Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

LE LIVRE LE CIEL ET L'ENFER, ALLAN KARDEC, HOMICIDE, CRIMINELS REPENTANTS.

4 Août 2019 , Rédigé par Un spirite Publié dans #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

JACQUES LATOUR

assassin, condamné par la cour d'assises de Foix, et exécuté en septembre 1864.

 

Dans une réunion spirite intime de sept à huit personnes, qui eut lieu à Bruxelles, le 13

septembre 1864, et à laquelle nous assistions, une dame médium fut priée d'écrire ; aucune

évocation spéciale n'étant faite, elle trace avec une agitation extraordinaire, en très gros

caractères, et après avoir violemment raturé le papier, ces mots :

«Je me repens ! je me repens ! Latour.»

Surpris de cette communication inattendue, que rien n'avait provoquée, car nul ne songeait à

ce malheureux dont la plupart même des assistants ignoraient la mort, on adresse à l'Esprit

quelques paroles de commisération et d'encouragement ; puis on lui fait cette question :

Quel motif a pu vous engager à venir parmi nous plutôt qu'ailleurs, puisque nous ne vous

avons pas appelé ?

Le médium, qui est aussi médium parlant, répond de vive voix :

«J'ai vu que vous étiez des âmes compatissantes et que vous prendriez pitié de moi, tandis que

d'autres m'évoquent plus par curiosité que par véritable charité, ou bien s'éloignent de moi avec

horreur.»

Alors a commencé une scène indescriptible qui n'a pas duré moins d'une demi-heure. Le

médium joignant à la parole, les gestes et l'expression de la physionomie, il est évident que

l'Esprit s'est identifié avec sa personne : parfois ses accents de désespoir sont si déchirants, il

peint ses angoisses et ses souffrances avec un ton si navrant, ses supplications sont si

véhémentes, que tous les assistants en sont profondément émus.

Quelques-uns même étaient effrayés de la surexcitation du médium, mais nous pensions que

la communication d'un Esprit qui se repent et qui implore la pitié n'offrait aucun danger. S'il a

emprunté les organes du médium, c'est pour mieux dépeindre sa situation et intéresser davantage

à son sort, mais non, comme les Esprits obsesseurs et possesseurs, en vue de s'emparer de lui

pour le dominer. Cela lui a sans doute été permis dans son propre intérêt, et peut-être aussi pour

l'instruction des personnes présentes.

Il s'écrie :

«Oh ! oui, de la pitié ! j'en ai bien besoin, car vous ne savez pas ce que je souffre !... non, vous

ne le savez pas ; vous ne pouvez pas le comprendre... c'est horrible !... La guillotine !... qu'est-ce

que cela à côté de ce que j'endure maintenant ? Ce n'est rien ; c'est un instant. Mais ce feu qui me

dévore, c'est pire *c'est une mort continuelle ; c'est une souffrance qui ne laisse ni trêve ni

repos... qui n'a point de fin !

«Et mes victimes qui sont là, autour de moi... qui me montrent leurs plaies..., qui me

poursuivent de leurs regards !... Elles sont là, devant moi..., je les vois toutes... oui, toutes..., je

les vois toutes ; je ne puis les éviter !... Et cette mare de sang !... et cet or souillé de sang !... tout

est là ! toujours devant moi !... Sentez-vous l'odeur du sang ?... Du sang, toujours du sang !... Les

voilà, ces pauvres victimes ; elles m'implorent... et moi, sans pitié, je frappe... je frappe... je

frappe toujours !... Le sang m'enivre !

«Je croyais qu'après ma mort tout serait fini ; c'est pourquoi j'ai bravé le supplice ; j'ai bravé

Dieu, je l'ai renié !... Et voilà que, quand je me croyais anéanti pour toujours, un réveil terrible se

fait... ; oh ! oui, terrible !... je suis entouré de cadavres, de figures menaçantes... je marche dans le

sang... Je croyais être mort, et je vis !... C'est affreux !... c'est horrible ! plus horrible que tous les

supplices de la terre !

«Oh ! si tous les hommes pouvaient savoir ce qu'il y a au-delà de la vie ! ils sauraient ce qu'il

en coûte de faire le mal ; il n'y aurait plus d'assassins, plus de criminels, plus de malfaiteurs ! Je

voudrais que tous les assassins puissent voir ce que je vois et ce que j'endure... Oh ! non, il n'y en

aurait plus... c'est trop affreux de souffrir ce que je souffre !

«Je sais bien que je l'ai mérité, ô mon Dieu car je n'ai point eu pitié de mes victimes ; j'ai

repoussé leurs mains suppliantes quand elles me demandaient de les épargner. Oui, j'ai moimême

été cruel ; je les ai lâchement tuées pour avoir leur or !... J'ai été impie ; je vous ai renié ;

j'ai blasphémé votre saint nom... J'ai voulu m'étourdir ; c'est pourquoi je voulais me persuader

que vous n'existiez pas* O mon Dieu ! je suis un grand criminel ! Je le comprends maintenant.

Mais n'auriez-vous pas pitié de moi ?... Vous êtes Dieu, c'est-à-dire la bonté, la miséricorde !

Vous êtes tout-puissant !

«Pitié, Seigneur ! oh ! pitié ! pitié ! Je vous en prie, ne soyez pas inflexible ; délivrez-moi de

cette vue odieuse, de ces images horribles..., de ce sang... de mes victimes dont les regards me

percent jusqu'au coeur comme des coups de poignard.

«Vous qui êtes ici, qui m'écoutez, vous êtes de bonnes âmes, des âmes charitables ; oui, je le

vois, vous aurez pitié de moi, n'est-ce pas ? Vous prierez pour moi... Oh ! je vous en supplie ! ne

me repoussez pas. Vous demanderez à Dieu de m'ôter cet horrible spectacle de devant les yeux ;

il vous écoutera, parce que vous êtes bons... Je vous en prie, ne me repoussez pas comme j'ai

repoussé les autres... Priez pour moi.»

Les assistants, touchés de ses regrets, lui adressèrent des paroles d'encouragement et de

consolation. Dieu, lui dit-on, n'est point inflexible ; ce qu'il demande au coupable, c'est un

repentir sincère et le désir de réparer le mal qu'il a fait. Puisque votre coeur n'est point endurci, et

que vous lui demandez pardon de vos crimes, il étendra sur vous sa miséricorde, si vous

persévérez dans vos bonnes résolutions pour réparer le mal que vous avez fait. Vous ne pouvez

sans doute pas rendre à vos victimes la vie que vous leur avez ôtée, mais, si vous le demandez

avec ferveur, Dieu vous accordera de vous retrouver avec elles dans une nouvelle existence, où

vous pourrez leur montrer autant de dévouement que vous avez été cruel ; et quand il jugera la

réparation suffisante, vous rentrerez en grâce auprès de lui. La durée de votre châtiment est ainsi

entre vos mains ; il dépend de vous de l'abréger ; nous vous promettons de vous aider de nos

prières, et d'appeler sur vous l'assistance des bons Esprits. Nous allons dire à votre intention la

prière contenue dans l'Evangile selon le Spiritisme pour les Esprits souffrants et repentants. Nous

ne dirons pas celle pour les mauvais Esprits, parce que, dès lors que vous vous repentez, que

vous implorez Dieu, et renoncez à faire le mal, vous n'êtes plus à nos yeux qu'un Esprit

malheureux, et non mauvais.

Cette prière dite, et après quelques instants de calme, l'Esprit reprend :

«Merci, mon Dieu !... oh ! merci ! vous avez eu pitié de moi ; ces horribles images

s'éloignent... Ne m'abandonnez pas... envoyez-moi vos bons Esprits pour me soutenir... Merci.»

Après cette scène, le médium est, pendant quelque temps, brisé et anéanti ; ses membres sont

courbaturés. Il a le souvenir, d'abord confus, de ce qui vient de se passer ; puis, peu à peu il se

rappelle quelques-unes des paroles qu'il a prononcées, et qu'il disait malgré lui ; il sentait que ce

n'était pas lui qui parlait.

Le lendemain, dans une nouvelle réunion, l'Esprit se manifeste encore, et recommence,

pendant quelques minutes seulement, la scène de la veille, avec la même pantomime expressive,

mais moins violente ; puis il écrit, par le même médium, avec une agitation fébrile, les paroles

suivantes :

«Merci de vos prières ; déjà une amélioration sensible se produit en moi. J'ai prié Dieu avec

tant de ferveur, qu'il a permis que, pour un moment, mes souffrances soient soulagées ; mais je

les verrai encore, mes victimes... Les voilà ! les voilà !... Voyez-vous ce sang ?...»

(La prière de la veille est répétée. L'Esprit continue, en s'adressant au médium) :

«Pardon de m'emparer de vous. Merci du soulagement que vous apportez à mes souffrances ;

pardon à vous de tout le mal que je vous ai occasionné ; mais j'ai besoin de me manifester ; vous

seule pouvez...

«Merci ! merci ! un peu de soulagement se produit ; mais je ne suis pas au bout de mes

épreuves. Bientôt encore mes victimes reviendront. Voilà la punition ; je l'ai méritée, mon Dieu,

mais soyez indulgent.

«Vous tous, priez pour moi ; ayez pitié de moi.»

LATOUR.

Un membre de la Société spirite de Paris, qui avait prié pour ce malheureux Esprit et l'avait

évoqué, en obtint les communications suivantes, à différents intervalles :

I

J'ai été évoqué presque aussitôt après ma mort, et je n'ai pu me communiquer de suite, mais

beaucoup d'Esprits légers ont pris mon nom et ma place. J'ai profité de la présence à Bruxelles du

président de la Société de Paris, et avec la permission des Esprits supérieurs, je me suis

communiqué.

Je viendrai me communiquer à la Société, et je ferai des révélations qui seront un

commencement de réparation de mes fautes, et qui pourront servir d'enseignement à tous les

criminels qui me liront et qui réfléchiront au récit de mes souffrances.

Les discours sur les peines de l'enfer font peu d'effet sur l'esprit des coupables, qui ne croient

pas à toutes ces images, effrayantes pour les enfants et les hommes faibles. Or, un grand

malfaiteur n'est pas un Esprit pusillanime, et la crainte des gendarmes agit plus sur lui que le récit

des tourments de l'enfer. Voilà pourquoi tous ceux qui me liront seront frappés de mes paroles,

de mes souffrances qui ne sont pas des suppositions. Il n'y a pas un seul prêtre qui puisse dire :

«j'ai vu ce que je vous dis, j'ai assisté aux tortures des damnés.» Mais, lorsque je viendrai dire :

«Voilà ce qui s'est passé après la mort de mon corps ; voilà quel a été mon désenchantement, en

reconnaissant que je n'étais pas mort, comme je l'avais espéré, et que ce que j'avais pris pour la

fin de mes souffrances était le commencement de tortures impossibles à décrire !» alors, plus

d'un s'arrêtera sur le bord du précipice où il allait tomber, chaque malheureux que j'arrêterai ainsi

dans la voie du crime servira à racheter une de mes fautes. C'est ainsi que le bien sort du mal, et

que la bonté de Dieu se manifeste partout, sur la terre comme dans l'espace.

Il m'a été permis d'être affranchi de la vue de mes victimes, qui sont devenues mes bourreaux,

afin de me communiquer à vous ; mais en vous quittant je les reverrai, et cette seule pensée me

fait souffrir plus que je ne peux dire. Je suis heureux lorsqu'on m'évoque, car alors je quitte mon

enfer pour quelques instants. Priez toujours pour moi ; priez le Seigneur pour qu'il me délivre de

la vue de mes victimes.

Oui, prions ensemble, la prière fait tant de bien !... Je suis plus allégé ; je ne sens plus autant

la pesanteur du fardeau qui m'accable. Je vois une lueur d'espérance qui luit à mes yeux, et plein

de repentir, je m'écrie : Bénie soit la main de Dieu ; que sa volonté soit faite ?*

II

LE MEDIUM. - Au lieu de demander à Dieu de vous délivrer de la vue de vos victimes, je

vous engage à prier avec moi pour lui demander la force de supporter cette torture expiatoire,

LATOUR. - J'aurais préféré être délivré de la vue de mes victimes. Si vous saviez ce que je

souffre ?* L'homme le plus insensible serait ému s'il pouvait voir, imprimées sur ma figure

comme avec le feu, les souffrances de mon âme. Je ferai ce que vous me conseillez. Je

comprends que c'est un moyen un peu plus prompt d'expier mes fautes. C'est comme une

opération douloureuse qui doit rendre la santé à mon corps bien malade.

Ah ! si les coupables de la terre pouvaient me voir, qu'ils seraient effrayés des conséquences

de leurs crimes qui, cachés aux yeux des hommes sont vus par les Esprits ! Que l'ignorance est

fatale à tant de pauvres gens !

Quelle responsabilité assument ceux qui refusent l'instruction aux classes pauvres de la

société ! Ils croient qu'avec les gendarmes et la police, ils peuvent prévenir les crimes. Comme ils

sont dans l'erreur !

III

Les souffrances que j'endure sont horribles, mais depuis vos prières, je me sens assisté par de

bons Esprits qui me disent d'espérer. Je comprends l'efficacité du remède héroïque que vous

m'avez conseillé, et je prie le Seigneur de m'accorder la force de supporter cette dure expiation.

Elle est égale, je puis le dire, au mal que j'ai fait. Je ne veux pas chercher à excuser mes forfaits ;

mais du moins, sauf les quelques instants de terreur qui ont précédé, pour chacune de mes

victimes, le moment de la mort, la douleur, une fois le crime commis, a cessé pour elles, et celles

qui avaient terminé leurs épreuves terrestres sont allées recevoir la récompense qui les attendait.

Mais, depuis mon retour dans le monde des Esprits, je n'ai pas cessé, excepté dans les moments

bien courts où je me suis communiqué, de souffrir les douleurs de l'enfer.

Les prêtres, malgré leur tableau effrayant des peines que ressentent les réprouvés, n'ont qu'une

idée bien faible des véritables souffrances que la justice de Dieu inflige à ses enfants qui ont

violé sa loi d'amour et de charité. Comment faire croire à des gens raisonnables qu'une âme, c'està-

dire quelque chose qui n'est pas matériel, puisse souffrir au contact du feu matériel ? C'est

absurde, et voilà pourquoi tant de criminels se rient de ces peintures fantastiques de l'enfer. Mais

il n'en est pas de même de la douleur morale qu'endure le condamné, après la mort physique.

Priez pour moi, pour que le désespoir ne s'empare pas de moi.

IV

Je vous remercie du but que vous me faites entrevoir, but glorieux auquel je sais que je

parviendrai lorsque je me serai purifié. Je souffre beaucoup, et cependant il me semble que mes

souffrances diminuent. Je ne puis croire que, dans le monde des Esprits, la douleur diminue parce

qu'on s'y habitue peu à peu. Non. Je comprends que vos bonnes prières ont accru mes forces, et si

mes douleurs sont les mêmes, ma force étant plus grande, je souffre moins.

Ma pensée se reporte sur ma dernière existence, sur les fautes que j'aurais pu éviter si j'avais

su prier. Je comprends aujourd'hui l'efficacité de la prière ; je comprends la force de ces femmes

honnêtes et pieuses, faibles selon la chair, mais fortes par leur foi ; je comprends ce mystère que

ne comprennent pas les faux savants de la terre. Prière ! ce mot seul excite la risée des esprits

forts. Je les attends dans le monde et lorsque le voile qui leur dérobe la vérité se déchirera pour

eux, à leur tour ils viendront se prosterner aux pieds de l'Eternel qu'ils ont méconnu, et ils seront 

heureux de s'humilier pour se relever de leurs péchés et de leurs forfaits ! Ils comprendront la

vertu de la prière.

Prier, c'est aimer ; aimer, c'est prier ! Alors, ils aimeront le Seigneur et lui adresseront leurs

prières d'amour et de reconnaissance, et, régénérés par la souffrance, car ils devront souffrir, ils

prieront comme moi pour avoir la force d'expier et de souffrir, et lorsqu'ils auront cessé de

souffrir, ils prieront pour remercier le Seigneur du pardon qu'ils auront mérité par leur

soumission et leur résignation. Prions frère, pour me fortifier davantage...

Oh ! merci, frère, de ta charité, car je suis pardonné. Dieu me délivre de la vue de mes

victimes. Oh ! mon Dieu, soyez béni pendant l'éternité pour la grâce que vous m'accordez ! O

mon Dieu ! je sens l'énormité de mes crimes, et je m'abîme devant votre toute-puissance.

Seigneur ! je vous aime de tout mon coeur, et je vous demande la grâce de me permettre, lorsque

votre volonté m'enverra subir sur la terre de nouvelles épreuves, d'y venir, missionnaire de paix

et de charité, apprendre aux enfants à prononcer votre nom avec respect. Je vous demande de

pouvoir leur apprendre à vous aimer, vous le Père de toutes les créatures. Oh ! merci, mon Dieu !

Je suis un Esprit repentant, et mon repentir est sincère. Je vous aime, autant que mon coeur si

impur peut comprendre ce sentiment, pure émanation de votre divinité. Frère, prions, car mon

coeur déborde de reconnaissance. Je suis libre, j'ai brisé mes fers, je ne suis plus un réprouvé, je

suis un Esprit souffrant, mais repentant, et je voudrais que mon exemple pût retenir sur le seuil

du crime toutes ces mains criminelles que je vois prêtes à se lever. Oh ! arrêtez, frères, arrêtez !

car les tortures que vous vous préparez seront atroces. Ne croyez pas que le Seigneur se laissera

toujours aussi promptement fléchir par la prière de ses enfants. Ce sont des siècles de torture qui

vous attendent.

Le guide du médium. Tu ne comprends pas, dis-tu, les paroles de l'Esprit. Rends-toi compte de

son émotion et de sa reconnaissance envers le Seigneur ; il ne croit pas pouvoir mieux l'exprimer

et la témoigner qu'en essayant d'arrêter tous ces criminels qu'il voit et que tu ne peux voir. Il

voudrait que ses paroles arrivassent jusqu'à eux, et ce qu'il ne t'a pas dit, parce qu'il l'ignore

encore, c'est qu'il lui sera permis de commencer des missions réparatrices. Il ira près de ses

complices chercher à leur inspirer le repentir, et à introduire dans leurs coeurs le germe du

remords. Quelquefois l'on voit sur la terre des personnes que l'on croyait honnêtes, venir aux

pieds d'un prêtre s'accuser d'un crime. C'est le remords qui leur dicte l'aveu de leur faute. Et si le

voile qui te sépare du monde invisible se soulevait, tu verrais souvent un Esprit qui fut le

complice ou l'instigateur du crime, venir comme le fera Jacques Latour, chercher à réparer sa

faute, en inspirant le remords à l'Esprit incarné.

Ton guide protecteur.

Le médium de Bruxelles qui avait eu la première manifestation de Latour, en reçut plus tard la

communication suivante :

«Ne craignez plus rien de moi ; je suis plus tranquille, mais je souffre encore cependant. Dieu

a eu pitié de moi, car il a vu mon repentir. Maintenant, je souffre de ce repentir qui me montre

l'énormité de mes fautes.

«Si j'avais été bien guidé dans la vie, je n'aurais pas fait tout le mal que j'ai fait ; mais mes

instincts n'ont pas été réprimés, et j'y ai obéi, n'ayant connu aucun frein. Si tous les hommes

pensaient davantage à Dieu, ou du moins si tous les hommes y croyaient, de pareils forfaits ne se

commettraient plus.

«Mais la justice des hommes est mal entendue ; pour une faute, quelquefois légère, un homme

est enfermé dans une prison qui, toujours, est un lieu de perdition et de perversion. Il en sort

complètement perdu par les mauvais conseils et les mauvais exemples qu'il y a puisés. Si

cependant sa nature est assez bonne et assez forte pour résister au mauvais exemple, en sortant de

prison toutes les portes lui sont fermées, toutes les mains se retirent devant lui, tous les coeurs 

honnêtes le repoussent. Que lui reste-t-il ? Le mépris et la misère ; l'abandon, le désespoir, s'il

sent en lui de bonnes résolutions pour revenir au bien ; la misère le pousse à tout. Lui aussi alors

méprise son semblable, le hait, et perd toute conscience du bien et du mal, puisqu'il se voit

repoussé, lui qui cependant avait pris la résolution de devenir honnête homme. Pour se procurer

le nécessaire, il vole, il tue parfois ; puis on le guillotine !

«Mon Dieu, au moment où mes hallucinations vont me reprendre, je sens votre main qui

s'étend vers moi ; je sens votre bonté qui m'enveloppe et me protège. Merci, mon Dieu ! dans ma

prochaine existence, j'emploierai mon intelligence, mon bien à secourir les malheureux qui ont

succombé et à les préserver de la chute.

«Merci vous qui ne répugnez pas à communiquer avec moi ; soyez sans crainte ; vous voyez

que je ne suis pas mauvais. Quand vous pensez à moi, ne vous représentez pas le portrait que

vous avez vu de moi, mais représentez-vous une pauvre âme désolée qui vous remercie de votre

indulgence.

«Adieu ; évoquez-moi encore, et priez Dieu pour moi.»

LATOUR.

Etude sur l'Esprit de Jacques Latour.

On ne peut méconnaître la profondeur et la haute portée de quelques-unes des paroles que renferme

cette communication ; elle offre en outre un des aspects du monde des Esprits châtiés, au-dessus duquel

cependant on entrevoit la miséricorde de Dieu. L'allégorie mythologique des Euménides n'est pas aussi

ridicule qu'on le croit, et les démons, bourreaux officiels du monde invisible, qui les remplacent dans la

croyance moderne, sont moins rationnels, avec leurs cornes et leurs fourches, que ces victimes servant

elles-mêmes au châtiment du coupable.

En admettant l'identité de cet Esprit, on s'étonnera peut-être d'un changement aussi prompt dans son

état moral ; c'est, ainsi que nous l'avons fait remarquer dans une autre occasion, qu'il y a souvent plus de

ressources chez un Esprit brutalement mauvais, que chez celui qui est dominé par l'orgueil, ou qui cache

ses vices sous le manteau de l'hypocrisie. Ce prompt retour à de meilleurs sentiments indique une nature

plus sauvage que perverse, à laquelle il n'a manqué qu'une bonne direction. En comparant son langage à

celui d'un autre criminel mentionné ci-après, sous le titre de : Châtiment par la lumière, il est aisé de voir

celui des deux qui est le plus avancé moralement, malgré la différence de leur instruction et de leur

position sociale ; l'un obéissait à un instinct naturel de férocité, à une sorte de surexcitation, tandis que

l'autre apportait dans la perpétration de ses crimes, le calme et le sang-froid d'une lente et persévérante

combinaison, et après sa mort bravait encore le châtiment par orgueil ; il souffre, mais ne veut pas en

convenir ; l'autre est dompté immédiatement. On peut ainsi prévoir lequel des deux souffrira le plus

longtemps.

«Je souffre, dit l'Esprit de Latour, de ce repentir qui me montre l'énormité de mes fautes». Il y a là une

pensée profonde. L'Esprit ne comprend réellement la gravité de ses méfaits que lorsqu'il se repent ; le

repentir amène le regret, le remords, sentiment douloureux qui est la transition du mal au bien, de la

maladie morale à la santé morale. C'est pour y échapper que les Esprits pervers se raidissent contre la

voix de leur conscience, comme ces malades qui repoussent le remède qui doit les guérir ; ils cherchent à

se faire illusion, à s'étourdir en persistant dans le mal. Latour est arrivé à cette période où

l'endurcissement finit par céder ; le remords est entré dans son coeur ; le repentir s'en est suivi ; il

comprend l'étendue du mal qu'il a fait ; il voit son abjection, et il en souffre ; voilà pourquoi il dit : «Je

souffre de ce repentir». Dans sa précédente existence, il a dû être pire que dans celle-ci, car s'il se fût

repenti comme il le fait aujourd.hui, sa vie eût été meilleure. Les résolutions qu'il prend maintenant

influeront sur son existence terrestre future ; celle qu'il vient de quitter, toute criminelle qu'elle ait été, a

marqué pour lui une étape de progrès. Il est plus que probable qu'avant de la commencer, il était, dans

l'erraticité, un de ces mauvais Esprits rebelles, obstinés dans le mal, comme on en voit tant.

Beaucoup de personnes ont demandé quel profit on pouvait tirer des existences passées, puisqu'on ne

se souvient ni de ce que l'on a été ni de ce que l'on a fait.

Cette question est complètement résolue par le fait que, si le mal que nous avons commis est effacé, et

s'il n'en reste aucune trace dans notre coeur, le souvenir en serait inutile, puisque nous n'avons pas à nous

en préoccuper. Quant à celui dont nous ne nous sommes pas entièrement corrigés, nous le connaissons 

par nos tendances actuelles ; c'est sur celles-ci que nous devons porter toute notre attention. Il suffit de

savoir ce que nous sommes, sans qu'il soit nécessaire de savoir ce que nous avons été.

Quand on considère la difficulté, pendant la vie, de la réhabilitation du coupable le plus repentant, la

réprobation dont il est l'objet, on doit bénir Dieu d'avoir jeté un voile sur le passé. Si Latour eût été

condamné à temps, et même s'il eût été acquitté, ses antécédents l'eussent fait rejeter de la société. Qui

aurait voulu, malgré son repentir, l'admettre dans son intimité ? Les sentiments qu'il manifeste

aujourd'hui comme Esprit nous donnent l'espoir que, dans sa prochaine existence terrestre, il sera un

honnête homme, estimé et considéré ; mais supposez qu'on sache qu'il a été Latour, la réprobation le

poursuivra encore. Le voile jeté sur son passé lui ouvre la porte de la réhabilitation ; il pourra s'asseoir

sans crainte et sans honte parmi les plus honnêtes gens.Combien en est-il qui voudraient à tout prix

pouvoir effacer de la mémoire des hommes certaines années de leur existence !

Que l'on trouve une doctrine qui se concilie mieux que celle-ci avec la justice et la bonté de Dieu ! Au

reste, cette doctrine n'est pas une théorie, mais un résultat d'observations. Ce ne sont point les spirites qui

l'ont imaginée ; ils ont vu et observé les différentes situations dans lesquelles se présentent les Esprits ;

ils ont cherché à se les expliquer, et de cette explication est sortie la doctrine. S'ils l'ont acceptée, c'est

parce qu'elle résulte des faits, et qu'elle leur a paru plus rationnelle que toutes celles émises jusqu'à ce

jour sur l'avenir de l'âme.

On ne peut refuser à ces communications un haut enseignement moral ?* L'Esprit a pu être, a même

dû être aidé dans ses réflexions et surtout dans le choix de ses expressions, par des Esprits plus avancés ;

mais, en pareil cas, ces derniers n'assistent que dans la forme et non dans le fond, et ne mettent jamais

l'Esprit inférieur en contradiction avec lui-même. Ils ont pu poétiser chez Latour la forme du repentir,

mais ils ne lui auraient point fait exprimer le repentir contre son gré, parce que l'Esprit a son libre

arbitre ; ils voyaient en lui le germe de bons sentiments, c'est pourquoi ils l'ont aidé à s'exprimer, et par là

ils ont contribué à les développer en même temps qu'ils ont appelé sur lui la commisération.

Est-il rien de plus saisissant, de plus moral, de nature à impressionner plus vivement que le tableau de

ce grand criminel repentant, exhalant son désespoir et ses remords ; qui, au milieu de ses tortures,

poursuivi par le regard incessant de ses victimes, élève sa pensée vers Dieu pour implorer sa

miséricorde ? N'est-ce pas là un salutaire exemple pour les coupables ? On comprend la nature de ses

angoisses ; elles sont rationnelles, terribles, quoique simples et sans mise en scène fantasmagorique.

On pourrait s'étonner peut-être d'un si grand changement dans un homme comme Latour ; mais

pourquoi n'aurait-il pas eu de repentir ? Pourquoi n'y aurait-il pas en lui une corde sensible vibrante ? Le

coupable serait-il donc à jamais voué au mal ? N'arrive-t-il pas un moment où la lumière se fait dans son

âme ? Ce moment était arrivé pour Latour. C'est précisément là le côté moral de ses communications ;

c'est l'intelligence qu'il a de sa situation ; ce sont ses regrets, ses projets de réparation qui sont

éminemment instructifs. Qu'eût-on trouvé d'extraordinaire à ce qu'il se repentit sincèrement avant de

mourir, qu'il eût dit avant ce qu'il a dit après ? N'en a-t-on pas de nombreux exemples ?

Un retour au bien avant sa mort eût passé aux yeux de la plupart de ses pareils pour de la faiblesse ; sa

voix d'outre-tombe est la révélation de l'avenir qui les attend. Il est dans le vrai absolu quand il dit que

son exemple est plus propre à ramener les coupables que la perspective des flammes de l'enfer et même

de l'échafaud. Pourquoi donc ne leur donnerait-on pas dans les prisons ? Cela en ferait réfléchir plus d'un,

ainsi que nous en avons déjà plusieurs exemples. Mais comment croire à l'efficacité des paroles d'un

mort, quand on croit soi-même que quand on est mort tout est fini ? Un jour cependant viendra où l'on

reconnaîtra cette vérité que les morts peuvent venir instruire les vivants.

Il y a plusieurs autres instructions importantes à tirer de ces communications ; c'est d'abord la

confirmation de ce principe d'éternelle justice, que le repentir ne suffit pas pour placer le coupable au

rang des élus. Le repentir est le premier pas vers la réhabilitation qui appelle la miséricorde de Dieu ;

c'est le prélude du pardon et de l'abrégement des souffrances ; mais Dieu n'absout pas sans condition ; il

faut l'expiation et surtout la réparation ; c'est ce que comprend Latour, et c'est à quoi il se prépare.

En second lieu, si l'on compare ce criminel à celui de Castelnaudary, on trouve une grande différence

dans le châtiment qui leur est infligé. Chez ce dernier, le repentir a été tardif et par conséquent la peine

plus longue. Cette peine est en outre presque matérielle, tandis que chez Latour la souffrance est plutôt

morale ; c'est que, comme nous l'avons dit plus haut, chez l'un l'intelligence était bien moins développée

que chez l'autre ; il fallait quelque chose qui pût frapper ses sens obtus ; mais les peines morales n'en sont

pas moins cuisantes pour celui qui est arrivé au degré voulu pour les comprendre ; on en peut juger par 

les plaintes qu'exhale Latour ; ce n'est pas la colère, c'est l'expression des remords bientôt suivie du

repentir et du désir de réparer, afin de s'avancer.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :