Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


Allan Kardec. Revue. Spirite 1864

Publié par Un spirite sur 1 Décembre 2021, 10:32am

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

 
 
« On sait que les Esprits, par suite de la différence qui existe dans leurs capacités, sont loin d’être individuellement en possession de toute la vérité ; qu’il n’est pas donné à tous de pénétrer certains mystères ; que leur savoir est proportionné à leur épuration ; que les esprits vulgaires n’en savent pas plus que les hommes, et même moins que certains hommes ; qu’il y a parmi eux, comme parmi ces derniers, des présomptueux et des faux savants qui croient savoir ce qu’ils ne savent pas ; des systématiques qui prennent leurs idées pour la vérité... arbitres de la vérité. En pareil cas, que font les hommes qui n’ont pas en eux-mêmes une confiance absolue ? Ils prennent l’avis du plus grand nombre, et l’opinion de la majorité est leur guide. Ainsi doit-il en être l’égard de l’enseignement des Esprits qui nous en fournissent eux-mêmes les moyens.
 
La concordance dans l’enseignement des Esprits est donc le meilleur contrôle mais il faut qu’elle ait lieu dans certaines conditions. La moins sûre de toutes, c’est lorsqu’un médium interroge lui-même plusieurs Esprits sur un point douteux ; il est bien évident que s’il est sous
 
L’empire d’une obsession, et s’il a affaire à un Esprit trompeur, cet Esprit peut lui dire la même chose sous des noms différents. Il n’y a pas non plus une garantie suffisante dans la conformité qu’on peut obtenir par les médiums d’un seul centre, parce qu’ils peuvent subir la même influence. La seule garantie sérieuse est dans la concordance qui existe entre les révélations faites spontanément par l’entremise d’un grand nombre de médiums étrangers les uns aux autres et dans diverses contrées. On conçoit qu’il ne s’agit point ici des communications relatives à des intérêts secondaires, mais de ce qui se rattache aux principes mêmes de la doctrine...
 
Le premier contrôle est sans contredit celui de la raison, auquel il faut soumettre, sans exception, tout ce qui vient des Esprits ; toute théorie en contradiction manifeste avec le bon sens, avec une logique rigoureuse, et avec les données positives que l’on possède, de quelque nom respectable qu’elle soit signée, doit être rejetée. Mais ce contrôle est incomplet dans beaucoup de cas, par suite de l’insuffisance des lumières de certaines personnes et de la tendance de beaucoup à prendre leur propre jugement pour unique arbitre de la vérité. La seule garantie sérieuse est dans la concordance qui existe entre les révélations faites spontanément par l’entremise d’un grand nombre de médiums étrangers les uns aux autres et dans diverses contrées.
 
Telle est la base sur laquelle nous nous appuyons quand nous formulons un principe de la doctrine ; ce n’est pas parce qu’il est selon nos idées que nous le donnons comme vrai ; nous ne nous posons nullement en arbitre supérieur de la vérité, et nous ne disons à personne : Croyez telle chose, parce que nous le disons. Notre opinion n’est à nos yeux qu’une opinion personnelle qui peut être juste ou fausse, parce que nous ne sommes pas plus infaillibles qu’un autre. Ce n’est pas non plus parce qu’un principe nous est enseigné qu’il est pour nous la vérité, mais parce qu’il a reçu la sanction de la concordance. »
 
Allan Kardec. Revue. Spirite 1864 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents