Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


LA FAMILLE SPIRITUELLE 

Publié par Un spirite sur 23 Janvier 2021, 14:27pm

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme, #Suicide

 

 

1) Si l'on considère que le suicide est une sorte de déviation du chemin qui conduit l'Esprit à la perfection, combien de temps lui faudra-t-il pour revenir sur la bonne route ?

Il faut connaître le degré de ses tendances au suicide, ce qui dépend de plusieurs facteurs, dont le principal est l'évolution de l'Esprit. Puis il est éclairé, plus graves seront les conséquences. 

2) S'il faut qu'il revienne sur ses pas, pouvons-nous affirmer que devant l'aspect évolutif de sa situation, il se maintient stationnaire dans son attitude pendant toute cette période ?

Pas nécessairement. Les conséquences mêmes du suicide constituent des expériences qui l'aident à mûrir, à respecter la vie et à se soumettre à la volonté divine. Nous sommes tous l'objet des mécanismes de la loi de cause à effet, qui nous amènent à apprendre à partir de nos propres erreurs, malgré le fait que nous devons avouer que le meilleur est de ne pas les commettre.  

3) La Doctrine Spirite nous enseigne que dans notre chemin évolutif, nous marchons par groupes familiaux, devenant des familles spirituelles qui se soutiennent et se stimulent mutuellement. Quel est le destin du suicidé, par rapport à son groupe familial ? 

C'est un motif de grande préoccupation pour ceux qui l'aiment depuis un passé lointain. Au nom de l'amour, la famille se dispose certainement à travailler à sa récupération, l'aidant à surmonter les conséquences du geste malheureux. 

4) Si la composition d'une famille spirituelle obéit au facteur de la syntonie, le suicidé est-il automatiquement exclu de celle-ci ? 

Exclu, non mais éloigné. Cependant, les êtres qui lui sont chers continuent à veiller sur lui, assumant la position de guides spirituels, cherchant à l'aider à s'élever et à surmonter les barrières vibratoires. 

5) Accompagnent-ils le suicidé de loin ?

Oui, dans le Monde Spirituel. Mais ils peuvent aussi se mettre à ses côtés, en se réincarnant comme des proches familiers le soutenant dans le chemin difficile de sa rédemption. 

6) Si nous admettons que la famille spirituelle continue son chemin évolutif à la recherche de nouvelles expériences, le suicide est-il toujours à la traine ? 

La distance qui s'établit entre le suicidé et sa famille peut être surmontée. S'il accélère le pas et se dispose à grandir spirituellement, il finira par rattraper ses compagnons. Tout dépend de lui. 

7) En analysant la problématique du suicide, nous constatons que les conséquences générales sont beaucoup plus sérieuses que celles subites par le corps spirituel. 

Sans doute. Si le candidat au suicide avait une pâle idée des problèmes qu'il déclenche pour lui-même, il accepterait d'affronter avec courage les défis existentiels sans à aucun moment penser à se tuer.

8) Quel est le grand recours pour vaincre la tentation de suicide ?

Job a Dit (1:21)  : << Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris, Bénit soit le nom du Seigneur ! >> Dépouillé de tout ce qu'il avait, malade et pauvre, Job a conservé le courage de vivre et s'est soumis à la volonté de Dieu. Celui qui a la certitude que Dieu est notre Père d'amour et de miséricorde infinis ne pensera jamais au suicide. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents