Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

LA GENESE LES MIRACLES ET LES PREDICTIONS SELON LE SPIRITISME, ALLAN KARDEC 

12 Mars 2021 , Rédigé par Un spirite Publié dans #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

 

 

 

31.- Par les rapports que l'homme peut maintenant établir avec ceux qui ont quitté la terre, il a non

seulement la preuve matérielle de l'existence et de l'individualité de l'âme, mais il comprend la solidarité

qui relie les vivants et les morts de ce monde, et ceux de ce monde avec ceux des autres mondes. Il

connaît leur situation dans le monde des Esprits ; il les suit dans leurs migrations ; il est témoin de leurs

joies et de leurs peines ; il sait pourquoi ils sont heureux ou malheureux, et le sort qui l'attend lui-même

selon le bien ou le mal qu'il fait. Ces rapports l'initient à la vie future, qu'il peut observer dans toutes ses

phases, dans toutes ses péripéties ; l'avenir n'est plus une vague espérance : c'est un fait positif, une

certitude mathématique. Alors la mort n'a plus rien d'effrayant, car c'est pour lui la délivrance, la porte de

la véritable vie.

32.- Par l'étude de la situation des Esprits, l’homme sait que le bonheur et le malheur dans la vie

spirituelle sont inhérents au degré de perfection et d'imperfection ; que chacun subit les conséquences

directes et naturelles de ses fautes : autrement dit, qu'il est puni par où il a péché ; que ces conséquences

durent aussi longtemps que la cause qui les a produites ; qu'ainsi le coupable souffrirait éternellement s'il

persistait éternellement dans le mal, mais que la souffrance cesse avec le repentir et la réparation ; or,

comme il dépend de chacun de s'améliorer, chacun peut, en vertu de son libre arbitre, prolonger ou

abréger ses souffrances, comme le malade souffre de ses excès aussi longtemps qu'il n'y met pas un terme.

33.- Si la raison repousse, comme incompatible avec la bonté de Dieu, l'idée des peines irrémissibles,

perpétuelles et absolues, souvent infligées pour une seule faute ; des supplices de l'enfer que ne peut

adoucir le repentir le plus ardent et le plus sincère, elle s'incline devant cette justice distributive et

impartiale, qui tient compte de tout, ne ferme jamais la porte du retour, et tend sans cesse la main au

naufragé, au lieu de le repousser dans l'abîme.

34.- La pluralité des existences, dont le Christ a posé le principe dans l'Évangile, mais sans plus le

définir que beaucoup d'autres, est une des lois les plus importantes révélées par le Spiritisme, en ce sens

qu'il en démontre la réalité et la nécessité pour le progrès. Par cette loi, l'homme s'explique toutes les

anomalies apparentes que présente la vie humaine ; les différences de position sociale ; les morts

prématurées qui, sans la réincarnation, rendraient inutiles pour l'âme les vies abrégées ; l’inégalité des

aptitudes intellectuelles et morales, par l'ancienneté de l'Esprit qui a plus ou moins appris et progressé, et

qui apporte en renaissant l'acquis de ses existences antérieures (n°5). 

34.- La pluralité des existences, dont le Christ a posé le principe dans l'Évangile, mais sans plus le

définir que beaucoup d'autres, est une des lois les plus importantes révélées par le Spiritisme, en ce sens

qu'il en démontre la réalité et la nécessité pour le progrès. Par cette loi, l'homme s'explique toutes les

anomalies apparentes que présente la vie humaine ; les différences de position sociale ; les morts

prématurées qui, sans la réincarnation, rendraient inutiles pour l'âme les vies abrégées ; l’inégalité des

aptitudes intellectuelles et morales, par l'ancienneté de l'Esprit qui a plus ou moins appris et progressé, et

qui apporte en renaissant l'acquis de ses existences antérieures (n°5).

35.- Avec la doctrine de la création de l'âme à chaque naissance, on retombe dans le système des

créations privilégiées ; les hommes sont étrangers les uns aux autres, rien ne les relie, les liens de famille

sont purement charnels : ils ne sont point solidaires d'un passé où ils n'existaient pas ; avec celle du néant

après la mort, tout rapport cesse avec la vie ; ils ne sont point solidaires de l'avenir. Par la réincarnation,

ils sont solidaires du passé et de l'avenir ; leurs rapports se perpétuant dans le monde spirituel et dans le

monde corporel, la fraternité a pour base les lois mêmes de la nature ; le bien a un but, le mal a ses

conséquences inévitables.

36.- Avec la réincarnation tombent les préjugés de races et de castes, puisque le même Esprit peut

renaître riche ou pauvre, grand seigneur ou prolétaire, maître ou subordonné, libre ou esclave, homme ou

femme. De tous les arguments invoqués contre l'injustice de la servitude et de l'esclavage, contre la

sujétion de la femme à la loi du plus fort, il n'en est aucun qui prime en logique le fait matériel de la

réincarnation. Si donc la réincarnation fonde sur une loi de la nature le principe de la fraternité

universelle, elle fonde sur la même loi celui de l'Egalité des droits sociaux, et par suite celui de la liberté.

37.- Otez à l'homme l'esprit libre, indépendant, survivant à la matière, vous en faites une machine

organisée, sans but, sans responsabilité, sans autre frein que la loi civile, et bonne à exploiter comme un

animal intelligent. N'attendant rien après la mort, rien ne l'arrête pour augmenter les jouissances du

présent ; s'il souffre, il n'a en perspective que le désespoir et le néant pour refuge. Avec la certitude de

l'avenir, celle de retrouver ceux qu'il a aimés, la crainte de revoir ceux qu'il a offensés, toutes ses idées

changent. Le Spiritisme, n'eût-il fait que tirer l'homme du doute touchant la vie future, aurait plus fait pour

son amélioration morale que toutes les lois disciplinaires qui le brident quelquefois, mais ne le changent

pas.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :