Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

REGLES DE LA COMMUNICATION SPIRITE

29 Mars 2014 , Rédigé par Adamczyk Michael

Lois des attractions et correspondances

La loi des attractions et des correspondances régit toutes choses. Les vibrations, en attirant des vibrations similaires, rapprochent et unissent les cœurs, les âmes, les pensées. Nos convoitises, nos mauvais désirs, créant autour de nous une atmosphère fluidique malsaine, favorable à l'action des influences de même ordre, tandis que les hautes aspirations attirent les vibrations puissantes, les radiations des sphères supérieures.

Nous savons que tout vibre et rayonne dans l'univers, car tout est vie, force et lumière, tel est le principe de l'évolution ; il réside dans le pouvoir de l'être de s'assimiler les forces mystérieuses de la nature, pour s'élever avec leur aide et remonter graduellement vers la cause des causes, vers la source intarissable d'où découle toute vie.

L'échelle ascensionnelle comporte des plans successifs et superposés : sur chacun d'eux, les êtres sont doués du même état vibratoire, de moyens de perception analogues qui leur permettent de se reconnaître les uns les autres, tandis que restent invisibles, et souvent même méconnaissables pour eux, les êtres des plans supérieurs, par suite de leur état vibratoire plus rapide et de leurs conditions de vie plus subtiles et plus parfaites.

C'est ce qui se produit pour les Esprits, entre eux, selon leurs différents degrés d'épuration et pour nous-mêmes par rapport à eux. Mais de même qu'on peut agrandir le champ de la vision humaine, à l'aide des instruments d’optique, de même on peut accroître ou réduire la somme des vibrations, de façon à atteindre un état intermédiaire où les modes d'existence de deux plans distincts se combinent et entrent en rapport.

Chaque Esprit, libre ou incarné, possède, selon son degré d'avancement et de pureté, une irradiation chaque fois plus rapide, intense et lumineuse. Pour communiquer avec nous, l'Esprit devra amoindrir l'intensité de ses vibrations, en même temps qu'il activera les nôtres. L'homme y peut aider par sa volonté ; le point à atteindre pour lui constitue l'état de médiumnité. Nous savons que la médiumnité, dans la plupart de ses applications, est la propriété que possèdent certains d'entre nous de s'extérioriser à des degrés divers, de se dégager de leur enveloppe charnelle et de donner plus d'amplitude à leurs vibrations psychiques. De son côté, l'Esprit, que la mort a libéré, s'enveloppe de matière subtile et amorti ses propres radiations pour se mettre à l'unisson du médium. (Dans l'invisible, Léon Denis, chapitre VII)

Diapo 3

L’accord des vibrations

Image

Diapo 4

Loi de l’harmonisation des vibrations et des pensées différentes

C'est dans la combinaison des forces psychiques entre le médium et les expérimentateurs d'une part et les Esprits de l'autre, qu'est toute la loi des manifestations, de même que les sons, la lumière, les sentiments et les pensées s'expriment en vibrations qui se propagent dans l'étendue avec des intensités diverses. Les vibrations des cerveaux pensants, d'hommes ou d'Esprits, se croisent et s'entrecroisent à l'infini sans jamais se confondre. En effet, ce que le cerveau humain émet sous forme de vibrations, le cerveau fluidique de l'Esprit le rayonne sous forme d'ondes plus étendues, de radiations qui vibrent sous un rythme plus puissant car les molécules fluidiques, plus souples, plus malléables que les atomes du cerveau physique, obéissent mieux à l'action de la volonté.

Cependant ces cerveaux spirituels et humains, contiennent les mêmes puissances. Mais, tandis que dans notre cerveau mortel, ces puissances sommeillent ou vibrent faiblement, chez les Esprits, elles atteignent leur maximum d'énergie. Une comparaison nous fera mieux saisir ce phénomène. Nous trouvons cette comparaison dans un bloc de glace, où sont contenues à l'état latent toutes les potentialités qui retiennent unis les cristaux dont il se compose. En soumettant ce bloc à l'action de la chaleur, vous en dégagerez des forces qui iront croisant jusqu'à ce que passé à l'état de vapeur, il manifeste toutes les énergies contenues en lui. Notre cerveau serait comparable à ce bloc de glace, vibrant faiblement sous l'action restreinte de la chaleur, alors que celui de l'Esprit sera la vapeur devenue invisible parce qu'elle vibre et rayonne avec trop de rapidité pour tomber sous nos sens.

La différence des états se complique avec la variété des impressions. Sous l'influence des sentiments qui les animent, depuis le calme de l'étude jusqu'aux orages de la passion, les âmes et les cerveaux vibrent à des degrés divers, suivant des vitesses différentes ; l'harmonie ne peut s'établir entre eux que lorsque leurs ondes vibratoires s'égalisent, comme c'est le cas pour des diapasons identiques ou des postes de téléphone.

Un cerveau aux faibles et lentes impulsions ne peut s'harmoniser avec tel autre dont les atomes sont animés d'un mouvement qui tient du vertige. (Dans L'invisible, Léon Denis, chapitre VIII)

Diapo 5

Conditions favorables à l’expérimentation

Il existe deux conditions importantes qui se synchronisent :

  1. Quand le médium et les expérimentateurs forment un groupe qui est harmonieux,

  2. Quand les vibrations et les pensées du médium et des expérimentateurs sont à l'unisson.

Si ces deux conditions ne sont pas remplies, différentes situations négatives peuvent apparaître :

a) les pensées émises et les forces extériorisées s'embarrassent et s'annulent réciproquement,

b) au milieu de ces courants contradictoires, le médium éprouve une oppression et un malaise indéfinissables,

c) dans certains cas, le médium a la sensation d'être paralysé ou bien effondré,

d) il est alors nécessaire qu’une puissance occulte intervienne pour que le plus petit phénomène puisse se produire.

Même dans le cas où les conditions sont favorables à l'expérimentation, c'est-à-dire, quand il y a une harmonisation entre les forces émises, les pensées convergeant vers un unique but, il peut y avoir une autre difficulté. En effet, cette union de forces et de volontés peut être suffisante pour provoquer des effets physiques et même des phénomènes intellectuels, néanmoins, la prudence et le bon sens nous incitent à admettre l'intervention des Esprits dans ces phénomènes seulement dans les cas où celle-ci a été confirmée par des faits probants.

Diapo 6

L’harmonie

Image

Diapo 7

Degré de sensitivité médiumnique et action intermédiaire

La volonté d'établir la communication avec un Esprit donné et un même désir de la part de celui-ci, ne suffit pas pour que cela puisse se réaliser, car il y a d'autres conditions qui sont déterminantes et qui ont trait aux lois des vibrations. L'Esprit enregistre les appels qui lui sont adressés et essaie de transmettre une réponse à l'incarné, sachant que pour atteindre son objectif, il faudra que son cerveau fluidique et son cerveau physique puissent vibrer à l'unisson. C'est alors qu'une première difficulté apparaît, car la pensée de l'Esprit vibre avec une vitesse trop importante pour que le médium puisse la capter. Dans ce cas, quatre différentes possibilités peuvent se vérifier :

1) L'Esprit essaie d'imprimer à ses vibrations un mouvement plus lent. Pour cela, il faudra une étude plus ou moins prolongée de cette nouvelle situation, faisant varier néanmoins les probabilités de succès, selon l'aptitude et l'expérience de l'opérateur. Si la tentative n'aboutit pas, toute communication directe devient impossible.

2) L'Esprit pourra alors demander de l'aide à d'autres Esprits plus puissants ou plus habiles à la transmission de ses dictées. Cela arrive fréquemment dans les manifestations où nous supposons recevoir directement la pensée d'un ami. Néanmoins, elle nous arrive par l'intermédiaire d'un tiers spirituel. De cette situation, il résulte certaines inexactitudes ou obscurités, attribuées au transmetteur, ce qui nous choque, tandis que la communication dans son ensemble, présente toutes les caractéristiques d'authenticité.

3) Dans l'hypothèse ou l'ami qui est dans le monde spirituel dispose des pouvoirs nécessaires, il pourra rechercher un médium dont le cerveau présente des conditions lui permettant d'harmoniser les mouvements vibratoires avec le sien.

Il y a néanmoins, une grande variété entre les cerveaux comme entre les voix ou les visages. L'identité absolue n'existe pas et l'Esprit devra se contenter de l'instrument qui sera le moins impropre au résultat qu'il désire obtenir En retrouvant cet instrument, l'Esprit s'emploie à lui développer des qualités réceptives, ce qu'il pourra obtenir en peu de temps, d'une façon générale. Quelquefois, cependant, il faudra à l'Esprit plusieurs mois ou bien des années pour conduire le médium au degré de réceptivité demandé. En conséquence de la situation décrite, le médium devra cultiver en même temps, la patience, la persévérance, la continuité et la régularité d’efforts. S'il se conduit de façon incohérente, un jour plein d'ardeur et le lendemain faible, cela provoque des vibrations considérables dans son cerveau et il ne devra pas s'étonner du changement ou de la nullité des résultats.

4) Il peut arriver aussi, que se sentant impuissant pour pouvoir activer les vibrations du cerveau du médium à cause de son état de vigilance, l'Esprit fasse appel à la "transe" et, par le sommeil, pour le rendre inconscient. Le périsprit de celui-ci peut alors s'extérioriser, ses radiations augmentant, se dilatent : la transmission devient ainsi possible et le médium arrive, par ce moyen, à pouvoir exprimer la pensée de l'Esprit. Néanmoins, en se réveillant il n'aura aucun souvenir de ce qui s'est passé et ce sera par l'intermédiaire d'autres personnes qu'il prendra connaissance de ce qu'il a dit pendant la séance.

Diapo 8

Attraction généralisée

Par l'intermédiaire de l'orientation donnée et de la persistance de nos pensées, nous pouvons modifier les influences qui nous entourent et rentrer en contact avec des intelligences et des forces similaires. Ces faits n'arrivent pas seulement aux médiums proprement dits, mais arrivent aussi à tout être qui pense parce que les influences des Esprits peuvent s'irradier sur nous, sans qu'une communication consciente avec les êtres qui habitent le monde des Esprits s'établisse. Il n'est pas nécessaire de croire à l'existence du monde des Esprits et vouloir le connaître pour pouvoir sentir ses effets. La loi des attractions est irrésistible et tout homme lui doit soumission.

Il dépend de l'homme de recevoir les inspirations les plus diverses, depuis les plus sublimes jusqu'aux plus grossières. Notre état mental est comme une brèche par laquelle amis ou ennemis peuvent pénétrer en nous. Les sensuels attirent à eux des Esprits sensuels qui s'associent à leurs désirs, à leurs actes et en accroissent l'intensité ; les criminels appellent des Esprits de meurtre qui les poussent plus avant dans la voie du mal. L'inventeur est aidé par des chercheurs de l'au-delà. L'orateur perçoit des images qu'il fixera en des formes de langage propres à émouvoir les foules. Le penseur, le musicien, le poète recevront les vibrations de sphères où le beau et le vrai sont l'objet d'un culte.

Ainsi, d'un plan à l'autre, l'Esprit répond aux appels de l'Esprit. Tous les plans spirituels se relient les uns aux autres. Les instincts de haine, de cruauté, de débauche attirent les Esprits de l'abîme. La frivolité attire les Esprits légers ; mais la prière de l'homme de bien, son appel aux Esprits célestes s'élève et se répercute de note en note, sur une gamme ascendante, jusqu'aux sphères les plus hautes, en même temps, que des régions profondes de l'infini, descendent sur lui les ondes vibratoires, les effluves de la pensée éternelle qui le pénètrent d’un courant de force et de vie. L'univers tout entier vibre sous la pensée de Dieu. (Dans l'invisible, chapitre VIII)

Dans la médiumnité, nous ne pouvons pas oublier le problème de la syntonie. Le cerveau étant la base de toutes les manifestations médiumniques, nous devons, avant tout, essayer d'enrichir la pensée, lui incorporant les trésors moraux et culturels, rendant ainsi possible la fixation de la lumière qui jaillit sur nous des sphères plus hautes, à travers des génies de la sagesse et de l'amour qui supervisent nos expériences.

Nous attirons les Esprits qui sont en corrélation intime avec nous, qui nous ressemblent, de la même façon que nous sommes attirés par eux. S'il est vrai, que chacun de nous ne peut donner que ce qu'il possède, c'est indiscutable que chacun reçoit selon ce qu'il donne. (Dans L’Invisible, les domaines de la médiumnité, chapitre 1)

Diapo 9

Risques de la médiumnité, fraudes

La signification du mot est : vol, tromperie, erreur ; elle présuppose une attitude préalablement pensée afin de faire paraître vraie une chose fausse. Les personnes qui n'acceptent pas l'origine des phénomènes spirites comme étant d’un Esprit désincarné, attribuent ces manifestations à la fraude. Mais réfléchissons : peut-on falsifier une chose qui n'existe pas réellement ? Et personne ne fraude sans une intention de gain soit financière, soit personnelle, etc.

Les fraudes peuvent être classées en deux grands groupes :

1°) Fraudes conscientes ou volontaires : celles-ci sont de l'entière responsabilité et connaissance du médium ; il simule un phénomène intentionnellement.

2°) Fraudes inconscientes : celles-ci sont provoquées et dirigées par l'action des pensées des Esprits désincarnés (obsesseurs) ou des Esprits incarnés (assistants ou médiums). De toute façon, le médium a une partie de responsabilité parce qu'il se laisse entraîner par des influences négatives, ce qui prouve son faible potentiel de défense dû à un manque de préparation morale.

Les fraudes conscientes peuvent être produites par :

  1. De faux médiums : ce sont des malins qui utilisent la terminologie médiumnique pour mieux exploiter l'ignorance des personnes qui viennent les chercher, ils utilisent des procédés dits magiques, de la prestidigitation et de l'illusionnisme afin d’obtenir un profit personnel ou financier.

  1. Des vrais médiums : ce sont des personnes qui possèdent réellement la faculté médiumnique mais qui méconnaissent le caractère noble de la mission qui leur a été donné et qui n’hésitent pas à "aider" artificiellement la réalisation des phénomènes quand les Esprits ne sont pas présents ou tardent à agir.

Généralement, les fraudes concernent plus spécifiquement des phénomènes physiques tels que : matérialisation, transfiguration, transport, opérations transcendantales, etc. Le fait que certains prestidigitateurs soient capables d'obtenir des phénomènes extraordinaires (avec l'utilisation de personnes auxiliaires et un équipement sophistiqué, etc.), ne veut pas dire que de vrais phénomènes médiumniques extraordinaires n'existent pas ou qu'ils soient le produit d'une fraude.

Des charlatans annoncent et vendent des produits miraculeux capables de guérir la grippe ou le cancer, mais nous ne pouvons pas déduire, à cause de cela, que toutes les drogues vendues en pharmacie soient dépourvues de qualité pour les maladies. Le facteur le plus important à analyser est l'intérêt matériel, cependant là où il n'y a rien à gagner, il n'y a pas d’intérêt à tromper (Le Livre des Médiums, 2ème partie, chapitre XXVIII, question 314). Le manque d’intérêt matériel et personnel est, donc, la meilleure garantie contre la fraude.

La connaissance du Spiritisme (qui explique avec détail la mécanique des phénomènes médiumniques) constitue la meilleure garantie contre la fraude. En toute chose les gens les plus faciles à tromper sont ceux qui ne sont pas du métier ; il en est de même avec le Spiritisme. Ceux qui ne le connaissent pas sont aisément abusés par les apparences ; tandis qu'une étude préalable attentive les initie, non seulement à la cause des phénomènes mais aux conditions normales dans lesquelles ils peuvent se produire et leur fournit ainsi le moyen de reconnaître la fraude, si elle existe (Le Livre des Médiums, 2ème partie, chapitre XXVIII, question 316).

En résumé, nous le répétons, la meilleure garantie est dans la moralité notoire des médiums et dans l'absence de toute cause d'intérêt matériel ou d'amour-propre qui pourraient stimuler en lui l'exercice des facultés médiumniques qu'il possède ; car les mêmes raisons peuvent l'engager à simuler celles qu'il n'a pas. (Le Livre des Médiums, 2ème partie, chapitre XXVIII, question 323).

Diapo 10

Les mystifications

Mystifier veut aussi dire tromper, duper, se moquer ou abuser de la crédulité de quelqu'un Nous pouvons classer les mystifications dans deux groupes :

  1. Mystifications conscientes : celles dont le médium est responsable par le phénomène : la communication est de sa propre création, mais il peut y avoir, bien sûr, une association avec des Esprits légers qui l'aideront pour qu'il puisse mieux jouer son rôle de farceur.

  1. Mystifications inconscientes : celles dont le médium est dirigé par son propre inconscient ou par des entités maléfiques, qui peuvent le placer en situation ridicule ; nous pouvons avoir aussi des messages ou communications absurdes mensongères, vides de contenu et d'enseignement moral, même avec des signatures connues d'Esprits élevés tels que : Victor Hugo, Léon Denis, Gandhi, etc.

Généralement les mystifications se produisent plus fréquemment dans les phénomènes de nature intelligente (psychophonie et psychographie) et avec des personnes mystiques ou orgueilleuses qui croient que les Esprits peuvent tout dire et tout enseigner à propos de tous les sujets. Le rôle des Esprits ne consiste pas à vous informer sur les choses de ce monde, mais à vous guider avec assurance en ce qui concerne l'autre monde. Quand ils vous parlent de ce monde, c'est parce qu'ils le jugent nécessaire, et non parce que vous le demandez. (Le Livre des Médiums, 2ème partie, chapitre XXVIII, question 303).

La rouerie des Esprits mystificateurs dépasse parfois tout ce que l'on peut imaginer. L'art avec lequel ils combinent les moyens de persuader est une chose curieuse, ils ne s'agissaient pas toujours que par d’innocentes plaisanteries mais aussi avec des mystifications qui peuvent avoir de conséquences désagréables pour ceux qui ne se tiennent pas sur leurs gardes. Nous sommes assez heureux pour avoir pu ouvrir à temps les yeux à plusieurs personnes qui ont bien voulu nous demander notre avis, et de leur avoir épargné des actions ridicules et compromettantes.

Parmi les moyens qu'emploient ces Esprits, il faut placer en première ligne comme étant les plus fréquents ceux qui ont pour but de tenter la cupidité, comme la révélation de prétendus trésors cachés, l'annonce d'héritages ou autres sources de fortune. On doit en outre regarder comme suspectes, en premier chef, les prédictions à époques fixes ainsi que toutes les indications précises, touchant les intérêts matériels ; se garder de toute démarche prescrite ou conseillé par les Esprits, lorsque le but n'en est pas éminemment rationnel ; ne jamais se laisser éblouir par les noms que prennent les Esprits pour donner une apparence de vérité à leurs paroles ; se défier des théories et des systèmes scientifiquement hasardeux ; enfin de tout ce qui s'écarte du but moral des manifestations. Nous remplirions un volume des plus curieux avec l'histoire de toutes les mystifications qui sont venues à notre connaissance. (Le Livre des Médiums, 2ème partie, chapitre XXVIII, question 303)

Diapo 11

Les contradictions

Elles viennent du fait que l'enseignement donné par les Esprits n'est pas totalement unitaire et qu'il présente des points de difficultés et des divergences. Les contradictions doivent être abordées sur deux angles :

  1. Contradictions dues aux hommes,

  2. Contradictions dues aux Esprits.

Les contradictions dues aux hommes sont liées au fait qu'ils possèdent différents points de vue et différentes formes de connaissance selon leur vie en société. De cette manière chaque groupe, chaque peuple, chaque société possède ses propres caractéristiques. Les Esprits sont attirés par ces affinités et se lient à des groupes qui partagent les mêmes idées. Dans d'autres groupes, ces idées pourraient être passibles de critiques et d'attaques.

Les Esprits responsables pour la clarification de ceux qui se trouvent dans l'erreur, ne peuvent le faire que lentement, pour ne pas les choquer. Par exemple, nous avons quelques courants spiritualistes qui n'acceptent pas la réincarnation. Telle idée est véhiculée par les Esprits eux-mêmes. Cette pensée anti-réincarnationiste ne pourra être vaincue que très lentement parce que toute doctrine spiritualiste qui aborderait la réincarnation serait immédiatement rejetée.

Les contradictions liées aux Esprits existent parce qu'ils se trouvent à des niveaux différents de connaissance. Ils portent dans leurs communications la marque de leur propre savoir ou de leur propre ignorance, de leur supériorité ou de leur infériorité morale.

Il ne faut pas oublier que parmi les Esprits, il y a comme parmi les hommes, des faux et des demi savants, des orgueilleux, des présomptueux et des systématiques. Comme il n'est donné qu'aux Esprits parfaits de tout connaître, il y a pour les autres comme pour nous des mystères qu'ils expliquent à leur manière, selon leurs idées, et sur lesquels ils peuvent se faire des opinions plus ou moins justes, qu'ils mettent de l'amour-propre à faire prévaloir et qu'ils aiment à reproduire dans leurs communications. Le tort est à quelques-uns de leurs interprètes d’avoir épousé trop légèrement des opinions contraires au bon sens, et de s'en être fait les éditeurs responsables. Ainsi les contradictions d'origine spirite n'ont pas d'autre cause que la diversité, la connaissance, le jugement et la moralité, de certaines Esprits qui ne sont pas encore aptes à tout connaître et à tout comprendre. (Le Livre des Médiums, 2ème partie, chapitre XXVIII, question 299)

Diapo 12

Abus dans l’exercice de la médiumnité

Etant donné que la médiumnité est une faculté qui nous est donnée pour faciliter notre évolution, à travers la pratique du bien désintéressé que l'on peut faire ; étant donné que c'est une faculté qui exige un comportement moral adéquat, christique ; étant donné que c'est une faculté qui demande étude et éclaircissement pour sa bonne pratique ; toutes les manifestations qui échappent à cette directive doivent être considérée comme des abus.

Ceci veut dire que :

  • pratiquer la médiumnité de manière désordonnée, à n'importe quelle heure et dans n'importe quel endroit ;

  • ne pas se prémunir convenablement contre un certain entourage matériel ;

- se croire un missionnaire, sans lequel le phénomène ne pourrait pas se produire et utiliser cela pour dominer les personnes et les institutions ;

- se croire investi d'un travail important à réaliser et se dédier exclusivement à la médiumnité, en recevant des gains financiers ; tout ceci est considéré comme abus et doit être combattu.

Diapo 13

Les livres

Le Livre des Médiums, 2ème partie, chapitre XVII, XXVII et XXVIII d’Allan Kardec

Dans l'Invisible, chapitre XXIV de Léon Denis

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :