Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

Les dérives des églises spirites : Johannes Greber : La Communication avec le Monde Spirituel

25 Avril 2016 , Rédigé par Un spirite Publié dans #Croyance, #Doctrine Spirite

« A partir de là, on peut dire que même des églises que l’on appelle « spirites », et qui animent leurs réunions par des prières et des chants religieux, ne servent pas la cause de Dieu en raison de leur objectif. Les personnes employées dans ces églises comme dirigeants ou collaborateurs possèdent généralement une constitution médiumnique ainsi que diverses facultés de clairvoyance. Elles peuvent donc entrer en communication avec les Esprits qui accompagnent les membres de ces congrégations. Le rayonnement fluidique de ces Esprits se met en contact avec celui des médiums de ces églises. Ces derniers ne ressentent pas seulement la présence des Esprits, mais sont capables de recevoir les messages provenant des Esprits et destinés à favoriser leurs amis encore incarnés. La caractéristique principale de ce genre d’assemblée est la transmission des messages qui se limitent presque exclusivement aux préoccupations matérielles. Ce sont de tels discours qui attirent la plupart des participants qui considèrent ces églises comme des bureaux de renseignements. Ils paient un droit d’entrer pour obtenir, à travers les médiums ou les clairvoyants, des renseignements fournis par des parents et des amis décédés à propos de leur destin terrestre. C’est pourquoi les dirigeants de ces églises veillent à ne laisser partir aucun visiteur sans message de ce genre. Les Esprits de Dieu évitent ces réunions et donc ne les contrôlent pas. Ce sont alors les Esprits inférieurs qui mènent le jeu. Même si ce ne sont pas précisément de mauvais Esprits qui y participent, cette communication n’apporte aucun profit spirituel aux hommes. De plus, si des médiums à transe partielle fonctionnent dans ces églises, elles deviennent la porte ouverte à tous les Esprits inférieurs qui s’y rendent librement, puisqu’il n’y a aucun esprit contrôleur pour les éloigner et maintenir l’ordre. Il en résulte une pagaille de messages venant des Esprits qui n’a rien d’édifiant. A cause de cela, la communication entre les hommes et les Esprits telle qu’elle est voulue par Dieu subit un préjudice considérable et se trouve discréditée aux yeux des personnes inexpérimentées dans ce domaine. Le battage religieux qui couvre ces assemblées d’églises donne l’impression que ce qui s’y passe correspond à un spiritisme voulu par Dieu. En réalité, les dirigeants de ces églises encourent une grande responsabilité devant Dieu pour tout ce qui se passe pendant leurs réunions. Ils ont le devoir de mettre leurs dons au service de Dieu. Ils doivent le faire d’une façon désintéressée sans se laisser diriger par des considérations matérielles. Ils devraient plutôt prier pour qu’un contrôle des Esprits leur soit accordé car ils l’obtiendraient certainement. Mais alors, ils seraient obligés de laisser les Esprits contrôleurs diriger les réunions à leur place. S’ils se pliaient à cette exigence, les réunions deviendraient vraiment des services divins. Elles serviraient à l’édification et au progrès des participants parce que les Esprits inférieurs seraient chassés par la présence des Esprits supérieurs de Dieu. Si les réunions se tiennent comme je viens de te le décrire, elles vous apportent la bénédiction divine, le bonheur et la paix intérieure. Chaque séance se termine par une courte prière d’action de grâces récitée par le président de la séance et, si possible, par un cantique. » Les cultes spirites isolés « La formation d’un médium ainsi que toute autre communication avec le monde des bons Esprits, ne nécessite pas forcément des rassemblements importants. Chacun peut, quotidiennement ou plusieurs fois par semaine, se recueillir individuellement pendant une demi-heure au moins. Il procède tout comme on le fait lors d’une réunion à plusieurs. Il commence par une courte prière, lit un passage de l’Ecriture Sainte et médite sur ce qu’il a lu. Alors, il se penche sur une feuille de papier, un crayon à la main, comme je l’ai décrit précédemment, et attend patiemment, dans un état de parfaite relaxation. S’il se sent poussé à écrire des phrases qui lui sont inspirées avec beaucoup d’insistance, qu’il écrive sans hésiter. S’il sent que sa main est mue par une force extérieure, qu’il se laisse guider. Lorsque le temps qu’il s’est fixé pour ce culte privé est passé, il termine par une prière. Il peut être assuré que les bons Esprits avec lesquels il cherche à entrer en contact commencent à agir sur lui dès l’instant où il désire cette communication et que déjà les Esprits préparent les conditions préalables au contact. Ce travail débute du reste au moment même où un individu nourrit de telles idées. Il arrive souvent que des personnes prédisposées à devenir médium, se sentent envahies par un sentiment inexplicable lorsque, pour la première fois, elles assistent à une conversation sérieuse à propos du spiritisme. L’origine de ce sentiment vient de ce que les Esprits de l’au-delà, dont certains vous suivent constamment, essaient d’interpeller ces personnes qui, en raison de leurs facultés médiumniques, sont influencées par les actions fluidiques du monde des Esprits. Avant qu’un homme ne soit au courant de la possibilité d’entrer en contact avec les Esprits, tout travail préparatoire de la part des Esprits serait vain et inutile. Non seulement de tels efforts seraient stériles, mais ils pourraient entraîner des conséquences très désagréables d’un point de vue pratique. Ni lui, ni ses proches ne seraient capables de comprendre les symptômes médiumniques qu’il développerait. On le prendrait pour un malade, on lui ferait subir un traitement médical ou on l’enverrait dans un centre psychiatrique. Les bons Esprits s’engagent donc qu’à bon escient et lorsqu’ils sont certains du succès, jamais avant. »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :