Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


EXTRAIT LES TOURMENTS DE L’OBSESSION, Manoel Philomeno de Miranda

Publié par Un spirite sur 21 Mai 2022, 08:50am

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

L’obsession domine la Terre, en raison de l’infériorité de certains Esprits qui y habitent.
Monde d’épreuves et d’expiations, selon Allan Kardec, c’est aussi l’école bénie de la récupération et de la rééducation, où s’inscrivent les prisonniers et les acharnés au mal, qui évolueront vers le bonheur après avoir subi les afflictions qui leur sont indispensables.
Alertés par l’accomplissement des devoirs moraux et spirituels qui font partie du programme d’évolution intérieure de chaque être, seuls quelques-uns optent pour un comportement salutaire qui constitue une psychothérapie préventive contre les souffrances auxquelles ils peuvent être amenés. Cependant, ceux qui font abstraction des compromis d’auto-illumination et de paix suivent les sentiers de l’abus des facultés organiques, émotionnelles et mentales, et se compromettent lamentablement avec les lois souveraines de la Vie à travers l’agression et le manque de respect vis-à-vis de leurs frères de marche évolutive.
Il n’y a donc rien d’étrange à ce que ceux qui, en raison de leur infériorité, souffrent des injustices et des trahisons, des tromperies et des persécutions, s’arment des instruments lâches de la vengeance et de la persécution, quand, dépourvus de l’enveloppe charnelle, ils se vengent de ceux qui, en d’autres temps, ont été motifs de leur souffrance.
S’ils comprenaient, la nécessité de l’amour, ils surmonteraient ces circonstances néfastes en pardonnant à leurs adversaires et en leur donnant l’occasion de réparer leurs offenses pratiquées contre la Conscience Divine. Mais, primaires dans leurs sentiments, ils optent pour la vengeance, et se jettent dans les rudes combats de l’obsession dans lesquels ils deviennent, à leur tour, les proies des passions malheureuses qu’ils combattent chez leurs ennemis.
L’intelligence et les sentiments démontrent qu’il est plus facile d’aimer, d’être fidèle, de construire la paix, d’implanter le devoir, de réaliser et de contribuer en faveur de son propre bonheur et de celui d’autrui, que de semer la discorde, de cultiver l’amertume, d’étendre la haine et les ressentiments. Néanmoins, l’égoïsme et la cruauté, qui font encore partie des êtres humains, s’expriment presque toujours dans leurs comportements maladifs, responsables de leur future disgrâce, les poussant à perdre la raison pour les mener à la ruine.
En niant ces sentiments élevés, l’être transite dans les antres tumultueux du désespoir auquel il se livre alors qu’il pourrait accéder à l’harmonie qui l’attend avec plénitude.
Tant que cet état perdure dans le comportement humain, les obsessions se transforment en de vraies tortures pour tous ceux qui restent prisonniers de leurs entraves.
L’obsession se présente sous plusieurs formes, devenant chaque fois plus grave dans la société actuelle, opiniâtre à ne pas la reconnaître et à ne pas la prendre en considération.
Des religieux, attachés au fanatisme injustifiable, ne lui donnent pas d’importance et se croient capables de la résoudre, là où elle se manifeste, moyennant le pouvoir de la foi et de l’autorité qu’ils s’attribuent.
Des académiciens sceptiques quant à l’immortalité de l’Esprit, dans divers domaines et plus particulièrement dans les dénommées sciences de l’âme, se refusent à l’accepter, soumettant l’être humain à une situation réductrice, matérialiste, que la mort consomme, en le détruisant.
Des antireligieux, grisés par l’illusion des sens ou porteurs d’orgueil, s’affirment immunisés contre cette traître infirmité, indifférents aux phénomènes spirituels élevés qui se multiplient intensément et qui sont déconsidérés.
La multitude des désinformés des réalités de la vie participe à des comportements excentriques et immoraux qui produisent de futures calamités pour chacun de ses membres.
…Même de nombreux adeptes du spiritisme porteurs de profondes connaissances et orientations, optent pour l’étourderie et l’arrogance, se compromettant lamentablement avec leurs guides restés dans l’attente, trompés, dépouillés, maltraités par leur manque de raison.
La vie invite toujours à la réparation tous ceux qui se risquent à entraver les statuts supérieurs. Perturbant l’ordre, nul ne restera sans souffrir des conséquences d’une attitude irréfléchie. Chaque être humain porte en lui la croix de sa souffrance qu’il peut transformer en instrument d’ascension, selon son comportement pendant son périple sur Terre.
- 3 -
Les souffrances, qui surprennent les Esprits après avoir quitté l’enveloppe physique, sont la conséquence naturelle de leurs propres actes, ainsi que les bonheurs et les bénédictions dont ils peuvent bénéficier. Il ne s’agit donc pas de punitions sévères imposées par la Divinité, mais d'un processus naturel de réparation, tout comme le bonheur et les bénédictions ne sont que des concessions offertes gratuitement à des privilégiés. L’Amour est en tout. A ceux qui sont dans l’erreur, il facilite les sublimes mécanismes de la réparation de leurs fautes et l’édification dans le Bien qui se trouve à la portée de tous.
En conséquence, nous pouvons dire, que l’obsession peut être considérée comme le choc en retour de l’action malheureuse commise contre quelqu’un qui est devenu fou de douleur et de révolte, nécessitant un traitement adéquat et urgent.
Ce livre est un nouveau cri d’alerte aux compagnons de passage sur le plan physique, pour qu’ils ne négligent pas leurs devoirs vis-à-vis de Dieu, de leur prochain et d’eux-mêmes.
Toute graine de haine, lancée au hasard, se transforme toujours en germe de malheurs, générant l’amertume. Seul l’amour a la précieuse capacité de concéder l’harmonie et le bonheur de vivre.
Nous avons réuni dans cette oeuvre, plusieurs expériences vécues, sur le plan spirituel, à l’Hôpital Esperança où sont internés de nombreux frères, échoués et redevables envers leur prochain, dans de lamentables états de perturbation, les uns assoiffés de vengeance, les autres dilacérés par le désir de représailles, pris d’un profond désespoir auxquels ils se sont livrés pendant leur réincarnation, après avoir abandonné de nobles engagements, remplacés par l’hallucination et par la confusion morale, attitudes qu’ils se sont permis d’adopter.
Dans cet Hôpital spirituel se trouvent accueillis, plus particulièrement, des spirites déchus. C’est grâce à la bonté du bienfaiteur Euripedes Barsanulfo qu’a été édifiée cette structure, lui donnant des conditions de sanctuaire pour la santé mentale et morale. Il la gère avec une incomparable abnégation, aidé par d’autres serviteurs dévoués au Bien et à la Charité.
Nous présentons la narration de plusieurs vies qui sont des histoires réelles, dans l’espoir que ces récits sensibiliseront tous ceux qui nous honorent de leur attention à la lecture de ces quelques pages, les aidant à ne pas se permettre d’adopter des attitudes aussi désastreuses.
Les expériences que nous avons recueillies seront utiles à tous les individus intéressés par leur bonheur personnel, ils seront ainsi rappelés aux dispositions élevées qu’ils ont assumées devant la Conscience Cosmique et leurs guides spirituels avant leur renaissance physique. Pour d’autres, qui connaissent la lumineuse orientation du spiritisme, les compromis seront plus vifs et pénétrants, parce qu’ils témoignent de l’importance de la croyance. Cependant l’expérience des postulats enregistrés dans la Codification a un caractère d’urgence et ne peut, ni ne doit être retardée.
Pour de nombreux compagnons engagés dans la lutte spirite ces informations paraîtront étranges, à d’autres elles paraîtront des fantaisies d’un mental perturbé, car ils n’auront pas trouvé, dans les oeuvres préliminaires de la Doctrine spirite, des informations identiques et détaillées, oubliant que l’illustre Maître de Lyon avait affirmé qu’il ne présentait pas la première, ni la dernière parole sur les thèmes traités ; que le futur se chargerait de confirmer ce qui était enregistré pour élargir les informations ou pour corriger ce qui serait en désaccord avec la science. Comme les affirmations doctrinaires offertes par Allan Kardec n’ont pu être dépassées ou considérées inexactes, à ce jour, il est juste d’incorporer de nouvelles leçons spirituelles, donnant suite aux mémorables expériences de vie Au-delà du tombeau, comme celles qui se trouvent dans l’admirable oeuvre « Le Ciel et l’Enfer », narrées avec l’assurance de la plume sage et vigoureuse du codificateur.
Dans l’espoir que notre contribution spirituelle pourra aider certains lecteurs qui nous honorent de leur attention, conscients que nous sommes de la responsabilité qui nous incombe, nous supplions toutes les bénédictions du sublime Thérapeute, Jésus.
Ses patients en récupération.

Salvador, le 15 Janvier 2001

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents