Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

Centre Spirite Lyonnais Allan Kardec. Réunion du samedi 20 janvier 2018 : PHILIPPE

19 Août 2018 , Rédigé par Un spirite Publié dans #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme

Je vais maintenant confier à Isabelle, Philippe qui est le mari de Marina. Frère peux-tu me dire si Philippe peut venir auprès de nous et comment il se trouve aujourd'hui ? - Il peut se présenter, il a parfois des moments de lassitude. Ce compagnon s'est dégagé sans vrai difficulté aidé par des prières de votre monde, celles du notre de ceux qui l'aimaient qui sont partis avant lui. Il s'est affranchi en douceur des contraintes de la chair. En esprit, son périsprit s'est dégagé pour trouver le repos dont il a besoin, que nous avons tous besoin après une incarnation. Je ne te cache pas que depuis il s'inquiète de situations terrestres dont il ne peut résoudre le problème. Comme tu l'as dit l'évolution est lente certaines situations qui semblent désespérées ont toujours une solution, il suffit de prendre un peu de hauteur, corrige ce compagnon qui doit encore s'instruire, la solution à tout problème vient lentement. Elle vient de l'instruction, elle vient de la compassion, elle vient de la prière ; tu vois il lui reste encore à apprendre. Eveille son courage. - Tu as été amené près de nous par des frères bienveillants, des frères qui te conseillent qui ont pensé que tu devais venir aujourd'hui afin de continuer à apprendre. - Ça me crève le cœur d'être là, je suis encore si fatigué, j'ai mal ; ce qui me fait plus de mal c'est que je vois tout ce qui se passe et que je ne peux rien faire. Laisser ceux que l'on aime et ne rien pouvoir faire, impuissant. Je la vois régler chaque problème chaque jour et je devrais être là pour l'épauler et je ne peux pas. Pourquoi m'oblige-t-on à venir ? - On ne t'oblige pas, on te propose de venir porter ton chagrin jusqu'ici pour te montrer combien la vie est courte finalement et qu'elle ne s'arrête pas au seuil du corps physique. Comme tu peux le voir, chacun a ses épreuves, tu as eu tes épreuves dans la vie. - Oui, mais mon rôle c'est d'être là. - Tu as essayé de les surmonter et ensuite tu as passé le témoin à d'autres. - C'est trop tôt. C'était trop tôt. Je ne devais pas partir maintenant, c'était trop tôt. - Ce sont des épreuves que nous êtres humains nous devons subir, nous devons comprendre, comprendre que les épreuves terrestres ne sont finalement que peu de choses devant la vie qui s'ouvre à nous, devant les autres vies qui s'ouvrent à nous ; à chaque fois nous faisons un petit bout du chemin et nous revenons pour le continuer, pour partager, pour nous aimer, nous nous retrouvons. - Comment pourrais-je entendre parler d'un retour, j'ai l'impression de ne même pas avoir achevé ce que j'avais à faire dans cette vie, regarde, regarde, je laisse le chaos, je laisse tout à ceux qui restent. - Ceux qui restent doivent trouver la force de continuer. - Je n'arrive pas à les aider, je pleure, je crie. - Ce n'est plus ton rôle ; tu as fait ton chemin sur terre, tu dois prier au contraire, simplement prier pour ceux qui sont sur terre pour qu'ils trouvent la force, prier pour toi aussi et surtout pour que toi tu trouves la force de continuer. - Je ne veux pas penser à moi pour l'instant ; est-ce que les prières suffiront à les aider, à les porter ? Je ne veux rien pour moi, rien. - Les prières suffisent toujours, les prières suffisent pour nous donner le courage, la volonté de continuer, la force de vaincre les souffrances, d'avancer dans la vie, mais les prières ne résoudront pas les problèmes matériels, elles nous aident à les supporter, les problèmes matériels c'est à nous de les résoudre, de relativiser leur importance ; il y a tant d'autres choses à voir. - Peut-être que si j'arrêtais de m'en vouloir j'y verrais plus clair. - Oui bien sûr cela ne sert plus à rien maintenant de te morfondre, de t'en vouloir, de t'accuser ; tu as fait ce que tu as pu, tu as fait ce que tu pensais être bon, maintenant il faut que tu passes à autre chose, il faut que tu penses à ton évolution, à ton parcours, à cette vie céleste qui s'ouvre devant toi. Lorsque tu auras compris, tu pourras aider les tiens alors mais tant que toi tu es dans la peine, comment veux-tu le faire ? Tu ne peux que leur apporter peine et chagrin et angoisse par tes cris. - Tu veux dire que j'alourdis leurs pas ? - Tu alourdis leurs pas à chaque fois par tes pensées qui sont désespérées des fois. - C'est dur de se retourner et de laisser derrière soi son passé pour penser à son propre avenir, je trouve ça égoïste mais si ça doit être ainsi. - Chacun doit vivre son parcours, chacun doit surmonter ses épreuves, chacun doit trouver la force dans la prière. - Ils ne m'en voudront pas ? - Ils ne t'en voudront pas ; ils savent maintenant que tu vis encore, que tu penses à eux et eux pourront t'aider par leurs prières, s'ils le souhaitent. Que ce contact d'aujourd'hui serve à chacun à découvrir les valeurs spirituelles qui existent, à avancer sur ce chemin qui n'est pas matériel et qui nous conduit jusque dans ce lieu où tu es aujourd'hui dans lequel tu peines. - C'est pour ça que je vois de la lumière ? - C'est en effet vers cette lumière que tu dois te diriger, c'est là que tu trouveras le réconfort. - On m'appelle, ne m'en veuillez pas mais c'est si beau. - Avance maintenant sans aucune crainte, sans aucun regret. - Ça ne m'empêche pas de penser à vous même si je vais là-bas. - Tu pourras y penser avec beaucoup plus de force, libère-toi de tes chaînes. - Oh j'hésite. - Tu trouveras dans cette lumière tout l'amour et toute la force que tu pourras retransmettre à ta famille plus tard, c'est ainsi que tu pourras les aider. - C'est ce que je veux. C'est ce que je veux. J'y vais alors. - Vas-y sans crainte, je t'accompagne. - Merci de m'avoir montré mon erreur et la route à suivre. Je m'en vais alors mais je ne vous oublie pas. - Personne ne t'oubliera non plus. Au revoir. - Merci. Au revoir.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :