Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


Deuxième notion Le but de la vie sur la terre et dans l'autre monde

Publié par Un spirite sur 29 Janvier 2022, 10:01am

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

 

— Qu'arrive-t-il alors ? L'Esprit en arrivant là-haut doit rendre compte de sa mission sur la terre. L'âme compte, parmi ses facultés, le sentiment de la justice, qui est sa conscience. Sa conscience est un tribunal qu'elle porte en elle. C'est un tribunal infaillible, qui sommeille pendant que nous sommes sur la terre afin de nous laisser toute la liberté de nos actions. C'est ce que l'on appelle le libre arbitre. Puis elle s'éveille dès que nous quittons le corps qui l'étouffait, qui l'empêchait de se manifester. Pendant la vie elle se contente de nous donner tout bas de salutaires conseils, mais dès que la mort la débarrasse des liens du corps, elle reprend alors son rôle et se fait accusatrice. Elle se dresse devant nos yeux comme un miroir où nous apercevons toute notre vie et toutes nos fautes. Si nous en avions commis de graves, nous sommes immédiatement saisis par les reproches dévorants que nous nous faisons à nous-mêmes, et qu'on appelle le remords, image de nos torts qui ne nous laisse pas une minute de tranquillité. Les criminels sont précipités dans les ténèbres, où la seule chose qu'ils voient est la figure de leur victime, sans cesse grimaçante devant leurs yeux pour leur reprocher leur action. Si nous avons vécu honnêtement, honorablement, le ciel nous ménage de merveilleuses compensations à nos souffrances. Il y a des punitions diverses suivant les fautes commises, mais, en dehors de ces punitions, il reste trois choses que commande notre conscience : — Réparer le mal que nous avons fait sur la terre ; — Nous épurer, nous améliorer, progresser dans notre avancement moral ; — Apprendre, nous instruire, nous élever. Ainsi, chers petits amis, souvenez-vous que vous aurez à réparer tout le tort ou le mal que vous aurez fait à d'autres et que vous aurez pour cela, comme vous allez le voir, à revivre une autre vie d'expiation. Quand vient l'heure de la mort, les Esprits supérieurs s'emparent affectueusement de l'Esprit qui arrive de notre monde, lui expliquent en quoi il a fait mal et ce qu'il aurait dû faire, lui font son éducation morale, lui font subir une espèce de stage, d'apprentissage, de travail préparatoire, et après un long repos dans l'autre monde, quand il est prêt, bien préparé et disposé à l'œuvre de réparation et de progrès qu'il doit accomplir, ils choisissent sur la terre le milieu et les conditions les mieux appropriés à l'épreuve à subir, et l'Esprit est de nouveau envoyé dans un corps humain pour parcourir une nouvelle existence, ce qu'on appelle une réincarnation. Dans cette nouvelle vie, il est puni des fautes qu'il a commises dans les précédentes, il a emporté du ciel avec lui toutes les résolutions nécessaires pour s'amender, progresser, réparer. Ces résolutions sont cachées en lui, mais sa conscience l'aide et le surveille en lui disant tout le temps si ce qu'il fait est bien ou mal. Toutes les occasions lui sont données pour remplir le but de ce nouveau voyage sur la terre et son devoir est d'en profiter. Dieu ne lui permet pas, afin de ne pas l'entraver dans sa liberté, de se souvenir de ses autres vies, ni de ce qu'il a appris précédemment. C'est un être nouveau qui a fait peau neuve et qui jouit de toute sa liberté. Le passé enfoui dans son périsprit est comme des archives qu'il retrouve à la mort, dans le ciel qui est pour lui la vraie vie. Il y jouit de toutes ses facultés, de tout ce qu'il a appris et d'une liberté infiniment plus grande que sur la terre, où elle est entravée et restreinte par le corps. La vie sur la terre est donc une mission à remplir avec ses récompenses pour le bien et ses punitions pour le mal, ainsi que des épreuves dans le but de nous faire progresser. Les maux qui nous frappent sont une dette du passé que nous payons, et nous devons en remercier Dieu, parce qu'ils rendent la liberté à notre conscience et la déchargent d'un poids qui l'oppressait. La vie est donc comme une prison où nous sommes livrés à un travail forcé et dont la mort vient nous délivrer. Il faut bénir la mort qui nous rend à la liberté et à la radieuse patrie des âmes, car là-haut tout est beau et infiniment meilleur qu'ici-bas. Le séjour également y est beaucoup plus long que sur la terre, où nous ne revenons que de loin en loin pour expier les erreurs du passé. Nous avons ainsi une succession d'existences. Au début nous ne savons rien, nous sommes comme des animaux, et dans le fait nous venons des animaux, nous élevant de vie en vie par nos progrès moraux. Si vous voyez sur la terre des criminels, des malfaiteurs, des gens grossiers, des êtres inférieurs de toutes sortes, ce sont des êtres au début de leur existence dans l'humanité. Ils ont encore la bête en eux et n'ont pas encore purgé l'instinct animal. Ils sont tous appelés à s'élever. D'autres sont instruits, généreux, dévoués, vertueux, d'une nature élevée. Ceux-là ont parcouru un grand nombre d'existences et sont arrivés très loin dans l'échelle de leur avancement. Imitez-les, suivez-les, tâchez de les dépasser. Le périsprit de ces derniers est clair et lumineux, tandis que celui des premiers est sombre et couvert de souillures.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents