Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

doctrinespiritenimes.over-blog.com

doctrinespiritenimes.over-blog.com

Allan Kardec définit le Spiritisme comme une doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des esprits, possédant des lois morales et reposant sur une échelle spirite. Ce courant de pensée estime que les médiums peuvent communiquer avec les défunts, par l'utilisation d'une énergie spirituelle appelée périsprit. Fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l'au-delà, le Spiritisme regroupe plusieurs millions d'adeptes à travers le monde. CHARTE - INFORMATIONS UTILES ET TRÈS IMPORTANT Bien chers tous Je conseille à toutes et à tous de bien lire la description du Spiritisme. Je vous rappelle que le Spiritisme N’A RIEN à VOIR avec la pratique médiumnique généralement répandue et utilisée à des fins matérielles, lucratives ou similaires. En conclusion, je vous déconseille d'adhérer à toute publicité à titre commercial (cabinets de voyance etc.) La médiumnité est un don gratuit et non pas un marche-pied, donner gratuitement ce que Dieu a donné gratuitement. Bien à vous. Conseils d’un cercle Spirite : « Nous estimons qu’il est dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec l’au-delà sans connaissances préalables. Lorsque l’on a une idée juste et suffisante des réalités spirites et médiumniques, on sait alors ce à quoi l’on s’expose en toute connaissance de cause. De plus, outre une formation théorique indispensable, une personne qui souhaite communiquer avec l’autre monde doit le faire dans le cadre d’un groupe structuré, expérimenté et averti qui saura faire face aux éventuelles difficultés, qu’il s’agisse des manifestations subconscientes ou d’interventions indésirables de mauvais esprits. En d’autres termes, nous déconseillons de pratiquer en dehors du cadre spirite. Régulièrement nous recevons courriers et e-mails, provenant de personnes qui sont désemparées, face à des mauvais esprits (supposés ou réels) dont elles ne parviennent pas à se débarrasser. Nous ne pouvons décemment que les inviter à stopper toute expérience, afin que leurs désordres psychologiques déjà évidents, ne s’aggravent pas davantage. Ainsi donc, chers correspondants, quelle que soit votre curiosité et votre soif d’expérience, ayez la sagesse de faire les choses dans l’ordre. Commencez par vous instruire, découvrez l’au-delà par la lecture des grands auteurs spirites, et ensuite vous y verrez plus clair. » Allan Kardec entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du livre des Esprits. Liens sources Centre Spirite: https://www.cslak.fr http://kardec.fr/index.php?lng=fr https://www.usff.fr https://www.cesakparis.fr


COMMÉRAGES

Publié par Michael Adamczyk sur 14 Novembre 2018, 15:16pm

Catégories : #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Spiritisme, #Doctrine Spirite, #Science

Questionné sur la solution des problèmes de relations au sein du Centre Spirite, Chico nous dit : Nous devons faire des campagnes pour faire taire les commérages, et cultiver les prières et pensées charitables et optimistes, en faveur de notre union et de notre paix. Les guides spirituels nous avertissent constamment quant aux persécutions menées par des entités qui sont incommodées par l’action purificatrice du spiritisme, dont les orientations neutralisent leur influence perturbatrice. Tels des seigneurs féodaux qui ne veulent pas perdre la domination sur leurs vassaux, ils attaquent les rebelles, qui osent encourager la libération, et risquent de contaminer d’autres vassaux par leurs idées rénovatrices. *** Intelligents et rusés, ces agents des ténèbres ne causent pas trop d’embarras aux serviteurs du centre spirite. Ils savent que lorsque la pression est trop grande, il y a un effet contraire. Leurs victimes s’attachent à la prière, cultivent la solidarité, s’aident mutuellement, et neutralisent leur influence. Ils agissent de façon plus sophistiquée. Ils se limitent à semer la dissension, à partir des commérages apparemment sans prétentions, la médisance véhiculée sans engagement, comme celui qui revend au prix d’achat. *** A ce sujet, il y a une histoire illustrative rapportée par l’esprit Humberto de Campos, psychographie de Chico Xavier. Il parle d’un bel arbre qui était un refuge pour les passants, qui s’y abritaient à l’ombre en pleine chaleur, et d’oiseaux qui installaient des nids sur ses branches verdoyantes. L’arbre résistait aux tempêtes violentes, aux inondations, à la chaleur écrasante, aux terribles sècheresses, mais elle a succombé à de petites bestioles. Minuscules, quasi-invisibles, personne n’y a porté attention quand elles se sont installées sur l’arbre. Mais les bestioles se sont multipliées indéfiniment, elles ont atteint les racines de l’arbre et ont commencé à le dévorer tout doucement. Le géant, qui a résisté aux pires intempéries, a été réduit en peu de temps à du bois sec, destiné au feu. Les bestioles de l’histoire sont les commérages, tellement au goût de l’infériorité humaine, capables de compromettre les institutions les plus saines et productives. Ils constituent l’instrument préféré des esprits qui veulent perturber l’ambiance spirite, et qui savent que peu de gens résistent à la tentation de mettre de l’huile sur le feu, quand ils parlent mal de quelqu’un qui est absent. *** Si vous êtes dirigeant ou participant d’un groupe spirite, permettez-moi, cher lecteur, deux suggestions : La première porte sur l’auto affirmation, inspirée du vieil égoïsme humain. Lorsque vous avez l’intention de critiquer un compagnon absent, demandez-vous à vous-même, avant d’envoyer des braises : - Est-ce que je défends le bien et la vérité, ou est-ce que je ne cherche qu’à me mettre en évidence, en l’abaissant pour vous placer au-dessus de lui ? Il y a toujours un petit goût de réalisation personnelle lorsqu’on dévalorise son prochain, en négligeant la charité. La seconde est de prier en faveur de nos compagnons, au lieu d’en penser du mal. Demandons surtout pour nous-mêmes. Que Dieu nous donne la force pour retenir notre langue à la limite du silence, lorsque nous sommes tentés d’exercer la médisance, en partant de commérages innocents. Par Richard Simonetti, Folha Espirita, février 2009.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents