Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


L'heure de la conversion extrait du livre la traversée de la vie

Publié par Un spirite sur 30 Janvier 2022, 17:18pm

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

 

De même que, quelque exposé qu'on soit, la mort ne vous veut pas toujours et ne frappe que là où elle doit ; que l'on a vu un Belsunce se prodiguer au milieu des pestiférés sans être atteint par le fléau ; que de vieux troupiers ont fait toutes les campagnes de l'empire sans recevoir une égratignure ; de même, la lumière, quelque éclatante qu'elle soit, n'éclaire pas tout le monde avant que l'heure de la conversion n'ait sonné. On voit une multitude de gens côtoyant la vie spirite avec indifférence, sans que jamais ses principes ne dérangent leur vie. Beaucoup se disent ou se croient spirites, mais fort peu le sont dans l'acception que lui donne Léon Denis lorsqu'il dit : « II ne suffit pas de croire, il faut vivre sa croyance », et Allan Kardec : « Chez beaucoup le spiritisme est sur les lèvres, mais pas dans le cœur ». Un jour, un événement inattendu surgit au cours de leur tranquille existence, généralement une grande douleur, et ce spirite à fleur de peau voit tout d'un coup la consolante doctrine éclore dans son esprit comme une révélation. Elle se dévoile à lui sous un nouveau jour, c'est l'étincelle, c'est le coup de foudre, c'est l'heure marquée qui vient de sonner. Il semble que Dieu laisse à dessein l'homme se débattre dans son obscurité, livré à ses seules impulsions, pour lui permettre de s'embourber dans ses fautes, afin de voir comment il s'en tirera. Il lui faut ce baptême, tant pis s'il trébuche. Il n'en appréciera que mieux le bénéfice de la lumière. A quel mérite sans cela pourrait-il prétendre, si, dès ses premiers pas, il avait été conduit par une main protectrice à travers les écueils ? Il est des êtres qui, présumant trop de leurs forces ou éblouis par l'humanité, y sont entrés trop tôt. Beaucoup s'y sont attardés, fascinés par ses séductions. Mais, pour tous, il y a une ascension lente à travers la vie matérielle, jusqu'au moment où, pénétrant peu à peu dans la vie spirituelle, se fait un mouvement de bascule en faveur de cette dernière, sans cesse en lutte vers le mieux. C'est le point tournant où, après une période d'équilibre entre la bête et l'archange, celui-ci fait pencher la balance en faveur de l'être spirituel. La bête blessée agonise peu à peu dans les derniers spasmes, devant une conscience qui vient de se ressaisir et qui assure désormais à l'être la voie spirituelle. C'est à ce moment que sonne l'heure de la conversion et que commence l'ascension dans la lumière. Mais par combien d'existences devons-nous passer avant que cette heure ne sonne ! Elle est le sommet, l'aboutissant d'une certaine évolution, mais quand elle a arraché le bandeau aux yeux si longtemps aveuglés par les illusions terrestres, c'est un signe que le néophyte a franchi les épreuves les plus pénibles et qu'il va pouvoir suivie à l'avenir un chemin moins épineux. Il est sauvé. Tant que cette heure n'a pas sonné, il ne peut y avoir de conversion sincère, c'est comme un fruit qui n'est pas encore mûr.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents