Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

SCIENCE ET MORALE DE LA PHILOSOPHIE SPIRITE COMMUNICATIONS DES ESPRITS OBTENUES PAR Mme. W. KRELL

23 Novembre 2021 , Rédigé par Un spirite Publié dans #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

SCIENCE ET MORALE DE LA PHILOSOPHIE SPIRITE COMMUNICATIONS DES ESPRITS OBTENUES PAR Mme. W. KRELL

AUX PHARISIENS MODERNES
JUIN 1873

Mais les Pharisiens et les Saducéens s’étant approchés de Jésus lui demandèrent un miracle. Jésus se retourna vers eux et leur dit : « hypocrites, ne prévoyez-vous pas qu’il fera beau temps lorsque le ciel est clair ? »
Mes enfants, la vérité est une eau limpide dont on aperçoit toujours le fond, la vérité est le firmament pur à travers lequel apparaissent toutes les constellations qui illuminent la voûte céleste.
Apôtres et adeptes de la religion de la vérité, apprenez au monde que les murailles n’ont jamais arrêté l’essor de la pensée et que pour arriver à Dieu, créateur et père, le chemin droit est la loi naturelle, la science, la moralité dans sa plus pure signification.
Pour fonder la doctrine qui doit servir d’appui aux esprits d’aujourd’hui, il n’est point besoin, il ne faut pas de miracles, il faut au contraire que la science avec son scalpel puisse fouiller tous les dogmes tous les enseignements, toutes les manifestations ; il faut que la raison puisse tout analyser, tout élucider avant de rien accepter.
Il faut que chaque esprit ait la possibilité de puiser, de la vérité et du savoir, ce qu’il peut en supporter sans être écrasé et qu’ainsi sa foi volontaire, éclairée et simple soit inébranlable et inattaquable.
Les Pharisiens et les Saducéens voulaient éprouver une puissance qu’ils étaient forcés de reconnaître et qu’ils savaient réellement supérieure, mais ce qu’ils avalent oublié c’est que cette puissance lisait dans les pensées et voyait le fond des cœurs !
Spirites, on viendra souvent vous demander des miracles. A ceux qui s’adresseront à vous de cette façon, voici la réponse à faire : nous ne sommes pas des phénomènes et nous ne faisons rien contre nature ; imitez-nous, étudiez, cherchez, approfondissez les lois naturelles, trouvez l’inconnu par le connu, cherchez le pourquoi de, tout ce qui vous semble extraordinaire, approchez-vous de la vérité, forcez-la en quelque sorte par votre travail et votre volonté et vous aurez comme nous la conviction sincère que tout est possible, que tout est, que tout vit, que tout progresse et que tout est destiné à la vie supérieure, à la perfection.
Une voix plus puissante et plus forte que les voix de la terre se fait entendre, car l’heure est venue où tout progrès doit être suivi d’une moralité aussi grande. Après le développement des intelligences, le développement des âmes. Avec la science doivent marcher de pair toutes les vertus qui amènent l’homme à son véritable but.
Inutilement l’humanité égoïste cherche à ne point comprendre, inutilement elle voudrait avec le ridicule tuer une doctrine qui renferme les éléments du bonheur futur ! On n’arrête pas la marche d’un astre, on n’entrave pas les évolutions des univers, on n’enraye pas le progrès !
Spirites, ma voix vous crie aujourd’hui, courage, soutenez-vous, unissez-vous et marchez ! Reportez sur tous les forces que nous vous communiquons, donnez aux hommes vos frères tout l’amour dont vous êtes capables ; donnez sans regret et sans mesure votre dévouement, votre travail ! Donnez votre vie pour la justice, la vérité et la paix ; un jour la paix, la vérité, la justice seront votre récompense !
Melanchthon.

NE METTEZ PAS LA LUMIÈRE SOUS LE BOISSEAU LE SACRIFICE NÉCESSAIRE
JUIN 1873
« Ne mettez pas la lumière sous le boisseau, mais élevez-la au contraire afin qu’elle éclaire toute la maison. »
Amis, frères bien-aimés, frères plus jeunes que nous, c’est pour vous que j’ouvre la bible et que je relis ces paroles. C’est à vous aussi que le maître les adressait en plongeant son regard puissant dans le sombre avenir !
Après la formation du globe terrestre, après avoir condensé diverses matières et séparé les autres, Dieu dit : « que la lumière soit ! »
Après des siècles de travail, de luttes, de misères, après de longues époques d’engourdissement intellectuel, d’affaissement moral, après de longues crises et de longs temps d’arrêt, voici que le chaos commence à se débrouiller dans l’univers de la pensée ; la lutte de l’esprit contre la matière continue et bientôt la matière affaiblie fera place à son vainqueur ! Voici le bienheureux moment du : « fiat lux ! »
La crise dure encore, c’est vrai, c’est encore le travail, le défrichement pénible, mais on sent venir l’époque des semailles et pour que la récolte soit belle on s’occupe d’avoir de bonnes semences.
Si l’on veut récolter la lumière et la science, il faut semer la vérité !
Je ne viens point éclater en inutiles reproches sur le passé, ce qui a été, devait être, on ne modifie pas un monde d’un seul coup. Je viens dire que, puisque quelques-uns ont saisi le flambeau, ils doivent dans la mesure de leurs forces le tenir en main vigoureusement et hautement afin d’illuminer tout ce qui les entoure.
Je viens dire encore une fois, après cent autres, que le sacrifice du cher soi-même ne doit être compté pour rien. Je viens répéter que bien méritoires sont quelquefois les dévouements incompris ou inconnus. Je viens aider les volontés chancelantes en leur montrant encore une fois le résultat certain du sacrifice !
Une vie n’est rien, la vie est tout ! Une vie est une journée dans la carrière de I’esprit. Donnez donc sans regret le temps si court d’une de vos journées puisque vous êtes certains du bonheur de celle qui la suivra. Enfants, Dieu veut qu’on s’aide et qu’on s’aime. Les plus près de lui sont les désintéressés, les vaillants, qui n’ont jamais compté avec eux-mêmes, mais qui ont courageusement, joyeusement ardemment travaillé avec tous et pour tous !
Au petit, au pauvre, à l’ignorant la meilleure part de votre cœur ; au coupable, à l’arriéré, vos soins, votre compassion ; à tout ce qui est mauvais, votre miséricordieuse pitié ; à tout ce qui est faible, votre appui.
Spiritisme veut dire dévouement, à vous donc la charité et le salut !
Que tous les actes de votre vie aient pour mobile de réparer les négligences et les mauvaises volontés du passé, de travailler à rendre l’humanité bonne et heureuse, de venir en aide à ceux qui veulent chercher !
Egmont.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :