Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


SCIENCE ET MORALE DE LA PHILOSOPHIE SPIRITE COMMUNICATIONS DES ESPRITS OBTENUES PAR Mme. W. KRELL

Publié par Un spirite sur 14 Octobre 2020, 12:37pm

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

LES MONDES ARRIÉRÉS
MARS 74


Nous allons passer en revue un monde absolument opposé à celui que nous quittons. Après la lumière et les joies d’une nature presque perfectionnée, voici l’atmosphère sombre et la boue, mais il faut tout voir pour comparer et juger.
Pour vous faciliter le travail j’ai amené le médium dans ce nouveau monde, voici le résumé de ses observations : une terre froide et noire. Une espèce de demi-jour. — Point de végétation. — Une fange dans laquelle rampent des êtres qui ressemblent plus à des animaux qu’à des hommes, ils ont les pieds et les mains palmés ; point d’intelligence dans leur regard. — Point de lois, point de religion, la vie animale avec ses instincts les plus grossiers.
Plus loin sur des montagnes une faible végétation composée de quelques mousses et d’arbustes chétifs et mal venus. — Une population à peu près aussi sauvage que la première obéissant cependant à un chef qui leur est supérieur en force et en intelligence. Cet être est une femme ! C’est un esprit ayant habité votre terre et condamné à l’affreuse existence actuelle pour des crimes commis. Quelques souvenirs, fugitifs comme des éclairs traversent quelquefois cette intelligence voilée.
Le périsprit du médium a été suffisamment tangibilisé pour que cette pauvre créature puisse l’apercevoir un moment, elle l’a pris pour un bon génie, une divinité, quelque chose d’idéal dont le souvenir lui restera toujours ; ce sera, dans cette pauvre existence, un rayon d’où résultera une espèce de culte, germe d’une future croyance.
Sur un autre point, un village avec des cabanes de forme ronde. Les habitants, toujours affreux, obéissent à un chef qui ne leur est supérieur que par la force et la cruauté. Les moeurs sont épouvantables et le médium ne peut continuer à les constater tellement ce qu’il voit est horrible et dégoûtant. Les habitants s’entredévorent tout vivants et le chef vit souvent de ses sujets mêmes. Leur nourriture se compose habituellement de gros poissons, qu’ils mangent sans préparation aucune et tels qu’ils les ont sortis de l’eau, ou de mousses, espèce de plante chétive qui pousse au flanc des montagnes.
Une sorte de ville où le médium peut enfin constater un atome de civilisation et de progrès. — Un commencement de religion s’annonçant par des sacrifices humains. — Un commencement de science prouvée par quelques signes hiéroglyphiques, tracés par un incarné plus intelligent et constatant des observations climatériques, des classifications de saisons, etc. Cet esprit, comme l’autre, est aussi un ancien habitant de la terre, subissant une peine. — Un commencement de commerce, d’industrie, car les habitants sont armés de lances qu’ils ont du rapporter de lointaines excursions. — Le médium voit une mer, sillonnée de petits navires bien informes, bien grossiers, bien primitifs, mais qui prouvent que les incarnés commencent cette vie de travail, de recherches imposée par Dieu à toute créature.
De l’autre côté de cet océan, sur un autre hémisphère, se trouve une ville ; les habitants sont moins affreux que ceux vus précédemment, en outre, ils sont pour la plupart à peu près vêtus. Dans les environs de cette ville le médium voit des arbres, mais presque sans branches, les feuilles sont à la cime et sortent du tronc même de l’arbre. A l’étonnement du médium il est répondu qu’il n’est pas besoin d’ombrage où les rayons ne pénètrent pas, en effet, l’atmosphère épaisse ressemble pendant la saison d’été, à la vôtre pendant les jours de brouillard et de neige. — Le médium est effrayé par quelques animaux, les uns peuvent être comparés au caïman les autres au bison. — Les habitants chassent à la fronde.
C’est de cette ville que sortent les lances aperçues de l’autre côté de la mer, elles sont en métal brun bronze. — Le Dieu adoré ici est le feu. — Le médium voit un temple où le feu brûle sans cesse, il est alimenté en partie avec du bois, en partie avec une pierre spongieuse et oléagineuse.
Il y a des lois et le médium pourrait assister à une exécution, mais il la juge sans doute trop cruelle car il refuse de s’approcher. Il remarque aussi des manuscrits couverts des mêmes signes que ceux qu’il avait vus précédemment dans une autre partie de ce monde.
En résumé : abrutissement, barbarie, cruauté sous toutes les formes, vices hideux passés à l’état des mœurs, passions monstrueuses, lois arbitraires et tyranniques, religion absolue et barbare, travail pénible et grossier, vie de souffrance, intelligence à peine en germe, voila l’état actuel de ce monde qui est cependant appelé comme toutes les oeuvres du Créateur à la plus haute perfection !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents