Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

LE TRIPLE ASPECT DE LA DOCTRINE SPIRITE – L’ASPECT RELIGIEUX, Revue Spirite

6 Juillet 2017 , Rédigé par Un spirite Publié dans #Croyance, #Doctrine Spirite

LE TRIPLE ASPECT DE LA DOCTRINE SPIRITE – L’ASPECT RELIGIEUX (part.4)

Le Spiritisme est une doctrine philosophique qui a des conséquences religieuses comme toute philosophie spiritualiste ; par cela même, il touche forcément aux bases fondamentales de toutes les religions : Dieu, l'âme et la vie future ; mais ce n'est point une religion constituée, attendu qu'il n'a ni culte, ni rite, ni temple et que, parmi ses adeptes, aucun n'a pris ni reçu le titre de prêtre ou de grand prêtre. (…) (1) Dans le discours d'ouverture de la Séance Commémorative Annuelle des Morts, à la Société de Paris, publié dans la Revue Spirite de décembre 1868, Allan Kardec, répondant à la question Le Spiritisme est-il une Religion ?, affirme : Le lien établi par une religion, quel qu'en soit l'objet, est donc un lien essentiellement moral, qui relie les cœurs, qui identifie les pensées, les aspirations, et n'est pas seulement le fait d'engagements matériels qu'on brise à volonté, ou de l'accomplissement de formules qui parlent aux yeux plus qu'à l'esprit. L'effet de ce lien moral est d'établir entre ceux qu'il unit, comme conséquence de la communauté de vues et de sentiments, la fraternité et la solidarité, l'indulgence et la bienveillance mutuelles. C'est en ce sens qu'on dit aussi : la religion de l'amitié, la religion de la famille. S'il en est ainsi, dira-t-on, le Spiritisme est donc une religion ? Eh bien, oui ! sans doute, Messieurs ; dans le sens philosophique, le Spiritisme est une religion, et nous nous en glorifions, parce que c'est la doctrine qui fonde les liens de la fraternité et de la communion de pensées, non pas sur une simple convention, mais sur les bases les plus solides : les lois mêmes de la nature. Pourquoi donc avons-nous déclaré que le Spiritisme n'est pas une religion ? Par la raison qu'il n'y a qu'un mot pour exprimer deux idées différentes, et que, dans l'opinion générale, le mot religion est inséparable de celle de culte ; qu'il réveille exclusivement une idée de forme, et que le Spiritisme n'en a pas. Si le Spiritisme se disait religion, le public n'y verrait qu'une nouvelle édition, une variante, si l'on veut, des principes absolus en matière de foi ; une caste sacerdotale avec son cortège de hiérarchies, de cérémonies et de privilèges ; il ne le séparerait pas des idées de mysticisme, et des abus contre lesquels l'opinion s'est souvent élevée. Le Spiritisme, n'ayant aucun des caractères d'une religion, dans l'acception usuelle du mot, ne pouvait, ni ne devait se parer d'un titre sur la valeur duquel on se serait inévitablement mépris ; (…) (2) Concluons avec Emmanuel : Le Spiritisme peut être symbolisé (…) par un triangle de forces spirituelles. La Science et la Philosophie relient cette figure symbolique à la Terre, mais la Religion est l'angle divin qui la relie au ciel. Dans son aspect scientifique et philosophique, la doctrine sera toujours un noble champ de recherches humaines, comme les autres mouvements collectifs de nature intellectuelle qui visent au perfectionnement de l'Humanité. Mais c'est dans son aspect religieux que réside sa grandeur divine, construisant la restauration de l'Évangile de Jésus Christ, établissant la rénovation définitive de l'homme vers la grandeur de son immense futur spirituel. (3) 1. KARDEC, Allan. Œuvres Posthumes. Courte réponse aux détracteurs du Spiritisme, 1° partie. 2. _______. Revue Spirite. Discours d'ouverture par M. Allan Kardec. 11° Année. Décembre 1868. 3. XAVIER, Fancisco Cândido. O Consolador. Définition, p. 19-20.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :