Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


SOURCE : Messages de l’Au-Delà – Serge Girard

Publié par Un spirite sur 30 Juin 2022, 09:09am

Catégories : #Allan Kardec, #Ange gardien, #Centre spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

LE RACHAT DES FAUTES.

Si, dans ses incarnations, l'homme n'avait à subir que des épreuves, sa tâche serait grandement facilitée. Mais étant encore imparfait et l'ayant été davantage dans ses vies antérieures, il a accumulé et accumule même encore des dettes qu'il devra payer avant d'accéder à d'autres mondes. Les Esprits définissent les dettes comme les conséquences des torts causés aux autres par les actes d'ignorance que nous avons posés. Ainsi, même si nous sommes automatiquement pardonnés pour tous les actes mauvais que nous posons, ce pardon ne nous exempte aucunement de l'obligation de réparer les conséquences de ce que nous avons commis. Cela rend un grand hommage à la justice divine. Chacun doit mériter sa progression. Imaginez comme il serait injuste qu'il suffise de faire une simple demande de pardon pour atteindre le même niveau que celui qui a vaillamment lutté en restant fidèle à l'appel d'amour de son Créateur ! Ce rachat des fautes n'est jamais imposé directement par Dieu. C'est l'Esprit lui-même qui, en progressant, prend conscience de l'évidence de cette nécessité. Il le fait d'abord en Esprit, puis il l'applique dans ses incarnations sous le voile qui fait oublier. Pour parvenir à cet état de conscience, l'Esprit franchit nécessairement les trois étapes suivantes. Ces étapes finissent toujours par être vécues par chacun d'entre nous, même si leur durée peut varier beaucoup d'un Esprit à un autre, suivant la bonne volonté que chacun y met. La première étape est celle du remords. À ce stade, l'Esprit est suffisamment avancé pour écouter les rappels que lui inspire son Guide par la pensée. Ces rappels le rendent mal à l'aise. Il sait que ses actes ont causé du tort aux autres et que cela n'est pas bien. Cependant, son infériorité y est encore trop prononcée pour qu'il regrette son comportement. Il trouvera mille excuses pouvant justifier son action qu'il admet, malgré tout, comme n'étant pas très acceptable. La deuxième étape est celle du repentir. À ce stade, l'Esprit s'attarde aux remords ressentis. Il analyse les pensées que son Guide lui inspire. Sensible à la douleur des autres, il comprend l'immoralité de causer du tort à ses frères. Son regret est sincère. Il pourra, à ce stade, prendre la ferme résolution, qu'il tiendra, de ne plus recommencer. Cependant, à cette étape, son orgueil, sa colère, son ambition, son égoïsme pourront l'empêcher de comprendre qu'il doit réparer. Malgré un avancement plus grand, l'idée que Dieu lui ait pardonné lui suffira pour calmer son souci. La troisième étape est celle de la réparation. À ce stade, la conscience de l'Esprit s'est étendue. Son sens de la justice s'est aiguisé et il sait qu'il ne peut faire supporter par d'autres le poids de ses propres erreurs. Maintenant, il sait ce que veut dire « aimer », et cela l'aidera à étouffer en lui toute pensée qui voudrait le détourner de son nouveau devoir. Une fois ce niveau de conscience atteint, l'Esprit adoptera un comportement de sage. Il sait que tout acte porte son fruit et que celui-ci ne peut nourrir que son auteur. Non seulement acceptera-t-il cette nécessité de réparer le mal qu'il a causé, mais encore, l'idée de s'y soustraire lui sera tout à fait inadmissible. Il faut donc bien peser nos intentions avant de les exécuter. Il faut aussi apprendre à demeurer maître de soi-même. Pesons bien la nature de nos gestes ! Chacune des actions, qui auront eu des conséquences négatives chez les autres, nous obligera à prendre du temps d'incarnation pour réparer. Ces incarnations de rachat retarderont alors notre ascension vers des mondes meilleurs. Il faut, de plus, profiter de chacune des occasions que la vie nous offre pour réparer tout de suite le mal que nous pouvons commettre. Cela nous évitera des retours auxquels nous serons heureux d'avoir échappé. SOURCE : Messages de l’Au-Delà – Serge Girard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents