Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


SCIENCE ET MORALE DE LA PHILOSOPHIE SPIRITE COMMUNICATIONS DES ESPRITS OBTENUES PAR Mme. W. KRELL

Publié par Un spirite sur 14 Octobre 2020, 12:10pm

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

L’ÉVOLUTION DE L’ÂME
JUIN 74

Après le rapide coup d’œil jeté sur ce monde, vous comprenez que l’étincelle divine que vous nommez âme et qui plus tard devient esprit, passe par tous les degrés de la création ; que cet être, à partir du jour où il a reçu la vie, continue à monter ; à présent donc que ces diverses transformations ne sont plus pour vous un mystère, revenons, je vous prie, au sujet de notre étude.
Sortons des fluides matériels pour entrer à pleines voiles dans la région spirituelle, et prenons l’âme au moment où dégagée en quelque sorte des langes de l’enfance, elle commence à comprendre ce qu’elle est.
Prenons-la au moment où, sortie des incarnations forcées, elle a devant elle la route large du libre arbitre ; c’est maintenant une intelligence et il lui faut vouloir. Par combien d’épreuves lui faudra-t-il encore passer avant d’arriver à connaître les forces qui l’environnent, et par combien d’autres encore avant d’être en état de se servir de ces forces, de commander à ces puissances ?..
Lorsque, par des études longues et sérieuses, par des tentatives réitérées et souvent douloureuses, l’âme aura acquis la science, l’expérience et l’habitude de la bonté, le moment sera venu pour elle de faire mouvoir les fluides qui s’appellent volonté. Il est donc nécessaire que l’homme ait dépouillé toute matérialité et même, s’il se peut, toute attraction vers la matière ; il faut que l’homme à qui la foudre sera confiée soit assez sage, assez prudent pour n’en pas faire un jeu, assez bon pour n’en pas taire un mal, assez éclairé pour savoir en tirer un grand bien pour tous !
L’étude que je voudrais, au moins, vous faire commencer ne sera, ne pourra être applicable que dans l’avenir, car la terre entière doit être modifiée, renouvelée, améliorée pour mettre la volonté à son service !
Il y a des mondes où l’acte de la volonté suffit à l’accomplissement du désir, vous n’en êtes pas encore là, mais puisque les forces commencent à se faire jour et à percer malgré les entraves de la matière absolue, il est bon, dis-je, que vous les connaissiez et que vous sachiez un peu vous tenir sur ce pont tremblant. Il est bon que vous puissiez en certain cas vous répondre à vous-même, il est bon puisque vous êtes quelquefois appelés à donner soulagement ou éclaircissement, que vous soyez vous-mêmes éclairés et fortifiés.
 

PUISSANCE DE LA PENSÉE
SEPTEMBRE 74

« Quand vous voudrez être agréables à Dieu, réunissez-vous et priez ! ». Ainsi parlait le Maître.
Et vous, amis, vous avez compris sans doute que cette réunion demandée n’était pas seulement la réunion des corps, mais avant tout, la réunion des pensées, la réunion des fluides.
De ce faisceau doit sortir la puissante pensée qui monte jusqu’à Dieu ! Ceci doit vous amener aussi à observer que dans tous les actes importants de votre vie, si vous pouvez parvenir à rassembler plusieurs volontés soeurs partant d’un même point et se dirigeant vers le même but, les obstacles seront renversés certainement et plus facilement par cette puissance.
Du jour où l’homme sera assez fort pour maîtriser et diriger à son gré cette puissance inconnue et presque infinie, il aura vaincu la douleur physique, il aura guéri la plaie morale qui s’appelle ignorance, et il aura fait des passions qui le terrassent aujourd’hui autant de moteurs puissants destinés à lui faciliter son travail.
Vous connaissez la volonté par le magnétisme, c’est ce que j’appellerai la volonté matérielle et brutale en quelque sorte. Nous laisserons cette partie qui est élémentaire, car il ne s’agit ici ni de tables à soulever ni de masses à faire mouvoir, il s’agit, non de bouleversement, mais de calme et pacifique influence spirituelle.
Veuillez remarquer que plus haut je me suis servi de ces mots : « à son gré » et veuillez faire avec moi cette observation, c’est que pour qu’il soit permis à certains hommes de diriger « à leur gré » les forces dont je parle, il faut absolument qu’ils aient beaucoup progressé, car une passion mauvaise ne doit en quoi que ce soit influencer les actes de cette volonté. Ceci dit, il est entendu que nous parlons d’hommes parvenus au point culminant de ce qui est regardé sur terre comme la perfection, car il faut bien comprendre et admettre que les forces spirituelles sont bien autrement subtiles et par conséquent bien autrement difficiles et dangereuses à manier que les forces matérielles.
Prenons donc l’âme au moment où dégagée des grossières passions terrestres, elle est appelée à devenir un instrument de progrès et de travail dans le vaste champ de la liberté conquise pied à pied par le perfectionnement.

LA VOLONTÉ FACULTÉ ET LA VOLONTÉ FLUIDE
DÉCEMBRE 74

Pour vous aider à comprendre, établissons d’abord deux sortes de volonté : la volonté faculté et la volonté fluide.
La volonté faculté est inhérente à tout être qui est une âme ou un commencement d’âme, puisqu’elle est une des parties qui la constituent.
La volonté faculté est plus ou moins développée vers le bien suivant que l’âme est plus ou moins avancée en moralité.
La volonté faculté peut être modifiée dans une existence, presque annulée dans une autre ou fortifiée considérablement dans une troisième.
Voici à peu près comme j’entends l’origine et le développement de cette force motrice et presque créatrice.
D’abord volonté absolue et égoïste dirigeant l’être pour sa conservation, plus tard son bien-être.
Volonté intelligente le conduisant ensuite à son instruction ; volonté moralisante forçant ce même être à s’améliorer coûte que coûte, le forçant à accepter épreuves sur épreuves jusqu’à ce qu’il soit devenu complètement bon.
Ici s’arrête la volonté faculté et je commence à la nommer volonté puissance ou volonté fluide, comme vous aimerez mieux, c’est-à-dire cette force qui peut, comme l’électricité et la vapeur, être instantanément décuplée et produire des effets appelés aujourd’hui phénomènes et qui ne sont pourtant que le résultat des lois naturelles combinées et dirigées.
Volonté puissance, car elle va laisser l’être complètement de côté et travailler à la grande oeuvre, à la sublime merveille, au perfectionnement général.
A partir de ce moment, l’être ayant passé par toutes les chrysalides matérielles, intellectuelles et morales, va devenir entre les mains du Créateur un instrument de progrès, et comme il va travailler, le Créateur lui donne la puissance, la volonté non seulement de bien faire, c’est chose acquise, mais de conduire, d’entraîner et en quelque sorte de forcer à bien faire par le seul ascendant de sa volonté.
Parmi votre humanité, quelques-uns commencent à aborder ce point de la vie de l’esprit, pour ceux-là l’heure va bientôt sonner où la volonté faculté se transformera en puissance ; devenus suffisamment intelligents et bons, Dieu va leur confier l’étincelle, le rayon qui donne à tous la vie ! Ces quelques-uns en amèneront d’autres, et ce sera une époque dans la vie de votre humanité.
Comme la faculté, la puissance se développera petit à petit et degré à degré, les résultats satisfaisants ne s’obtiendront que progressivement. C’est pour vous prémunir contre tout découragement et toute faiblesse que nous commençons maintenant déjà la tâche de l’avenir, car vous savez que Dieu ne fait rien d’inutile et s’il permet que vous soyez aujourd’hui déjà enveloppés de lumière, c’est que vous avez besoin d’être éclairés et que le moment est venu pour vous d’observer attentivement tous les actes de votre vie.
Pénétrez-vous donc bien de l’importance de nos instructions et venez avec confiance apporter vos sueurs dans le vaste champ que nous vous aidons à défricher.

PUISSANCE DE LA VOLONTÉ CHEZ LES ÊTRES INFÉRIEURS
DÉCEMBRE 74

D. — Un être mauvais peut-il suffisamment agir sur les fluides pour nuire à son semblable par le seul fait de sa volonté propre ?
R. — Oui et non. Oui, en ce qui concerne le désir de faire le mal ; non, en ce qui concerne le pouvoir de le faire à son gré.
Oui, car son désir, sa volonté agissent sur les fluides et les font mouvoir ; non, car l’être mauvais n’a pas la liberté, la clairvoyance, la puissance nécessaire pour la diriger à coup sûr ; l’esprit arriéré dont il est question dans la demande que vous faites n’a pas le droit d’agir, à son gré, sur les fluides, il ne possède pas la puissance ; cependant cet esprit peut, par suite d’études et d’essais, avoir acquis une connaissance assez grande de ces fluides qui peuvent encore être classés parmi ceux que nous appelons matériels. Dans ce cas, mettant sa volonté au service de ses passions, il essaiera de nuire à son semblable et il réussira quelquefois, soit en agissant sur le cerveau de son ennemi entassant autour de lui les pensées mauvaises, soit en fatigant son organisme par des combinaisons malsaines avec la partie matérielle des fluides qui entourent l’individu.
Les cas d’obsession le prouvent, mais ils sont assez rares pour que j’établisse en règle générale que les désirs mauvais d’un être ne sont que par exception suivis d’effet.
Vouloir, oui, l’esprit mauvais peut toujours vouloir le mal, mais pouvoir le faire est plus rare ; tandis que l’esprit avancé possédant la volonté puissance peut toujours, lorsqu’il veut ; son désir est toujours suivi d’effet.
Considérez donc l’esprit qui, par sa volonté, dirige sur son semblable les fluides mauvais, comme instrument poussé par une force dont il n’a pas conscience, ou comme un être désobéissant.
Ainsi l’esprit peut nuire par son désir, car le désir amène de mauvais fluides, et ces fluides deviendraient nuisibles, s’ils ne rencontraient sur leur passage des barrières neutralisantes. Ces barrières sont tantôt des fluides spirituels, propriété acquise de l’être attaqué, l’enveloppant d’un manteau fluidique impénétrable ; tantôt une protection spirituelle émanant d’esprits supérieurs à l’être et placés près de lui par la prévoyante bonté du Créateur comme protecteurs et gardiens.
Ces forces fluidiques sont contenues par des lois immuables, comme les lois de la nature. Les esprits qui veulent enfreindre ces lois subissent la peine de leur désobéissance, absolument comme les hommes qui n’écoutant que leurs passions veulent se soustraire aux lois générales établies pour maintenir l’harmonie.
Un esprit qui se venge, en martyrisant un incarné par une obsession douloureuse, se met en dehors de la grande loi d’amour et de pardon ; il désobéit au Créateur qui aime et pardonne sans cesse, il manie les fluides qui se nomment haine et les combinant avec les fluides habituels de sa victime, il en fait un être souffrant pendant tout ou partie de son existence.
J’insiste, pour que vous voyiez en toute chose la divine justice, sur les barrières spirituelles résultant de la moralité, de la supériorité ; ou barrières de protection et d’amour fraternel, placées autour d’êtres faibles et non condamnés à l’épreuve épouvantable de l’obsession, etc.
Il résulte de ceci que, quand je dis volonté puissance, j’accorde à ce mot toutes les qualités inhérentes, et entrant complètement dans la sphère spirituelle, je me rapproche en quelque sorte de la divinité dont la puissance infinie ne peut exister qu’appuyée sur la bonté, la justice, la vérité infinie, l’amour sans fin et sans borne !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents