Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
doctrinespiritenimes.over-blog.com

LA MEDIUMNITE – CLASSIFICATION SELON SES EFFETS

29 Mars 2014 , Rédigé par Adamczyk Michael

Diapo 1

Thème du jour

Diapo 2

La médiumnité n’est pas un don, c’est une faculté présente en chacun de nous à des degrés différents. Tous, à peu de chose près, nous avons la capacité de devenir médium. Cette faculté se développe chez les personnes qui sont dans une recherche de spiritualité et n’est pas un privilège exclusif, au contraire.

Qu’est-ce qu’un médium ? C’est un intermédiaire entre les Esprits et les hommes.

Nous allons expliquer dans ce cours comment la communication se met en place et quels sont les effets possibles de cet échange.

Mais premièrement, cherchons à définir ce qu’est le spiritisme.

Diapo 3

Qu’est-ce que le spiritisme ? Loin des tables tournantes dont nous avons parlé dans le premier cours, le spiritisme est défini comme une doctrine fondée sur la croyance en l’existence des esprits et à leurs interactions sur notre monde physique, c’est-à-dire, leurs manifestations.

Diapo 4

Sa base est la croyance en l’existence de l’âme et en son immortalité. Surtout, la nature du spiritisme est triple : cette trilogie est indissoluble.

*Scientifique : car elle s’appuie sur des faits, c'est-à-dire des constats de manifestations d’esprits comme nous en avons évoqué dans le cours N°1 (les sœurs Fox – les recherches des scientifiques comme Aksakoff…)

*Philosophique : car le spiritisme s’inscrit dans une recherche de spiritualité (c’est-à-dire dans un sens opposé à celui du matérialisme) et d’amélioration de soi.

*Religieux : dans le sens où la croyance en Dieu, en l’âme et la vie future.

Cette nature tripe est nettement formulée dans la Revue Spirite de 1867, p 278, sous la signature d’Allan Kardec :

« Ce caractère ressort des conditions mêmes dans lesquelles elle a été faite, c’est en s’appuyant sur des faits, elle ne peut être qu’essentiellement progressive, comme toutes les sciences d’observation. Par son essence, elle contracte alliance avec la science, qui, étant l’exposé des lois de la nature, dans un certain ordre de faits, ne peut être contraire à la volonté de Dieu, l’auteur de ces lois. Les découvertes de la science glorifient Dieu au lieu de l’abaisser, elles ne détruisent que ce que les hommes ont bâti sur les idées fausses qu’ils se sont faites de Dieu. Le spiritisme marchant avec le progrès, ne sera jamais débordé, parce que, si de nouvelles découvertes lui montraient qu’il est dans l’erreur, sur un point, il se modifierait sur ce point ; si une nouvelle vérité se révèle, il l’accepte. »

Dans la Revue Spirite de 1869, p 258, Allan Kardec donna la précision suivante :

« Le spiritisme est une doctrine philosophique, qui a des conséquences religieuses comme toute philosophie spiritualiste, par delà même, il touche aux bases fondamentales de toutes les religions : Dieu, l’âme et la vie future, mais ce n’est pas une religion constituée, attendu qu’il n’a ni temple, ni culte, ni rite et que parmi ses adeptes aucun n’a reçu le titre de prêtre ou de grand prêtre. Ces qualifications sont une pure invention de la critique. On est spirite par cela seul qu’on sympathise avec les principes de la doctrine et qu’on y conforme sa conduite. C’est une opinion comme une autre que chacun doit avoir le droit de professer comme on a celui d’être Juif, Catholique, Protestant, Islamiste, Cartésien, Déiste ou Matérialiste.

Le spiritisme proclame la liberté de conscience le droit du libre examen en matière de foi. Il combat néanmoins le principe de la foi aveugle imposant à l’homme l’abdication de son propre jugement. Il dit : « toute foi imposée est sans racine ». C’est pourquoi, il inscrit au nombre de ses maximes : « Il n’y a pas de foi inébranlable que celle qui peut regarder la raison face à face à tous les âges de l’humanité ». Conséquent avec ses principes, le spiritisme ne s’impose à personne, il s’accepte librement et par conviction. Il expose sa doctrine et reçoit ceux qui viennent à lui volontairement. Il ne fait aucun prosélytisme. Il ne cherche à détourner personne de ses convictions religieuses ; il ne s’adresse pas à ceux qui ont une foi et à qui cette foi suffit, mais à ceux qui, n’étant pas satisfaits de ce qu’on leur a donné cherchent quelque chose d’autre. »

La nature triple du spiritisme et l’harmonie de l’« ensemble dynamique » se révèle non seulement possible, mais avant tout nécessaire :

*La recherche scientifique lui montre la réalité spirituelle, déchirant le voile des apparences physiques ;

*La cogitation philosophique lui dévoile les perspectives de la vie spirituelle, dans son processus logique, à travers le temps et l’espace

*La foi raisonnée, lui ouvre les voies de communication avec les esprits instructeurs qui l’aident dans son évolution.

Par l’Esprit d’Emmanuel dans le livre Le Consolateur,

Interpellé au sujet de l’aspect triple de la doctrine, l’Esprit a répondu en ces termes : « Nous pouvons prendre le Spiritisme, symbolisé de cette façon, comme un triangle de forces spirituelles. La science et la philosophie rattachent à la terre cette figure symbolique, néanmoins, la religion est l’angle divin, qui la relie au ciel. Dans son aspect scientifique et philosophique, la doctrine sera toujours un domaine d’investigations humaines, comme d’autres mouvements collectifs, de nature intellectuelle, qui visent au perfectionnement de l’humanité. Dans son aspect religieux, cependant, repose sa grandeur divine, pour promouvoir la restauration de l’Evangile de Jésus-Christ, établissant le renouvellement définitif de l’homme, par la grandeur de son immense futur spirituel. »

Diapo 5

Théorie des manifestations. Tout effet physique doit avoir une cause. Si celle-ci n’est pas d’ordre physique, elle doit être d’ordre transcendantal.

Ces théories ont été transmises par les Esprits, ils nous ont fait connaitre dans un premier temps, leur existence indépendante de la matière physique et du corps charnel, puis ils nous ont appris l’existence d’une enveloppe semi-matérielle qui leur sert de corps dans le monde spirituel et qui peut agir sur la matière physique. Ses révélations nous ont aidé à expliquer les mécanismes des phénomènes médiumniques.

Diapo 6

Expliquons en image la composition d’un être incarné :

Il est composé de 3 éléments majeurs : L’Esprit + le périsprit + le corps physique

  1. Esprit : Essence spirituelle – indéfinie – abstrait – ne peut avoir seul d’action directe sur la matière

  2. Périsprit : intermédiaire – enveloppe semi-matérielle – Puisée dans le FCU1 – Cette enveloppe fait de l’Esprit un être concret = saisissable par la pensée. Le fluide périsprital = trait d’union entre Esprit et matière.

(Fluide cosmique = matière invisible)

  1. Le corps physique

Diapo 7

Ici, en détail. Vous retrouvez l’Esprit ou étincelle divine, votre Esprit ; le périsprit ou corps fluidique et le corps physique soit, notre véhicule pour cette vie. Vous pouvez voir deux nouveaux éléments, le fluide vital, qui est nécessaire aux incarnés et aux manifestations des Esprits. Le lien qui relie le corps à l’Esprit+périsprit que l’on nomme cordon d’argent. Nous ne rentrerons pas dans les détails d’explications car cela fera lieu d’un prochain cours sur les fluides.

Diapo 8

Mais alors, comment les Esprits font-ils pour se communiquer ? L’Esprit s’approche et s’accorde avec le fluide vital du médium.

- Il sature les espaces inter atomiques et intermoléculaires de la matière. On sait en effet que celle-ci n’est pas continue, sauf pour nos sens particulièrement pauvres. La matière est pleine de vide, ne contenant en fait qu'un faible pourcentage de masse proprement dite. Certains affirment d'ailleurs qu'en retirant tous les espaces vides de la matière qui compose la terre, celle-ci se réduirait à la taille d'un ballon de football.

- L'Esprit agit avec la force de la pensée. Il y a une continuité parfaite entre la mentalité de l'Esprit et 1'objet concerné, à travers les éléments intermédiaires de nature fluidique (semi-matérielle), à savoir le périsprit et les fluides.

De fait, les Esprits moins évolués vibrent à des fréquences proches des vibrations terrestres et ont des centres d'intérêt matérialistes, ils possèdent dans leur organisation périspritale et par un phénomène d'absorption automatique, des restes de fluides grossiers et matériels. Ceux-ci favorisent l'obtention de phénomènes médiumniques physiques, et, pour cette raison, ces Esprits se prêtent à ce type de manifestation, tout en étant dirigés par d'autres Esprits supérieurs. Il doit y avoir une certaine sympathie entre les divers éléments qui forment les maillons de cette chaîne, depuis les Esprits qui la dirigent jusqu'au médium qui en est l'instrument donateur.

Diapo 9 et Diapo 10

Pour imager une communication à effets physique et intelligent.

Un esprit se communiquant le fait par l’intermédiaire de la combinaison des fluides périspritaux des deux êtres formant une atmosphère commune et favorable à la transmission de pensée. La formation de cette atmosphère dépend de 3 éléments :

  • Affinité fluidique du médium et de l’esprit

  • Neutralité du médium dans la communication

  • Syntonie de pensées M-E

Diapo 11 : LES PHENOMENES A EFFETS PHYSIQUES

Les phénomènes à effets physiques. Ce sont ceux qui sensibilisent directement les organes sensoriels des observateurs. Ils peuvent se présenter sous diverses formes, comme ci-après :

a) Matérialisation des Esprits, objets, etc ;

b) Transfiguration (modification de la physionomie du médium) ;

c) Lévitation (suspension des objets ou des personnes en contradiction avec la loi de la gravité) ; ex : Home

d) Apport : entrée et sortie d'objets de lieux hermétiquement clos ;

e) Bi-corporéité : apparition de 1'Esprit du médium dédoublé sous une forme matérialisée en un lieu différent de celui du corps ; ex : Emilie Sage

f) Pneumatophonie : voix des Esprits qui s'expriment dans le milieu ambiant, indépendamment du médium, par l'intermédiaire d’une gorge ectoplasmique ;

g) Pneumatographie : mots, phrases, messages, écrits sans utilisation de la main du médium ;

h) Tables parlantes ou typtologie : coups frappés correspondant à des signaux formant des mots et des phrases intelligibles ;

i) Sématologie : mouvement d'objets sans contact physique traduisant une volonté, un sentiment, etc.

Diapo 12

Exemple de matérialisation : l’Esprit de Katie King.

*Florence Eliza Cook (née le 3 juin 1856 à Cobham dans le Kent et décédée le 22 avril 1904 à Londres) était un médium anglais célèbre pour avoir été la première Britannique à réaliser une matérialisation complète, celle de « Katie King ». Issue d'une famille de la toute petite classe moyenne, elle découvrit ses capacités médiumniques à quatorze ans.

*William Crookes (1832-1919) est un chimiste connu pour l’invention du radiomètre mais également pour ses études des manifestations médiumniques, notamment chez les médiums Florence Cook et Daniel Dunglas Home.

*Katie King est un Esprit qui se matérialisa pendant plusieurs séances dans lesquelles le scientifique William Crookes participait ainsi que d’autres scientifiques. William Crookes a étudié pendant 6 ans les phénomènes spirites, 6 ans pendant lesquels il a imaginé de nombreux appareils pour contrôler et enregistrer les phénomènes. Avec la matérialisation de l’Esprit de Katie King, il peut prendre son pouls, le comparer à celui de Florence (la médium), il peut même entendre une simulation du bruit de son cœur.

Diapo 13

Elizabeth Hope, plus connue sous le nom de Mme d’Espérance était un médium Anglais à effets physiques. Depuis son plus jeune âge elle voit ceux qu’elle appelle « les personnes d’ombres », et manque de peu d’être internée dans un asile par ses proches. Elle ne connait pas le spiritisme, ce n’est que dans les années 1870 qu’elle rejoint un groupe spirite. Sa médiumnité se développa rapidement.

Nous avons une photo de la matérialisation de l’Esprit de Yolande et que celle d’un apport de fleurs, en l’occurrence un lys.

Diapo 14

Eusapia Palladino, médium Italien à effets physiques. Phénomènes de lévitation de table, sur la photo, on voit que l’homme à droite tient les jambes du médium pour vérifier qu’il n’y a pas de trucage. Cet homme, c’est Camille Flammarion.

Diapo 15

Empreintes de visage d’Esprits et de mains laissées dans du plâtre par des Esprits lors de séances avec le docteur Geley.

Voici comment on opère : il faut deux récipients renfermant, l'un de l'eau froide, l'autre de l'eau chaude. Ils sont installés dans la salle où l'expérience a lieu. A la surface de l'eau chaude flotte une couche de paraffine fondue. Si l'on veut obtenir, par exemple, le moule d'une main matérialisée, on prie l'Esprit de plonger sa main dans la paraffine fluide et immédiatement après dans l'eau froide, et de répéter plusieurs fois cette opération. De cette manière il se forme, à la surface de la main, un gant de paraffine d'une certaine épaisseur, et, quand la main de l'Esprit se dématérialise, elle laisse un moule parfait qu'on remplit avec du plâtre

Diapo 16

Les ectoplasmes. Etat embryonnaire de la matérialisation d’un Esprit.

Diapo 17

Manifestations physiques spontanées.

En certains lieux, comme à Hydesville avec les sœurs Fox, il se produisit des phénomènes ostensibles et inhabituels. Ce sont des coups frappés, des déplacements, des bruits insolites et autres phénomènes qui se produisent sans raison apparente et de façon spontanée.

Le plus souvent, de tels phénomènes sont produits par des Esprits légers et farceurs, qui profitent des facultés des incarnés qui méconnaissent le fait, pour manipuler de tels fluides en agissant sur la matière, afin de se divertir.

Face aux manifestations physiques de ces phénomènes, il convient d'analyser froidement si celles-ci ne sont pas :

1) Le fruit de l'imagination ou d'hallucinations,

2) Le fait d’une cause physique connue (le vent, les branches d'arbres, les animaux),

3) Des mystifications (tromperies de personnes sans scrupules).

Après avoir éliminé de telles possibilités, il faut accepter les phénomènes comme authentiques et les analyser pour découvrir leur origine, qui peut être :

1) La persécution,

2) L'envie de communiquer pour demander quelque chose,

3) Les plaisanteries destinées à faire peur,

4) L'intention de prouver la réalité de l'Esprit.

- Les personnes qui, sans le savoir, possèdent de telles facultés sont dénommées médiums naturels.

Elles possèdent une faculté spéciale, bien qu'elles soient seules, et ne réussissent rien par leur seule volonté. Il faut d'abord que l'Esprit le veuille, qu'il ait un but, un motif sans cela il ne fait rien. Il faut souvent ensuite qu'il trouve, précisément dans le lieu où il voudrait agir, une personne apte à le seconder, coïncidence qui se rencontre assez rarement. Cette personne survenant inopinément, il en profile.

Malgré la réunion des circonstances favorables, il pourrait encore en être empêché par une volonté supérieure qui ne lui permettrait pas d'agir à son gré. (Le livre des Médiums, 2ème partie, chapitre V, question 93).

- Il faut différencier des phénomènes précédents, les phénomènes des apports, dans lesquels l'intention de ceux qui en sont responsables est bénévole, la nature des objets est gracieuse et leur représentation délicate. Généralement, ce sont des fleurs, des parfums, des bijoux et autres qui ne se trouvaient pas là auparavant.

Le médium doit avoir une médiumnité spéciale pour cet effet et l'Esprit qui se dispose à le réaliser doit aussi être en conditions.

La syntonie entre les deux doit être la plus parfaite possible, sinon le phénomène ne se produira pas.

Diapo 18

Phénomènes à effets intellectuels.

- Par intuition, l'Esprit du médium capte, dans l'Esprit d'un incarné ou d'un désincarné proche ou éloigné, certaines informations qui l'aident à éclaircir une question, à résoudre un problème, à adopter une attitude, etc.

- Dans la voyance, l'audition et la psychométrie, par un état de transe plus ou moins grand, l'Esprit peut entendre et voir ce qui se passe sur le plan spirituel et, dans le cas de la psychométrie, récapituler les occurrences liées à un objet avec lequel il a pris contact.

Cet état spécial, dit de lucidité spirituelle, avec ou sans transe apparente, confère une liberté plus grande à l'Esprit du médium et le place dans des conditions favorables pour assimiler les courants de pensée des autres entités dans le même état de liberté spirituelle.

Nous avons donc :

a) L'intuition,

b) La voyance,

c) L'audition,

f) La psychographie,

g) La psychophonie.

Les phénomènes (a), (b), (c), se présentent quand l'Esprit du propre médium, en phase de transe ou non, atteint un état de lucidité spirituelle. Les autres phénomènes arrivent par action directe d’une entité spirituelle sur le médium, occupant partiellement ou totalement son organisme psychophysique pour communiquer. Les deux derniers types de phénomènes intellectuels (psychographie et psychophonie) sont couramment appelés "incorporation médiumnique".

Il est clair toutefois qu'il n'y a pas "introduction" de l'Esprit désincarné dans le corps du médium, mais seulement une association de ses fluides avec ceux du médium, résultant des vibrations qui se rencontrent et qui, par la loi de la syntonie et de 1'assimilation, s'identifient en formant un complexe émetteur (Esprit désincarné), transmetteur (fluides combinés de l'Esprit communicant et du médium) et récepteur (médium).

Diapo 19

Médium en train de psychographier.

Diapo 20

Un médium Chico Xavier qui a dédié sa vie au spiritisme, il a pyschographié plus de 400 livres, dont 13 ouvrages relatant de la vie dans l’au-delà. C’est un Esprit André Luiz qui dicte ce qu’il découvre. André Luiz dans sa dernière vie était un chirurgien brésilien.

Chico a la capacité à extérioriser de l’ectoplasme pour matérialiser les esprits : il l’utilise pour guérir les malades.

Cas de transfiguration : témoignage de Wallace Leal Valentin Rodrigues, rédacteur en chef de la Revista Internacional de Espiritismo : « J’ai pu observer parfaitement la médiumnité de Chico, la transfiguration. Au cours d’une séance de désobsession, son visage passait sans cesse de la figure sillonnée de mille rides d’une vieille Mama noire au faciès allongé, d’un cavalier qu’une barbe taillée en pointe venait agrandir encore. Au cours de cette séance, une entité incorporée s’est adressée à moi dans un français courant et naturel »

Cas de bi corporéité : Lors d’une réunion spirite, un déséquilibré brandit une arme à feu en criant : « Que personne ne touche à Chico Xavier, je le défendrai. C’est un saint ! »

Certains essaient de contrôler cet excité tandis que la majorité s’enfuie, la panique est générale, Chico reste calme ; il se met tranquillement à l’écart dans un coin de la pièce et se recueille en silence. Peu de temps après, une jeep de la police arrive : « Nous n’avions pas encore donnée la moindre explication qu’à notre plus grande surprise le chef de la patrouille déclara : Ne vous inquiétez pas, Monsieur Chico Xavier est venu nous chercher à la gare ou nous effectuions une ronde. Nous nous sommes mis en route aussitôt pour répondre à son appel ».

Grace à son intervention, la situation se normalisa rapidement.

Chico a pu prévenir les militaires présents dans la gare sans quitter le centre spirite grâce au phénomène de bi corporéité, ou comme dans le cas de dédoublement, il s’agit d’un transfert de l’esprit et du périsprit qui se détache du corps physique pour se matérialiser à distance.

Diapo 21

Finalité de la médiumnité. Le fonctionnement de la médiumnité est parfois indépendant des qualités morales du médium, il n’en est pas de même pour l’application/ l’usage de cette faculté. Sous le point de vue de la doctrine spirite, les qualités morales du médium sont très importantes car elles exercent une influence décisive sur la nature des esprits qui se communiquent à travers lui. Le spiritisme attribue à la médiumnité 2 finalités fondamentales :

  • Donner aux Hommes la connaissance de la vérité,

  • Promouvoir l’amélioration spirituelle du médium.

Diapo 22

Les livres à consulter

Allan Kardec, Le Livre des Médiums, 2ème partie, chapitre II, III, IV, V, IX, X, XI, XII, XIII et XV.

Allan Kardec, Revue Spirite, 1858 (janvier, mai et juin), 1859 (mai, août et septembre),

Allan Kardec, Revue Spirite, 1860 (mai), 1863 (mai), 1864 (octobre)

Allan Kardec, Instructions pratiques sur les manifestations spirites

Odilon Fernandes, ABC de la médiumnité,

Léon Denis, Dans l'Invisible, chapitre XVI, XVII et XVIII

Gabriel Delanne, Le Phénomène Spirite, 2ème partie, chapitre I

Chico Xavier, l’Homme et le Médium, Mickael Ponsardin.

Diapo 23 Questions –Réponses

  • Comment définir le spiritisme en 3 mots indissociables ?

Philosophique – scientifique et religieux

  • Quels sont les 3 composants d’un incarné ?

L’esprit – le périsprit – le corps physique

  • Quels sont les 2 familles de manifestations ?

A effets physiques et intellectuels

  • Pouvez-vous nous donner des exemples de manifestation physique ?

Matérialisation, apport, typologie, sématologie….

Diapo 24 Dans le cours suivant, nous étudierons : Les fluides et le périsprit.

1 Le fluide cosmique universel (F.C.U), de création divine, est 1'élément primordial dans la formation de la matière telle que nous la connaissons, sous ses formes les plus variées, et aussi de la matière invisible, qui donne une "matérialité" au monde spirituel. Les fluides, dans leurs diverses catégories, ne sont que des modifications plus ou moins prononcées du F.C.U., qui est l'élément de base dans la formation de l'Univers (mais ce n'est pas la source de l'intelligence, qui trouve son origine dans le principe spirituel, immatériel par nature). Le périsprit (corps spirituel) est constitué du F.C.U. modifié et est variable en concentration (forte ou faible) ce qui lui confère des propriétés particulières pour agir sur la matière.)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :