Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


OBSESSION ET RÉCIPROCITÉ, Allan Kardec, L'Évangile selon le spiritisme

Publié par Un spirite sur 23 Janvier 2022, 10:02am

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

OBSESSION ET RÉCIPROCITÉ.

L’obsession se rapporte à une certaine influence pernicieuse sur la pensée. Étymologiquement, le terme tire son origine du mot « obsessione », un mot latin qui signifie impertinence, persécution. Les auteurs de dictionnaires définissent généralement ce terme comme désignant une préoccupation liée à une idée déterminée, dominant maladivement l’esprit, résultat ou non de sentiments refoulés. Communément, le terme obsession est utilisé pour dénoter une idée fixe à propos de quelque chose, un tic nerveux, générateurs de manies, d’attitudes étranges etc.… D’un point de vue spirite, le terme a une acception et une explication plus larges. Elle est consubstantielle à l’influence maléfique relativement inflexible que des incarnés et/ou désincarnés, plus ou moins attardés que nous-mêmes, peuvent exercer sur notre structure psychophysique. Kardec rappelle que : « Si les médecins échouent dans la plupart des maladies, c’est qu’ils traitent le corps sans l’âme, et que, le tout n’étant pas en bon état, il est impossible que la partie se porte bien » (1). Par exemple, le psychiatre traditionnel affirme que l’obsession est une pensée ou une impulsion persistante ou récurrente, non désirée et qui afflige, venant involontairement à la pensée, en dépit de la tentative de l’ignorer ou de la supprimer. Les orthodoxes de la médecine, sous les œillères du matérialisme décrépi, n’admettent rien en dehors de la matière, de sorte qu’ils ne peuvent rien entendre de l’existence d’une cause occulte (spirituelle). Lorsque l’Académie des sciences sortira de sa routine mécanique intemporelle, elle reconnaîtra dans l’action du monde invisible qui nous entoure et au milieu duquel nous vivons, l’existence d’une force qui réagit sur les choses physiques tout comme sur les choses morales. Ce sera un nouveau chemin ouvert au progrès et la clé d’une multitude de phénomènes incompris par l’école psychiatrique. Il n’y a aucune raison à ce que la Psychiatrie condamne les processus spirites dans le traitement des cas d’obsession et d’auto-obsession. Il est très important d’y ajouter la compréhension des causes originelles d’une schizophrénie sous l’effet de l’obsession et de considérer comme étant indispensable le traitement spirituel (désobsession, passe magnétique, eau fluidifiée, prière) offert par la Doctrine spirite, se basant sur les enseignements du Christ, et qui un jour, inévitablement, fera partie des offres scientifiques au traitement de toutes les maladies humaines. Notre monde mental est comme un ciel, toutefois, du firmament descendent des rayons de soleil et des pluies bénéfiques pour la vie planétaire, tout comme lors du frottement des éléments atmosphériques qui font naître de ce même ciel des décharges électriques destructrices. La pensée humaine fonctionne de la même manière. C’est d’elle que partent les forces équilibrantes et restauratrices en direction des milliards de cellules de l’organisme physique ; mais lorsqu’elle est perturbée, elle émet des rayons magnétiques d’une haute teneur destructrice pour notre structure psychique. En tant que machine, notre corps est sujet à l’usure naturelle, d’autant plus que bien des obsédés ne jouissent pas de leurs corps de manière correcte. Cette faille, les obsesseurs (incarnés et désincarnés) savent l’exploiter jusqu’à ce que le malade en vienne à être victime d’une pathologie au diagnostic difficile. L’état obsessif provient de l’intimité de l’homme, et s’extériorise en tourments physiques, mentaux et émotionnels. Ses causes proviennent presque toujours des vies passées. Les passions, les haines, le fanatisme, l’avarice et bien d’autres facteurs sont les sources génératrices de l’obsession, qui est actuellement l’un des fléaux les plus terribles affectant l’humanité. La pensée se communique au corps, lequel s’y ajuste durant l’incarnation, lors de tous ses états heureux ou malheureux, équilibrant ou troublant le cycle de cause à effet, car l’obsession est une pathologie qui a son origine profonde dans l’esprit qui faute. La meilleure manière de nous délivrer d’un obsesseur est de devenir bon. Comme Chico Xavier le disait : « Il n’avancerait à rien au Diable de souffler là où il n’y a pas de braises ». C’est vrai ! Les ténèbres extérieures se lient aux ténèbres intérieures. Ce qui nous attache à un obsesseur, c’est l’iniquité avec laquelle nous alimentons nos attitudes et nos intentions. Ce qui nous lie à un obsesseur vindicatif, c’est notre obstination à ne pas pardonner. Ce qui nous connecte à un obsesseur malheureux, c’est le chagrin que nous cultivons en notre cœur. Souvent recherché par les obsédés, Jésus pénétrait mentalement dans les causes de leur inquiétude et, faisant usage de son autorité morale, il libérait tant les obsesseurs que les obsédés, en leur permettant de s’éveiller à la vie effective par la récupération et la pacification de leur propre conscience. Toutefois, Jésus n’a pas libéré les obsédés sans les inviter à la nécessité d’une réforme intime, et n’a pas éjecté les persécuteurs inconscients sans leur fournir l’adresse de Dieu. En résumé, on peut constamment identifier dans l’obsession (spirituelle), le résultat du manque de vigilance et des manquements moraux. Pour nous prémunir de son influence, il est urgent de fortifier sa foi à travers la rénovation mentale et la pratique du bien à travers la mise en œuvre des règles évangéliques proposées par Jésus-Christ, et en se souvenant de l’indication reprise par Mathieu : « Veillez et priez afin de ne pas tomber au pouvoir de la tentation » (2). Jorge HESSEN Références : 1. Allan Kardec, Évangile selon le spiritisme, Introduction, § XIX 2. Évangile selon Saint Mathieu (Traduction œcuménique), 26 : 41 Sources : Revista « A luz na mente », 26 mai 2014 Encyclopédie spirite : www/spiritisme.net Traduction : J.E. NUNES

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents