Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

LA DESOBSESSION DIFFERENCE DE CONCEPTION ENTRE L'ISLAM ET LE SPIRITISME Par ABOU EL HOUDA

13 Février 2015 , Rédigé par Adamczyk Michael

INTRODUCTION

Plusieurs pratiques de désobsession dans le monde Arabo-Musulman sont des pratiques erronées ou des pratiques de charlatanisme visant à faire de la médiumnité guérissante un marchepied et une profession. Le spiritisme dénonce toutes ces pratiques dont les conséquences sont humainement inacceptables : escroquerie, viol, et maltraitance qui aboutit dans certains cas à la mort des patients.

A travers cette étude nous allons essayer de mettre en exergue ces pratiques déplorables tout en montrant que le Spiritisme considère la médiumnité guérissante comme une mission sacrée qui doit être pratiquée avec humilité, dévouement, abnégation et désintéressement moral et matériel .

I_ LE MONDE DES ESPRITS

Le Coran et la Sunna indiquent l'existence des djinns (Esprits). Allah (Dieu) dit : "Je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent. " [Coran, sourate 52 : verset 56]. Il dit encore : "Ô communauté des djinns et des humains, ne vous est-il pas venu des messagers, choisis parmi vous, qui vous ont raconté Mes signes et averti de la rencontre de ce jour ?.." [Coran, sourate 6 : verset 130]. Allah nous parle dans le Coran de la création des djinns en ces termes : "Et quant au djinn, Nous l'avions auparavant créé d'un feu d'une chaleur

ardente. " [Coran, sourate 15 : verset 27]. Il dit aussi : "et Il a créé les djinns de la flamme d'un feu sans fumée." [Coran, sourate 55 : verset 15].

Pour les théologiens musulmans, les djinns font partie de la création de Dieu, ils sont au même titre que les hommes responsables devant leur Créateur (Sourate 55, verset 31). Hommes ou Djinns lorsqu'ils se rebellent contre l'ordre divin, quand ils prônent le mal, deviennent des Satans (Sourate 6, verset 112). Il y a également toute une sourate consacrée aux djinns (Sourate 72, Al 'Djinns). Les théologiens musulmans considèrent les djinns comme une autre race habitant la Terre, leur monde et le monde des hommes sont isolés par un voile.

Les djinns appartiennent au monde invisible et l'homme appartient au monde visible, néanmoins les djinns peuvent dans certaines circonstances se manifester en prenant diverses formes dont celle de l'homme ou des animaux. Selon la théologie musulmane toujours, il y a des djinns qui sont bons et d'autres qui sont mauvais,

mais leur mode de vie reste un mystère. Les explications données dans ce sens sont souvent contradictoires.

Selon le Spiritisme les Esprits sont les êtres intelligents de la Création, ils peuplent l'univers en dehors du monde matériel. Dieu les a créés comme toutes les autres créatures par sa volonté, mais encore une fois leur origine est un mystère. Les Esprits sont une puissance de la nature et les instruments dont Dieu se sert pour l'accomplissement de ses vues providentielles. Les Esprits selon le spiritisme ne sont autres que les âmes de ceux qui ont vécu sur la terre ou sur d'autres planètes, on trouve parmi eux les bons Esprits et les mauvais Esprits, les Esprits savants et les Esprits ignorants .

II_ L'OBSESSION

Selon la théologie musulmane, les djinns-Satans c'est-à-dire les djinns qui prônent le mal, n'ont aucun pouvoir coercitif sur les hommes, sauf par des susurrations tentatrices et de mauvaises inspirations, toutefois le Coran parle de possession en évoquant le terme en arabe "Mass" (sourate 2, verset 275). Les Mou'tazilites, un des courants rationalistes théologiens musulmans, excluent tout phénomène de possession. L'écrasante majorité des théologiens Sunnites admettent ce phénomène en se référant aux textes scripturaires, à l'observation et à l'expérience. Selon la théologie musulmane toujours, des djinns exercent sournoisement leur rôle néfaste auprès des hommes comme ils l'avaient exercé également auprès des prophètes. Ils forgeaient des mensonges qu'ils susurraient aux envoyés de Dieu en les enveloppant d'un joli langage : " Nous avons suscité, à chaque prophète, un ennemi : des hommes démoniaques et des Djinns qui se suggèrent les uns aux autres le clinquant des paroles trompeuses " (Coran,sourate 6, verset 112). Par sa forme changeante, le djinn peut s'infiltrer à l'intérieur de l'homme, le posséder ou bien déposer quelque chose (un poison). Il peut s'in-

6

filtrer aussi dans les maisons, écouter les gens. Il peut prendre des apparences effrayantes pour provoquer des cauchemars ou terroriser les gens. Ils peuvent aussi déplacer des objets. La possession a pour objet l'animosité et les empiétements excessifs, notamment lorsque les djinns

sentent que les humains leur font du tort, mais dans la plupart des cas c'est par désir de faire le mal comme c'est le cas pour certains humains.

Le Spiritisme nous apprend que : " L'obsession n'a jamais lieu que par les Esprits inférieurs, le degré de la contrainte et la nature des effets qu'elle produit marquent la différence entre l'obsession, la subjugation et la fascination.

L'obsession est l'action presque permanente d'un Esprit étranger, qui fait qu'on est sollicité par un besoin incessant d'agir dans tel ou tel sens, de faire telle ou telle chose. La subjugation est une étreinte morale qui paralyse la volonté de celui qui la subit, et le pousse aux actes les plus déraisonnables et souvent les plus contraires à ses intérêts.

La fascination est une sorte d'illusion produite, soit par l'action directe d'un Esprit étranger, soit par ses raisonnements captieux, illusion qui donne le change sur les choses morales, fausse le jugement et fait prendre le mal pour le bien " .

III_ LA DESOBSESSION

D'après les théologiens musulmans, certain versets coraniques ont cette particularité de guérir et ont un effet bénéfique dans l'exorcisation. Parmi ces versets, on peut citer :

- La Fatiha ;

- Le verset du Trône (Ayate Al-Koursi) ;

- Les Trois Sourates : Al Ikhlas, Al-Falaq, et An-Nas.

Le Prophète a dit à ce propos : " Les gens ne sauraient mieux se préserver du mal qu'en les récitant ". Il n'est pas mauvais, et même conseillé de les répéter trois fois de suite, car la lecture est toujours utile qu'elle soit répétée ou non, mais réitérée et multipliée, elle a plus d'effet bénéfique. Cette récitation est bénéfique par la volonté de Dieu, notamment lorsque la personne qui récite est pieuse et qu'on peut espérer profiter de sa bénédiction, ou que le récitateur invoque Dieu en faveur du malade après avoir récité le Coran, car cela est de nature à favoriser l'exaucement des invocations.

Le Coran est une guérison spirituelle sure selon les théologiens musulmans. Allah définit le Coran par ce propos :

" Ô gens ! Une exhortation vous est venue, de votre Seigneur, une guérison de ce qui est dans les poitrines, un guide et une miséricorde pour les croyants " [ Sourate 10, verset 57 ]. " ;

"Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Cependant, cela ne fait qu'accroître la perdition des injustes. " (Coran, sourate17, verset 82). "

Certaines pratiques de desobsession entreprises par des exorcistes musulmans sont des pratiques erronées, mais malheureusement très répandues, ce sont des pratiques dangereuses et sans fondement légal. Ces pratiques consistent à frapper le malade pendant les séances de desobsession et à le torturer croyant ainsi que c'est l'Esprit obsesseur qui en souffre et qu'il va quitter le corps du malade. Plusieurs obsédés ont été victimes de ce genre de traitement inhumain et certains malades ont même perdu la vie suite à ces pratiques. Les exorcistes qui pratiquent ce genre de désobsession se réfèrent à ce qu'a fait leur maître spirituel 'Ibn Taymiyya lors d'une séance de désobsession. Dans ce sens Ibn al-Qayyim a dit : " Il (en parlant d'Ibn

Taymiyya) m'a appris qu'il avait lu une fois ce verset : " Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but, et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous ? " (Coran, sourate23, verset 115) dans l'oreille d'un épileptique, alors l'Esprit lui répondit : "Oui" et allongea la prononciation de ce mot. J'ai pris, dit-il, un bâton et j'ai frappé l'épileptique dans la région cervicale (là où se réunissent les nerfs du cou), jusqu'à ce que ma main soit fatiguée de frapper ". Ce texte religieux est humainement inadmissible et le bon sens refuse de l'accepter. On trouve aussi certains exorcistes musulmans qui obligent l'obsédé à boire des boissons à base d'ingrédients non comestibles, ce qui cause souvent des intoxications parfois mortelles. Certains exorcistes musulmans obscurantistes demandent à la famille du malade, lors des séances de desobsession, de faire sortir de la maison toutes peintures ou sculptures, et interdisent au malade après l'exorcisme d'écouter la musique ou de regarder la télévision ! Toutes ces pratiques doivent être dénoncées et rejetées par les médiums guérisseurs dans le monde Arabo-Musulman. 

Le spiritisme nous apprend à respecter le corps et l'Esprit du malade et à les traiter avec charité et bienveillance.

Les séances de desobsession, selon le Spiritisme, sont des séances basées sur la prière et sur le

concours d'Esprits évolués chargés de ce travail, elles permettent de libérer de nombreux frères et soeurs victimes de l'obsession. L'obsession est l'emprise psychologique, spirituelle et physique qu'exerce un ou plusieurs Esprits d'ordre inférieur sur un être humain incarné.

Ce qu'on appelle médiumnité guérissante est le don que certaines personnes possèdent de guérir sans le secours d’aucune médication. Les moyens utilisés dans ce sens peuvent être l'attouchement, le regard ou même des gestes. Les magnétiseurs expérimentés ont aussi un pouvoir de guérir grâce au magnétisme, mais la faculté des médiums guérisseurs est spontanée et certains d'entre eux la possèdent sans avoir jamais entendu parler de magnétisme. La plupart des médiums guérisseurs ont recours à la prière qui est une véritable évocation.

Le Spiritisme nous apprend que la prière est un puissant secours, mais il ne suffit pas de murmurer quelques paroles pour obtenir ce qu'on désire, car Dieu assiste ceux qui agissent et non ceux qui se bornent à demander.

L'obsédé doit faire de son côté ce qui est nécessaire pour détruire en lui-même la cause qui attire les mauvais esprits .

Allan Kardec dit : " La subjugation corporelle ôte souvent à l'obsédé l'énergie nécessaire pour dominer le mauvais Esprit, c'est pourquoi il faut l'intervention d'une tierce personne, agissant soit par le magnétisme, soit par l'empire de sa volonté.

A défaut du concours de l'obsédé, cette personne doit prendre l'ascendant sur l'Esprit ; mais comme

cet ascendant ne peut être que moral, il n'est donné qu'à un être moralement supérieur à l'Esprit de

l'exercer, et son pouvoir sera d'autant plus grand que sa supériorité morale sera plus grande [ ]. Ce qui manque quelquefois à l'obsédé, c'est une force fluidique suffisante ; dans ce cas, l'action magnétique d'un bon magnétiseur peut lui venir utilement en aide. Au reste, il est toujours bon de prendre, par un médium sûr, les conseils d'un Esprit supérieur ou de son ange gardien. Les imperfections morales de l'obsédé sont souvent un obstacle à sa délivrance" .

" Avec un Esprit il faut lutter, non corps à corps, mais d'Esprit à Esprit, et c'est encore le plus fort qui l'emporte ; ici, la force est dans l'autorité que l'on peut prendre sur l'Esprit, et cette autorité est subordonnée à la supériorité morale. S'efforcer d'être bon, de devenir meilleur si l'on est déjà bon, se purifier de ses imperfections, en un mot, s'élever moralement le plus possible, tel est le moyen d'acquérir le pouvoir de commander aux Esprits inférieurs pour les écarter. "

Le spiritisme nous apprend aussi que la prière fervente et les efforts sérieux pour s'améliorer sont les seuls moyens d'éloigner les mauvais esprits qui reconnaissent leurs maîtres dans ceux qui pratiquent le bien tandis que les formules les font rire, la colère et l'impatience les excitent, il faut aussi lasser les Esprits obsesseurs en se montrant plus patient qu'eux.

Allan Kardec explique clairement pourquoi les moyens spirituels employés par l'Eglise pour guérir de l'obsession sont inefficaces. Il dit :" L'Eglise croit aux démons, c'est-à-dire à une catégorie d'êtres d'une nature perverse et voués au mal pour l'éternité, par conséquent imperfectibles. Avec cette idée elle ne cherche point à les améliorer. Le Spiritisme, au contraire, a reconnu que le monde invisible est composé des âmes ou Esprits des hommes qui ont vécu sur la terre, et qui, après leur mort, peuplent l'espace ; dans le nombre il y en a de bons et de mauvais, comme parmi les hommes ; de ceux qui se sont complu à faire le mal pendant leur vie, beaucoup s'y complaisent encore après leur mort ; mais, par cela même qu'ils appartiennent à l'humanité, ils sont soumis à la loi du progrès et peuvent s'améliorer. Ce ne sont donc pas des démons dans le sens de l'Eglise, mais des Esprits imparfaits.[…] C'est à faire renoncer volontairement l'Esprit imparfait à ses mauvais desseins qu'il faut s'attacher en le moralisant. C'est une véritable éducation à faire qui exige du tact, de la patience, du dévouement, et par-dessus tout une foi sincère.[…] Convaincue qu'elle a affaire à des démons incorrigibles, l'Eglise ne s'occupe nullement de leur amélioration ; elle croit les effrayer et les éloigner par les signes, les formules et les appareils de l'exorcisme. "

Par la moralisation des Esprits imparfaits, les spirites délivrent les obsédés et ramènent à Dieu les âmes égarées.

Ils n'abandonnent ni le persécuteur ni le persécuté car les deux ont besoin d'assistance. L'un pour le soutenir dans la bonne route qu'il a prise en l'évoquant quelques fois pour augmenter son courage et l'autre pour dissiper totalement le fluide malsain qui l'a si longtemps enveloppé.

Les Esprits supérieurs mettent en garde les médiums guérisseurs contre un grand écueil qui est l'orgueil. Allan Kardec dit : " L'orgueil se développe souvent chez le médium à mesure que grandit sa faculté ; elle lui donne de l'importance ; on le recherche, et il finit par se croire indispensable ; de là quelquefois chez lui un ton de jactance et de prétention, ou des airs de suffisance et de dédain incompatibles avec l'influence d'un bon Esprit.

Celui qui tombe dans ce travers est perdu, car Dieu lui a donné sa faculté pour le bien et non pour satisfaire sa vanité ou en faire le marchepied de son ambition. Il oublie que ce pouvoir dont il est fier peut lui être retiré et que souvent il ne lui a été donné que comme épreuve, de même que la fortune pour certains gens.

S'il en abuse, les bons Esprits l'abandonnent peu à peu, et il devient le jouet des Esprits légers qui le bercent de leurs illusions, satisfaits d'avoir vaincu celui qui se croyait fort. Sous l'empire de l'orgueil, les plus éminentes facultés médianimiques se pervertissent, s'altèrent et s'éteignent, parce que les bons Esprits retirent leur concours ; les déceptions, les déboires, les malheurs effectifs dès cette vie, sont souvent la conséquence du détournement de la faculté de son but providentiel."

Aussi les médiums guérisseurs ne doivent jamais parler de guérison à haute voix ; mais la demander à Dieu dans le recueillement de la prière.

IV_ CHARLATANISME

Dans le monde Arabo-Musulman plusieurs pratiques de désobsession ont une marque patente de charlatanisme, par exemple la plupart des exorcistes se font payer les aides apportées aux malades en se basant sur des textes religieux de l'Islam. L'authenticité de ces textes doit être réétudiée, car Allah ne peut permettre cette pratique qui manque de charité envers les pauvres. Des exorcistes musulmans ont ouvert des cabinets coraniques pour guérir de l'obsession, la rémunération des services étant exigée et les autorités n'empêchent pas ces pratiques qui sont ancrées dans les traditions musulmanes. Plusieurs marabouts aussi abritent des possédés, les responsables de ces marabouts demandent des sacrifices et de l'argent pour exorciser les malades, sans parler des histoires de viol des femmes malades par des exorcistes vicieux.

Nous présentons dans cette étude le texte religieux sur lequel se basent les exorcistes musulmans pour demander un salaire en contre partie du traitement des malades. Nous allons aussi faire un panorama de ce qui se passe dans le plus célèbre marabout du Maroc ou se déroulent des séances de desobsession d'une manière désastreuse désapprouvée par la loi divine et les recommandations du droit de l'homme.

D'après Abou Sa'îd Khoudri, le Prophète Mohammed envoya quelques-uns de ses compagnons dont Abou Sa'îd Al-Khoudri en expédition. Ils firent halte en chemin au camp d'une tribu Arabe et demandèrent l'hospitalité aux gens, mais on la leur refusa. A ce moment là le chef de la tribu se fit piquer par un scorpion et les gens vinrent aux voyageurs pour leur demander s'ils avaient un médicament ou une formule avec laquelle ils pourraient guérir leur chef. Abou Sa'îd dit : "Oui, nous avons cela, mais comme vous nous avez refusé l'hospitalité, nous ne le traiterons pas à moins que vous nous donniez quelque chose".

9

Ils promirent de leur donner des chèvres (selon certaines traditions, 30 chèvres), et Abou Said alla réciter la sourate Al-Fatiha et frotter sa salive sur l'endroit atteint. Le chef se sentit soulagé de l'effet du poison et les gens de la tribu leur donnèrent les chèvres promises. Mais les compagnons se dirent : "Ne prenons pas les chèvres avant d'en avoir parlé au Saint Prophète", car ils ne savaient pas s'il était permis de recevoir une rétribution pour ce qu'ils avaient faits. Ils vinrent donc auprès du Saint Prophète et lui relatèrent ce qu'il s'était passé. Le Prophète sourit et leur dit : "Comment saviez-vous que la sourate Al-Fatiha pouvait aussi être utilisée pour guérir de tels maux ? Prenez les chèvres et allouez m'en aussi ma part". (Al-Boukhâri n°2276,

Mouslim n°2201, Tirmidhi, Ahmad, Abou Dawoud et Ibn Mâja). Dans Sahîh Al-Boukhâri, la tradition rapportée selon 'Abdullâh Ibn 'Abbâs sur l'incident contient les mots suivants du Saint Prophète : "Au lieu d'avoir agi différemment, mieux vaut que vous ayez récité le Livre d'Allâh et en ayez accepté le paiement". Ce texte religieux doit être revu car le prophète Mohamed ne peut autoriser l'exploitation des malades pour se faire payer des prières ou des dons de guérison reçus gratuitement de Dieu.

Dans le sud du Maroc (région de Marrakech) se trouve un célèbre marabout où se déroulent des séances de désobsession, et où le charlatanisme a atteint son paroxysme. Ce marabout est le symbole de la folie "soignée" de manière étrange. Le sanctuaire, devenu mythique dans l'imaginaire populaire, abrite une réalité désastreuse : business, misère et charlatanisme. Le "possédé" passe au sanctuaire, où il doit recevoir un ensemble de rituels thérapeutiques. Au sein du saint, le malade "possédé" est abandonné à un fqih qui le met entre les mains de l'exorciste. Celui-ci l'installe sur le bord de la fenêtre. Il l'attache avec une chaîne, avant de se lancer dans des incantations et des rites ésotériques qui visent à provoquer l'Esprit malfaisant. Si le malade est très agité ou violent, on lui lie les mains, et si nécessaire, les pieds afin d'empêcher l'Esprit obsesseur de faire le moindre mouvement et de mettre fin à sa brutalité. On lui fait ensuite accomplir trois fois le tour du tombeau avec la chaîne au cou. Selon l'importance de l'Esprit obsesseur, on demande un petit sacrifice (poulet) ou un grand sacrifice (bouc ou mouton). On lui fait exécuter de nouveau les trois tours du tombeau avec soit le petit sacrifice à la main, soit le grand sacrifice sur les épaules. Si l'animal émet des sons, c'est que l'Esprit obsesseur réagit. Les femmes, alors, poussent des cris de joie. Le fqih fait saigner l'animal et marque avec le sang les parties du corps du malade censées être les plus propices pour abriter l'Esprit malfaisant. Le malade doit attendre trois jours avec les marques tout en subissant plusieurs purifications. Il ne peut quitter ce marabout sans la permission du saint qui doit se manifester pendant un rêve. En attendant, le possédé est incarcéré dans un but thérapeutique tant que les tentatives de guérison s'avèrent vaines.

Ce qui se passe chez ce marabout et dans d'autres marabouts répartis dans le monde Arabo-Musulman doit être dénoncé et interdit, ce sont des pratiques qui manquent de charité envers les malades et leurs parents, et l'Islam ne peut recommander ce genre de pratiques dictées

ou inspirées par des Esprits inférieurs.

Le spiritisme nous montre que la médiumnité est une chose sainte qui doit être pratiquée saintement et religieusement. Le médium guérisseur transmet le fluide salutaire des bons Esprits : il n'a pas le droit de le vendre. "Donnez gratuitement ce que vous avez reçu gratuitement," dit Jésus à ses disciples ; par ce précepte il prescrit de ne point faire payer ce que l'on n'a pas payé soi-même. Le spiritisme nous apprend aussi que La médiumnité n'est ni un art ni un talent, c'est pourquoi elle ne peut devenir une profession ; elle n'existe que par le concours des Esprits ; si ces Esprits font défaut, il n'y a plus de médiumnité. La médiumnité est une faculté donnée pour le bien, et les bons Esprits s'éloignent de quiconque prétendrait s'en faire un marchepied pour arriver à quoi que ce soit qui ne répondrait pas aux vues de la Providence. le désintéressement le plus absolu est la meilleure garantie contre le charlatanisme, car il n'y a pas de charlatans désintéressés. Tel est l'enseignement des Esprits supérieurs pour combattre les charlatans. le Spiritisme bien compris par les musulmans ouvrira, sans doute, pour l'Islam un autre horizon plein de lumière. Les textes religieux doivent être réinterprétés et réétudiés à la lumière de la doctrine spirite pour comprendre l'Islam pur révélé par le prophète Mohammed, un Islam de charité, d'amour et de fraternité.

le Livre des Esprits

10

REFERENCES

Le Coran

Les livres d'Allan Kardec :

Le Livre des Esprits ;

Le Livre des médiums ;

L'Evangile selon le spiritisme ;

L'Obsession .

“J'ai été minéral, je suis mort et suis devenu une plante. Comme plante, je suis mort puis je devins animal et après encore, homme. Pourquoi aurais-je peur? Aurais-je été rabaissé par la mort ? J'ai vu deux mille hommes que j'ai été. Mais aucun n'était aussi bon que celui que je suis aujourd'hui. Je mourrai encore en tant qu'homme, afin de m'élever et d'être parmi les anges bienheureux.”

Al Rumi I Poète Islamique (1210-1273 après J.C.)

Le Coran, nous y trouvons trace de la réincarnation et de la réconciliation des peuples.

sourate II - la génisse -

26. comment pouvez-vous être ingrats envers dieu, vous qui étiez morts et à qui il a rendu la vie, qui vous fera mourir, qui plus tard vous fera revivre de nouveau, et auprès duquel vous retournerez un jour ?

53. nous vous avons ressuscités après votre mort, afin que vous soyez reconnaissants.

59. certes, ceux qui croient, et ceux qui suivent le religion juive, et les chrétiens, et les sanéens, en un mot, quiconque croit en Dieu et au jour dernier et qui aura pratiqué les bonnes oeuvres, tous ceux-là recevront une récompense de leur Seigneur, la crainte ne descendra point sur eux, et ils ne seront point affligés.

143. Chaque peuple a une plage du ciel vers laquelle il se tourne en priant. Vous, efforcez-vous à pratiquer les bonnes oeuvres partout où vous êtes. Dieu vous rassemblera tous un jour, car il est tout-puissant.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :