le militaire, et ne souhaitez pas un repos dans lequel s'énerverait votre

corps et s'engourdirait votre âme. Soyez satisfaits quand Dieu vous envoie la lutte. Cette lutte, ce n'est pas le

feu de la bataille, mais les amertumes de la vie, où il faut quelquefois plus de courage que dans un combat

sanglant, car tel qui restera ferme devant l'ennemi, fléchira sous l'étreinte d'une peine morale. L'homme n'a

point de récompense pour cette sorte de courage, mais Dieu lui réserve des couronnes et une place glorieuse.

Quand il vous arrive un sujet de peine ou de contrariété, tâchez de prendre le dessus, et quand vous serez

parvenus à maîtriser les élans de l'impatience, de la colère ou du désespoir, dites-vous avec une juste

satisfaction : «J'ai été le plus fort.»

Bienheureux les affligés, peut donc se traduire ainsi : Bienheureux ceux qui ont l'occasion de prouver leur

foi, leur fermeté, leur persévérance et leur soumission à la volonté de Dieu, car ils auront au centuple la joie

qui leur manque sur la terre, et après le labeur viendra le repos. (LACORDAIRE, le Havre, 1863.) 

 

https://www.youtube.com/watch?time_continue=837&v=ZoaCfYuOO5M&feature=emb_logo

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :