Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


LES RELIGIONS, AIMEZ LA NATURE, LA RANÇON DU BIEN

Publié par Un spirite sur 20 Février 2022, 10:31am

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

LES RELIGIONS

FEVRIER 1875

Toutes les religions, toutes les croyances, en prenant des âges les plus reculés jusqu’aujourd’hui, en les considérant depuis celles que vous nommez absurdes jusqu’a celles que vous nommez sublimes, toutes ces religions, toutes ces croyances out apporté à l’humanité une parcelle de progrès ; toutes sont un jalon planté sur la route de l’avenir, toutes n’ont qu’un but, toujours le même, rendre l’homme bon d’abord, parfait ensuite.

Les considérant ainsi et passant l’éponge sur les absurdités inhérentes à la matière, vous entendrez, mes frères ce concert sublime qui jamais ne doit finir ; vous entendrez cette voix faible, timide et comme voilée à ses premiers accords ; vous l’entendrez, craintive, ignorante de ce qu’elle est et de ce qu’elle doit être ; vous l’entendrez confiante, connaissant enfin son Dieu et lui adressant sa prière ; puis vous l’entendrez puissante renvoyant à son créateur tout ce qu’une 

humanité peut contenir de reconnaissance et d’amour !

Après vous n’entendrez plus rien, mes frères, car cette voix sera confondue dans l’harmonie éternelle des univers !

Quelles sont vos destinées, vous dites-vous souvent tous ; que sommes-nous, où allons-nous, entraînés par la vie ; où courons-nous, poussés par le progrès ; où nous arrêterons-nous ?..

Mes frères, vous étiez des atomes, vous êtes des âmes, vous deviendrez des esprits dans le sens pur du mot vous deviendrez ce feu divin, image du créateur ! Vous deviendrez d’abord le souffle du progrès, et ensuite l’agent du perfectionnement.

Mesurez mes paroles et voyez où elles vous conduisent ; voyez le point d’où vous êtes partis, celui que vous avez atteint et celui que vous devez atteindre ! Voyez, et que vos âmes forment un faisceau, faisceau d’amour et d’harmonie montant au créateur et rapportant sur votre terre tous les germes du perfectionnement attendu !

Mes frères, toutes les croyances sont bonnes, toutes portent en elles-mêmes de saints préceptes et de précieuses pensées ; ne soyez donc jamais absolus dans votre manière de voir, songez que l’échelle de Jacob est vaste et que ses échelons sont innombrables, rappelez-vous que toute pensée d’unité et d’amour, toute tendance libératrice et fraternelle mène à Dieu source de tout bonheur !

Massillon.

AIMEZ LA NATURE

FEVRIER 1875

Je voudrais vous donner une pensée. J’en ai donné beaucoup autrefois, mais de cette manière, pas souvent encore.

Je voudrais, puisque je suis ici, utiliser mon temps et le vôtre ; je voudrais, tout en vous initiant aux secrets, aux grands bonheurs de la seconde vie ne pas trop vous faire détester la situation actuelle, car au-dessus de cette fourmilière de passions qui s’agitent à la base, il y a une atmosphère sereine, atmosphère des pensées, l’atmosphère des rayons ! Hommes qui passez sur la terre, d’où vous viennent ces heureux moments d’attendrissement, de satisfaction intérieure, ces moments délicieux où la voix de votre coeur se fait entendre ?... D’où vous viennent ces jours où vous vous sentez franchement bons, où les doux mots d’amour, de progrès bourdonnent constamment à votre oreille comme les insectes dorés du printemps ? D’où vous viennent ces heures de ravissement où tout vous semble beau, où la nature vous paraît nouvelle, où toutes les fleurs ont des parfums, tous les arbres de frais ombrages, tous les oiseaux de joyeux chants ? De ces heures bénies où votre pensée calme, reposée, recueillie trouve son Dieu partout et surtout en elle.

Cela vous vient de ce grand calme, de cette majestueuse harmonie que Dieu répand sur toute la création ; ces douces pensées, ces rayonnements intérieurs ne sont pas autre chose que la réflexion des grands rayonnements de l’univers ; ces harmonies sont les échos de l’universelle harmonie; ces élévations d’âme c’est le dégagement de la partie spirituelle de votre être qui va chercher à sa source même la force de continuer l’oeuvre de sa vie.

Aimez donc, aimez votre monde tel qu’il est, aimez cette partie de la création faite pour vous. En attendant les splendeurs qui vous éblouiraient, aimez les douceurs qui vous enchantent !

Aimez votre printemps avec ses prairies en fleurs, avec ses forêts bourgeonnant, avec ses nids, avec ce qu’il promet de joie !

Aimez votre été qui donne à la terre la vie et la richesse ; aimez vos champs dorés, la verte 

solitude de vos bois, la source fraîche et pure.

Aimez votre automne empourpré, fécond, réjouissant !

Aimez votre hiver par le doux repos qu’il vous donne et surtout par les heureux que vous pouvez faire !

Aimez tout, vos fleuves, vos océans, vos pittoresques montagnes, vos lacs bleus et paisibles ! Aimez les neiges de vos climats du nord et les feux de vos climats du sud, tout est fait pour vous ; la nature est toujours belle et le monde vous appartient !

Théophile Gautier.

LA RANÇON DU BIEN

FEVRIER 1875

Spirites, vous vous étonnez de ne point voir la foule accourir sous vos drapeaux, vous vous impatientez de ne point moissonner aussitôt que vous avez semé. Ne voyez point les choses de l’avenir avec votre regard terrestre si restreint que vos esprits prennent leur vol ouvrez à vos pensées les portes spirituelles, qu’elles sortent pour un instant du milieu étroit qui les développe, laissez sortir de leur cage ces oiseaux si bien faits pour la liberté et venez du haut des sommets intellectuels contempler le passé et l’avenir.

Tous les esprits marqués du sceau de la spiritualité, tous les esprits qui ont apporté sur la terre une idée de progrès, tous les esprits rédempteurs enfin, ont-ils, après avoir semé, récolté eux-mêmes le fruit de leur travail ?... — Jamais ! Ont-ils eu seulement la satisfaction de voir leur idée acceptée, leurs enseignements compris ?... — Rarement, je pourrais dire jamais ! Quels sont ceux d’entre eux qui aient été appréciés par leurs contemporains ? Quels sont ceux auxquels la reconnaissance du monde ait fait une vie calme et heureuse ?... — Je réponds à une question par un autre. Quel est celui qui n’ait pas été persécuté ?...

Cependant, constatons un progrès ; les grands hommes du passé furent traités cruellement, ceux d’aujourd’hui ne sont que méconnus ou ridiculisés généralement parlant.

Vous n’avez pas la prétention, je suppose, d’être mieux traités que vos contemporains, et quand même un peu d’égoïsme humain le désirerait, vos esprits libres de leurs entraves matérielles refuseraient de suivre un autre chemin que celui de vos modèles.

Vous commencez votre apostolat sous les plus doux auspices, mais souvenez-vous que pour être appelés à donner votre vie pour l’humanité il faut être prêts à tout et vous habituer à donner votre dévouement sans la perspective de la récompense sans l’espoir de la réussite.

Soyez rassurés, votre travail se fait quand même et vous en pourrez juger le jour où de petit ruisseau qu’il est aujourd’hui il sera devenu océan.

Ce qu’un esprit peut faire est immense ; il peut devenir l’astre scintillant qui envoie partout les rayons lumineux. Le jour où vous rayonnerez ainsi nous vous aiderons à retrouver dans l’immensité les petits vers luisants d’aujourd’hui !

Bernard.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents