Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

LE SUICIDE

29 Mars 2014 , Rédigé par Adamczyk Michael

Diapo 1

Thème du jour

Le suicide, cancer animique, terrible pensée que nous devons éloigner de notre esprit, parce qu’il est la transgression de la loi divine. Mettre fin délibérément à sa vie est pourtant un acte omniprésent dans nos sociétés car lorsque l’on se penche sur les chiffres annoncés, le taux de suicide reste élevé dans tous les pays du monde. Chaque année, plus d'un million d'individus se suicident. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le suicide est la treizième cause de mortalité la plus fréquente dans le monde et le National Safety Council le classe sixième des causes les plus fréquentes aux États-Unis. Le suicide est la cause principale de mortalité chez les adolescents et adultes âgés de moins de 35 ans. La prévalence du suicide est trois à quatre fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Les tentatives échouées de suicide dans le monde sont estimées entre 10 et 20 millions chaque année.

Diapo 2

Les conséquences

Tous les suicidés sont déçus après la mort du corps physique ; ils constatent que les maux qui les ont poussés à cet acte n’ont pas disparus. Le suicidé n’est pas mort, il continue à souffrir dans l’au-delà.

Ses souffrances sont essentiellement morales. Il revoit sans cesse la scène tragique du suicide. Par exemple, une personne s’étant tirée une balle dans la tête, ressentira, pendant un temps indéterminé, le son et l’impact du tir en train de lacérer son cerveau. Si elle s’est fait brûler, elle ressentira les brûlures.

Son périsprit en est affecté et il sera porteur de lésions, les mêmes faites au corps physique. La blessure se trouvera au même endroit.

Ces déséquilibres ne sont pas un chatiment mais la conséquence de ses actes.

Diapo 3

Le détachement

Il est difficile pour tous les Esprits et surtout si celui-ci a un avancement sur le plan culturel car normalement, il a plus de discernement. Son réajustement sera donc plus long.

Le cordon fluidique se rompt précipitamment ce qui entraîne de grandes souffrances pour l’Esprit car certaines énergies vitales ne sont pas expulsées du corps physique. De plus, ces énergies sont souvent vampirisées par des Esprits inférieurs.

De part l’affinité corps/esprit par le bais du périsprit, le détachement de l’Esprit du corps physique est long à cause des perturbations causées au périsprit et parfois les Esprits suicidés ont la sensation d’être entrérés vivants, voire de subire la décomposition de leur enveloppe charnelle.

Les guides interviennent pour que ce détachement ne se fasse pas trop rapidement car les souffrances augmenteraient si cela se faisait trop rapidement. Avec la décomposition du corps, les attaches du périsprit au corps se libèrent. Cela lui donne la sensation d’être enterré vivant.

Diapo 4

Dans l’au-delà

Par affinité spirituelle, les suicidés ont tendance à se regrouper dans des régions de grandes souffrances du monde spirituel.

Ils y restent un temps indéterminé. Cela dépend du type de suicide, des motivations, des influences spirituelles, du degré de connaissance et de l’évolution spirituelle. Plus un esprit est éclairé, plus ses peines sont intenses et sa guérison sera longue. Suivant son attitude, le suicidé peut être en proie au désespoir, à la révolte et rester ainsi longtemps dans ces régions.

S’il manifeste l’envie d’être aidé, il sera accompagné dans un hôpital psychiatrique dans l’au-delà. Des médecins bienveillants s’occuperont de ses séquelles et l’aideront à comprendre sa situation, à l’alléger par la prière, et être conscient de la nécessité de se repentir de son acte de fuite.

Diapo 5

Lente progression

Après son séjour dans un hôpital et après avoir compris sa situation, l’Esprit devra se réincarner. Cela se fera plus ou moins rapidement suivant le déséquilibre qu’il a subi.

Parfois, si l’Esprit n’arrive à bien analyser sa situation, la réincarnation se fera plus rapidement pour éviter que l’Esprit n’augmente sa souffrance, l’incarnation dans ce cas là sera courte et se fera auprès de parents aimants et aidants.

Il faudra plusieurs incarnations pour guérir de ce traumatisme. Le médium brésilien, Francisco Cândido Xavier, dit qu’il faut deux cents ans pour qu’un suicidé soit rééquilibré. Les angoisses du suicidé diminuent, au fur que grandit en lui sa confiance en Dieu.

Le suicidé ne peut choisir son incarnation, ce sont des guides spirituels qui le font pour lui afin qu’il y a bien réparation.

Diapo 6

Face à l’avenir

Le suicidé doit réparer les blessures faites au périsprit. La vie est un don divin et éliminer la nôtre ou celle de notre prochain n’est pas permis par les lois divines.

Les lésions qui se trouvent dans son périsprit vont se répercuter dans son nouveau corps. Par exemple, une personne qui s’est suicidée en se noyant, aura de sérieux problèmes au niveau de l’appareil respiratoire, tels que de l’asthme, de la bronchite ou de l’emphysème chronique. Les médecins auront d’énormes difficultés pour les soigner. Les causes profondes se trouvent dans le périsprit. Pour celui qui a ingéré un produit quelconque, il aura des problèmes qui vont se situer au niveau de l’appareil digestif : hernies, oesophagites, ulcères ou tumeurs.

Ces déséquilibres vont s’imprimer dans le corps physique à partir de la conception.

Diapo 7

Courte vie

Souvent l’incarnation est courte car le corps ne résiste pas très longtemps aux graves déséquilibres que lui impose son périsprit. Mais cela permet à l’Esprit de retourner dans le monde spirituel plus allégé.

La maladie qui s’éternise chez l’enfant, l’amour de ses parents attentionnés, sont autant de facteurs pour aider l’Esprit à se questionner sur son devenir.

Puis il y aura ensuite une autre incarnation où il conservera le bénéfice de cette période de lutte contre la maladie par exemple.

Diapo 8

Les tentatives de suicide ratées

Tout acte de violence a des répercussions sur le périsprit qui se transforme en maux physiques ou psychiques et l’Esprit devra répondre de son initiative manquée.

Seule la pratique de l’amour fraternel peut atténuer les séquelles.

Diapo 9

Les souffrances de la famille

Personne n’est destiné à être confronté au suicide d’un être cher. Aucun Esprit ne se réincarne avec pour objectif le suicide car c’est une déviation de la route programmée.

Le suicidé est responsable des douleurs qu’il cause à sa famille ainsi que des difficultés auxquelles elle doit faire face. Par exemple un père de famille se suicide, laissant sa femme et ses enfants démunis, il sera responsable de cette situation et pire si la jeune fille finit par se prostituer et son fils tombé dans la délinquance… car il avait pour mission d’aider en tant que parent.

Le suicidé ne prendra connaissance de ses responsabilités que lorsqu’il sera capable dans l’au-delà à mesurer ses erreurs.

Diapo 10

Les causes du suicide

L’individu veut fuir une situation qui le tourmente. Dominé par l’angoisse, il tombe dans le désespoir et il commence à voir dans la mort la solution à son problème. Au début, l’idée ne paraît pas être définie, puis elle prend corps. La personne a la sensation que la vie est très compliquée, puis les problèmes et les difficultés deviennent insurmontables.

Le suicide peut aussi arriver suite à une rupture amoureuse. Ces personnes considèrent leur partenaire comme leur raison de vivre. Elles ne comprennent pas qu’il s’agit à peine d’un moment de leur vie face à l’éternité et que cela fait partie de leur évolution. Nombreux sont ceux qui ignorent qu’ils sont destinés à la perfection. Les liaisons affectives représentent un détail dans ce contexte. Ce type de suicide tient compte de l’évolution de chacun et de la compréhension que l’on a de la situation. On peut prendre comme exemple une jeune fille abandonnée par son fiancé.

Il y a aussi des suicides dus à des obsessions. Les Esprits perturbateurs peuvent conduire quelqu’un au suicide en s’infiltrant dans ses pensées. Cependant, si l’obsédé est maître de ses actes, l’obsédant ne peut contraindre sa victime.

Si la subjugation est telle que l’obsédé n’est plus maître de ses actes, la responsabilité est différente. Néanmoins, il n’est pas facile de pousser un aliéné au suicide car sa conscience est bloquée et son instinct de conservation prend le dessus.

L’Esprit qui pousse une personne au suicide est complice de cette action, comme pour un crime et elle devra en assurer la responsabilité.

Pour réparer cette erreur, il devra porter secours à sa victime. Par exemple, un père s’occupe de son fils qui a de graves dysfonctionnements physiques et mentaux parce que de part le passé, il l’a précipité au suicide.

Il existe une autre cause du suicide : l’ennui. Le manque d’intérêt à la vie terrestre peut conduire à cette extrémité.

Dans le Ciel et l’Enfer, Allan Kardec parle d’un athée qui s’est tué à cause de l’ennui qu’il éprouvait dans sa vie sans espoir. Dans l’au-delà, il a pris conscience que le néant n’existait pas et il se sentait horriblement tourmenté. Puis, l’Esprit a avoué que, dans une précédente existence, il a été un homme méchant et que pour cela, il ne croyait en rien ; il avait mérité une incarnation de tourments et d’incertitudes.

La lecture de certains livres peut inciter certains au suicide. Des ouvrages où l’on évoque le suicide comme une solution héroïque face à un monde sans espoir peuvent sur des personnes fragiles et sans objectif. Mais chacun est libre de ses actes et a toujours autour de lui le soutien de bons Esprits pour bien l’orienter, s’il écoute.

Diapo 11

Les candidats aux attentats

L’interprétation au pied de lettre de textes religieux peut conduire certaines personnes à des attentats suicides. L’ignorance peut expliquer ces actes barbares.

Ces individus sont responsables de leurs actes.

Ils seront confrontés à une mort traumatisante ainsi qu’à la responsabilité de la mort de leurs victimes. Cela crée un climat de haine particulièrement difficile à supporter, des rancunes et des obsessions. Il y faudra souvent des siècles pour permettre au périsprit de retrouver un équilibre.

Diapo 12

Autres formes de suicides

Certaines personnes par leur comportement, leur façon de vivre : habitudes, coutumes, peuvent abréger leur existence.

Par exemple, la cigarette provoque le cancer du poumon, l’emphysème pulmonaire, l’infarctus ; l’alcool détruit le foie ; les drogues, le cerveau. La gourmandise produit l’obésité qui à son tour surcharge le corps. Un autre cas est cité dans Nosso Lar, le cas d’André Luiz.

Le refus de se soigner entre aussi dans cette catégorie.

La majorité des problèmes qui abrègent notre existence, viennent du mauvais usage que nous faisons de notre corps, elle exige de l’attention pour sa manipulation et pour son utilisation. Dans ce sens, nous sommes tous plus au moins des suicidés ou nous l’avons été.

L’imprudence est responsable de bien des morts et nous sommes responsables de ce qui peut nous arriver. Par exemple, un jeune homme qui conduit en état d’ivresse et meurt dans un accident, sera responsable à la mesure de sa connaissance. Il sera aussi responsable si les passagers sont morts avec lui dans le véhicule. Une mort prématurée a toujours des conséquences funestes.

L’euthanasie peut être une forme de suicide si elle est décidée par la personne malade et devient un assassinat si elle est pratiquée par les proches.

Voici ce qui se passe sur un plan spirituel, lorsque la mort est provoquée par l’injection de fortes doses d’anesthésique, cela paralyse le système respiratoire. L’Esprit, après ce genre de désincarnation, a beaucoup de difficultés pour reprendre conscience, et en plus, il perd l’occasion d’une épuration spirituelle offerte par sa longue maladie.

Avec la médecine, on peut alléger la souffrance du malade et non l’éliminer, elle permet à l’Esprit de se grandir dans l’épreuve.

Cependant quand l’heure est arrivée, il n’y a pas de raison de le retenir le malade.

Diapo 13

Cas particuliers

Lorsqu’un immeuble prend feu et que certaines personnes sautent pour échapper aux flammes, on ne peut pas considérer cette situation comme un suicide. Dans l’au-delà, ils reçoivent rapidement de l’aide.

L’auto punition. Imaginons le cas de quelqu’un tourmenté par un crime. Voulant se punir, il décide de se suicider. Son geste pourrait inspirer de la compassion mais le tourment causé par son crime ne va pas l’épargner des douleurs et du handicap qui en résultera.

Il y a des individus désillusionnés de la vie qui s’exposent délibérément à des situations dangereuses comme la guerre. Quel est leur destin dans l’au-delà s’ils viennent à en mourir ?

Ils se retrouvent dans la condition de suicidés.

Diapo 14

L’aide dans un centre spirite

Tout d’abord, Dieu est présent partout et le suicidé ne reste pas éternellement dans les régions de souffrance après sa mort.

Dans un premier temps, on doit faire cesser le flux des mauvais souvenirs du suicidé. La prière est très efficace et apporte l’apaisement nécessaire. On demande le soutien d’Esprits supérieurs.

Ensuite, on cherche à créer entre le suicidé et la famille un climat de confiance par le dialogue et la compréhension de la situation.

Dans les réunions spirites médiumniques, des Esprits souffrants se communiquent, des suicidés peuvent venir et recevoir des informations sur leur situation. C’est un travail difficile car les vibrations de ces Esprits ne sont vraiment pas agréables pour le médium.

Le suicidé vit dans l’au-delà, tel un somnambule, sans être conscient de sa situation. Le contact avec les énergies d’un groupe spirite et d’un médium le revitalise et le réveille, tel un agonisant souffrant d’une anémie profonde et qui reçoit une transfusion sanguine. C’est à partir de ce moment, qu’il acquière des conditions pour établir un dialogue.

Diapo 15

Les livres

Diapo 16

Les questions

Une personne de ma famille a reçu un organe de quelqu’un qui s’est suicidé. Pendant un certain temps, il s’est senti mal et a même nourri quelques idées suicidaires. Peut-il être imprégné par les vibrations du donneur qui l’influencent ?

Dans le principe, peut-être, mais d’une influence qui est rapidement surmontée, au fur et à mesure que cette imprégnation se dissout, car l’organe n’est plus sous l’influence de son donneur.

J’ai habité dans une maison où un homme s’est tué. Je me sentais très mal et par moment, il venait dans ma tête une idée à laquelle je n’avais jamais pensé avant : celle du suicide. La maison est-elle imprégnée de ce sentiment ?

Peut-être, mais il s’agit d’une imprégnation passagère pouvant être réglé par l’attitude sereine de ses nouveaux habitants et par la pratique de la prière.

Selon les informations d’un Esprit Camilo Castelo Branco, les suicidés se trouvent dans des régions de dépuration spirituelle telle la Vallée des suicidés donc ils ne restent pas longtemps sur leurs lieux de vie. Par contre, si la personne estime que le fait d’habiter une maison où quelqu’un s’est tué va lui procurer des problèmes, fatalement elle les aura, fruit de sa propre imagination.

Voici donc terminé le dernier cours de cette première année d’étude du spiritisme

Pour ceux qui le souhaitent, l’étude continue deux jeudis par mois pour la seconde année.

La rentrée est en septembre, vous trouverez les dates sur le site internet.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :